Je vise la réforme fiscale que nous concocte le ministre des Finances avec son équipe en catimini. Oui, j'écris "en catimini" car ladite réforme se fait en dehors de toute transparence et de toute concertation. Pour l'heure, nous devons nous contenter du fait que le ministre des Finances (CD&V) nous a promis - fort virilement - qu'il n'y aura pas de tabou. Ah bon ? Plutôt maigre comme programme. Au lieu de susciter l'adhésion, ce genre de déclaration fait en réalité peur inutilement aux contribuables. Entretemps, le conseil supérieur des finances, qui contrairement à ce que laisse transparaitre son nom, est d'abord un organe politique vient de publier ses pistes pour cette fameuse réforme fiscale.

Je vous livre en vrac ce qu'elle contient : augmentation du taux de TVA de 21% à 22%. Si c'est vrai, ce sont les classes moyennes et populaires qui en feront les frais, merci pour eux. Ensuite, il y a la suppression de l'épargne-pension. Là encore, merci d'encourager les plus de 3 millions de Belges qui mettent péniblement de côté chaque mois pour pallier la maigre pension de l'Etat. Mais ce n'est pas tout, parmi les autres pistes envisagées, il y a aussi la taxation des revenus locatifs réels. Au-delà du fait que la taxation des biens loués a déjà été renforcée, il faudra s'assurer que ce ne seront pas les locataires qui au final devront payer un loyer encore plus cher pour compenser cette taxation. Le comble alors que les communes n'arrivent pas à procurer des logements aux plus défavorisés.

Puis, ce n'est pas fini, il y a aussi la volonté de taxer les plus-values immobilières sans doute à un taux de 30% selon la lecture qu'en fait l'économiste Bruno Colmant. En clair, si c'est le cas, lorsque vous vendrez un immeuble il sera taxé, mais sans tenir compte que dans le prix de vente il y a aussi l'inflation. Et comme l'écrit à raison Bruno Colmant, cet impôt taxerait l'inflation c.-à-d. un enrichissement "purement fictif". Faute de place, je ne pourrai pas évoquer la taxation sur les plus-values sur actions ou la volonté de taxer les sociétés unipersonnelles, mais arrêtons la complainte.

En fait, je vous l'avais signalé dès que cette pandémie avait éclaté : il n'y a pas d'argent magique. Tout l'argent qui s'est déversé sur nos économies durant la pandémie et nous a permis de rester à flot, l'Etat ne l'a pas, ne l'avait pas, ne l'a jamais eu ! Eh oui, juste rappel des choses, c'était juste de l'endettement. Je rappelle également que l'Etat ne gagne pas d'argent, ce n'est pas son rôle. Et d'ailleurs, il ne sait pas le faire, pensez en cas de doute à Cuba, à la Corée du Nord, à l'URSS, à l'Allemagne de l'Est ou au Venezuela. En fait, lorsqu'en tant que citoyen nous demandons quelque chose de plus à l'Etat, il va falloir le payer. Sous forme d'impôt.

Ce que le citoyen découvre aujourd'hui et surtout demain, c'est que notre dette publique n'est qu'un gigantesque stock d'impôts. La dette publique, gardons bien cela à l'esprit, c'est tout simplement de l'impôt qui n'a pas été levé. C'est un arriéré d'impôt qui ne dit pas son nom ! Le vrai défi du gouvernement sera de ne pas démotiver la classe moyenne ni de décourager ceux et celles qui osent entreprendre et lisent chaque semaine ce magazine. Encore un mot, techniquement, "l'impôt - lorsqu'il n'est pas consenti - est un vol qui utilise la force légale" écrit joliment Simone Wapler (la rage de l'impôt, Larousse). Evitons le vol et favorisons le débat.

Je vise la réforme fiscale que nous concocte le ministre des Finances avec son équipe en catimini. Oui, j'écris "en catimini" car ladite réforme se fait en dehors de toute transparence et de toute concertation. Pour l'heure, nous devons nous contenter du fait que le ministre des Finances (CD&V) nous a promis - fort virilement - qu'il n'y aura pas de tabou. Ah bon ? Plutôt maigre comme programme. Au lieu de susciter l'adhésion, ce genre de déclaration fait en réalité peur inutilement aux contribuables. Entretemps, le conseil supérieur des finances, qui contrairement à ce que laisse transparaitre son nom, est d'abord un organe politique vient de publier ses pistes pour cette fameuse réforme fiscale.Je vous livre en vrac ce qu'elle contient : augmentation du taux de TVA de 21% à 22%. Si c'est vrai, ce sont les classes moyennes et populaires qui en feront les frais, merci pour eux. Ensuite, il y a la suppression de l'épargne-pension. Là encore, merci d'encourager les plus de 3 millions de Belges qui mettent péniblement de côté chaque mois pour pallier la maigre pension de l'Etat. Mais ce n'est pas tout, parmi les autres pistes envisagées, il y a aussi la taxation des revenus locatifs réels. Au-delà du fait que la taxation des biens loués a déjà été renforcée, il faudra s'assurer que ce ne seront pas les locataires qui au final devront payer un loyer encore plus cher pour compenser cette taxation. Le comble alors que les communes n'arrivent pas à procurer des logements aux plus défavorisés. Puis, ce n'est pas fini, il y a aussi la volonté de taxer les plus-values immobilières sans doute à un taux de 30% selon la lecture qu'en fait l'économiste Bruno Colmant. En clair, si c'est le cas, lorsque vous vendrez un immeuble il sera taxé, mais sans tenir compte que dans le prix de vente il y a aussi l'inflation. Et comme l'écrit à raison Bruno Colmant, cet impôt taxerait l'inflation c.-à-d. un enrichissement "purement fictif". Faute de place, je ne pourrai pas évoquer la taxation sur les plus-values sur actions ou la volonté de taxer les sociétés unipersonnelles, mais arrêtons la complainte. En fait, je vous l'avais signalé dès que cette pandémie avait éclaté : il n'y a pas d'argent magique. Tout l'argent qui s'est déversé sur nos économies durant la pandémie et nous a permis de rester à flot, l'Etat ne l'a pas, ne l'avait pas, ne l'a jamais eu ! Eh oui, juste rappel des choses, c'était juste de l'endettement. Je rappelle également que l'Etat ne gagne pas d'argent, ce n'est pas son rôle. Et d'ailleurs, il ne sait pas le faire, pensez en cas de doute à Cuba, à la Corée du Nord, à l'URSS, à l'Allemagne de l'Est ou au Venezuela. En fait, lorsqu'en tant que citoyen nous demandons quelque chose de plus à l'Etat, il va falloir le payer. Sous forme d'impôt. Ce que le citoyen découvre aujourd'hui et surtout demain, c'est que notre dette publique n'est qu'un gigantesque stock d'impôts. La dette publique, gardons bien cela à l'esprit, c'est tout simplement de l'impôt qui n'a pas été levé. C'est un arriéré d'impôt qui ne dit pas son nom ! Le vrai défi du gouvernement sera de ne pas démotiver la classe moyenne ni de décourager ceux et celles qui osent entreprendre et lisent chaque semaine ce magazine. Encore un mot, techniquement, "l'impôt - lorsqu'il n'est pas consenti - est un vol qui utilise la force légale" écrit joliment Simone Wapler (la rage de l'impôt, Larousse). Evitons le vol et favorisons le débat.