La Russie, qui a envahi son voisin le 24 février, bloque les ports ukrainiens de la mer Noire et empêche donc l'exportation de ces céréales, qui ont nourri 400 millions de personnes l'année dernière. Une situation d'autant plus urgente que la prochaine récolte va bientôt arriver.

Ces négociations sont menées notamment par le Britannique Martin Griffith, secrétaire général adjoint de l'ONU aux affaires humanitaires, et la costaricienne Rebeca Grynspan, à la tête de la Cnuced, organe des Nations unies chargé du commerce et du développement, a révélé Amin Awad, aux journalistes à Genève, lors d'un point de presse régulier en ligne.

L'ONU est jusqu'à présent restée extrêmement discrète sur ces efforts.

"Il y a beaucoup de navettes entre Moscou et d'autres pays qui sont inquiets, mais je ne pense pas qu'il y ait une solution qui émerge très clairement pour le moment", a-t-il dit.

Le président sénégalais Macky Sall s'est lui aussi rendu vendredi en Russie pour insister auprès de Vladimir Poutine de "prendre conscience" que les pays africains sont "des victimes" du conflit.

Le président russe va donner "une explication complète de sa vision concernant les céréales" bloquées dans les ports ukrainiens, a indiqué le Kremlin.

Le conflit qui implique la Russie et l'Ukraine, deux superpuissances agricoles qui assuraient 30% des exportations mondiales de blé, a immédiatement conduit à une flambée des cours, qui dépassent déjà ceux qui ont déclenché les printemps arabes de 2011 et les émeutes de la faim de 2008.

L'ONU craint "un ouragan de famines", essentiellement dans des pays africains qui importaient plus de la moitié de leur blé d'Ukraine ou de Russie.

L'Ukraine était le quatrième exportateur mondial de maïs, en passe de devenir le troisième exportateur de blé, et assurait seule 50% du commerce mondial de graines et d'huile de tournesol avant le conflit.

La Russie est un exportateur crucial d'engrais mais Moscou les bloquent en réponse aux sanctions internationales.

"La Russie a des alliances dans le Sud", a souligné Amin Awad, rappelant que certains de pays pouvant le plus pâtir de la situation sont des alliés de Moscou.

Il se dit donc "optimiste" quant au fait que les appels de ces pays en développement pourrait pousser Moscou à lâcher du leste. Il pourrait y avoir "une percée à moment donné".

"Mais ces négociations sont très complexes, elles se déroulent sur plusieurs fronts", a-t-il assuré.

"Solution miracle"

Moscou affirme que le blocage n'est pas de sa faute, ni le résultat de la présence de sa flotte de guerre au large de l'Ukraine, mais celui du minage des ports ukrainiens par Kiev.

Selon l'ONU, 1,4 milliard de personnes dans le monde pourraient être affectées par la pénurie de blé et d'autres céréales.

"Les ports de la mer Noire sont donc, pour ainsi dire, la solution miracle pour éviter les famines mondiales, la faim dans le monde", a affirmé aux journalistes Matthew Hollingworth, le coordinateur d'urgence pour le Programme alimentaire mondial (PAM) en Ukraine.

Mais, a-t-il dit, sans cette solution miracle, les Nations unies vont devoir trouver d'autres solutions pour maintenir les exportations ukrainiennes.

"La solution à cette impasse exige un soutien urgent et requiert une volonté politique. Le déblocage des routes commerciales de la mer Noire doit rester la priorité. L'impossibilité d'ouvrir ces ports entraînera la famine, la déstabilisation et des migrations massives dans le monde entier", a renchéri M. Awad.

Il a expliqué que le développement de solutions alternatives par voie ferrée ou la route peuvent être utiles mais ne pourront jamais atteindre les volumes du transport maritime.

La Russie, qui a envahi son voisin le 24 février, bloque les ports ukrainiens de la mer Noire et empêche donc l'exportation de ces céréales, qui ont nourri 400 millions de personnes l'année dernière. Une situation d'autant plus urgente que la prochaine récolte va bientôt arriver.Ces négociations sont menées notamment par le Britannique Martin Griffith, secrétaire général adjoint de l'ONU aux affaires humanitaires, et la costaricienne Rebeca Grynspan, à la tête de la Cnuced, organe des Nations unies chargé du commerce et du développement, a révélé Amin Awad, aux journalistes à Genève, lors d'un point de presse régulier en ligne. L'ONU est jusqu'à présent restée extrêmement discrète sur ces efforts. "Il y a beaucoup de navettes entre Moscou et d'autres pays qui sont inquiets, mais je ne pense pas qu'il y ait une solution qui émerge très clairement pour le moment", a-t-il dit.Le président sénégalais Macky Sall s'est lui aussi rendu vendredi en Russie pour insister auprès de Vladimir Poutine de "prendre conscience" que les pays africains sont "des victimes" du conflit.Le président russe va donner "une explication complète de sa vision concernant les céréales" bloquées dans les ports ukrainiens, a indiqué le Kremlin.Le conflit qui implique la Russie et l'Ukraine, deux superpuissances agricoles qui assuraient 30% des exportations mondiales de blé, a immédiatement conduit à une flambée des cours, qui dépassent déjà ceux qui ont déclenché les printemps arabes de 2011 et les émeutes de la faim de 2008.L'ONU craint "un ouragan de famines", essentiellement dans des pays africains qui importaient plus de la moitié de leur blé d'Ukraine ou de Russie.L'Ukraine était le quatrième exportateur mondial de maïs, en passe de devenir le troisième exportateur de blé, et assurait seule 50% du commerce mondial de graines et d'huile de tournesol avant le conflit.La Russie est un exportateur crucial d'engrais mais Moscou les bloquent en réponse aux sanctions internationales. "La Russie a des alliances dans le Sud", a souligné Amin Awad, rappelant que certains de pays pouvant le plus pâtir de la situation sont des alliés de Moscou.Il se dit donc "optimiste" quant au fait que les appels de ces pays en développement pourrait pousser Moscou à lâcher du leste. Il pourrait y avoir "une percée à moment donné"."Mais ces négociations sont très complexes, elles se déroulent sur plusieurs fronts", a-t-il assuré.Moscou affirme que le blocage n'est pas de sa faute, ni le résultat de la présence de sa flotte de guerre au large de l'Ukraine, mais celui du minage des ports ukrainiens par Kiev.Selon l'ONU, 1,4 milliard de personnes dans le monde pourraient être affectées par la pénurie de blé et d'autres céréales. "Les ports de la mer Noire sont donc, pour ainsi dire, la solution miracle pour éviter les famines mondiales, la faim dans le monde", a affirmé aux journalistes Matthew Hollingworth, le coordinateur d'urgence pour le Programme alimentaire mondial (PAM) en Ukraine.Mais, a-t-il dit, sans cette solution miracle, les Nations unies vont devoir trouver d'autres solutions pour maintenir les exportations ukrainiennes."La solution à cette impasse exige un soutien urgent et requiert une volonté politique. Le déblocage des routes commerciales de la mer Noire doit rester la priorité. L'impossibilité d'ouvrir ces ports entraînera la famine, la déstabilisation et des migrations massives dans le monde entier", a renchéri M. Awad.Il a expliqué que le développement de solutions alternatives par voie ferrée ou la route peuvent être utiles mais ne pourront jamais atteindre les volumes du transport maritime.