Lire aussi: Explort repart à l'étranger: le point avec Pascale Delcominette (Awex) et Marie-Kristine Vanbockestal (Forem)
...

1. Pourquoi cette revue stratégique? L'environnement international et les besoins des entreprises évoluent. Et nous avons grandi: l'Awex emploie aujourd'hui 400 personnes. Il était donc temps de remettre notre fonctionnement à plat pour être plus efficaces. Nous l'avons fait de manière très participative en prenant le pouls de toutes les parties prenantes: 360 entreprises ont répondu à nos enquêtes. C'était un gros chantier car nous avons revu également toute notre organisation. Ce nouveau format sera mis en place en septembre. 2. Une des grandes décisions est une réorganisation sectorielle. De cette consultation, il ressortait plusieurs éléments: une demande de simplification, une demande de services renforcés et, en effet, une demande de spécialisation sectorielle accrue. Nous avons donc mis en place un département sectoriel qui continue à travailler en collaboration avec le service géographique. Nous allons monter en compétences au niveau sectoriel grâce à des binômes pour chacun des sept secteurs identifiés (les six secteurs du pôle de compétitivité, plus le digital) qui seront constitués d'un profil plus technologique et d'un profil plus commercial. Cela permettra de mieux connaître les enjeux pour mieux accompagner les entreprises. 3. Vous parlez aussi de simplification et de nouveaux services. Le volet simplification comprend plusieurs types de mesures. Certaines concernent les incitants financiers. Tous les dossiers sont gérés dans une procédure désormais complètement digitalisée. Nous allons rationaliser encore davantage le type d'enveloppes que nous allons mettre à disposition des entreprises. Nous allons développer des outils collaboratifs de gestion de la connaissance et un nouveau système de gestion de la relation client qui évitera de demander aux entreprises plusieurs fois la même information. Quant aux nouveaux services, ils consisteront notamment en un accompagnement renforcé avec un helpdesk qui sera un facilitateur pour tous les dossiers complexes et un point focal pour toutes les aides à l'investissement. Nous aurons un nouveau service totalement dédié à l'organisation des salons et événements (auparavant, les personnes qui s'en occupaient étaient disséminées dans différents départements). Nous offrirons aussi une veille de marchés beaucoup plus pointue pour permettre de fournir des informations plus régulières sur les tendances des marchés et améliorer l'identification des opportunités. Et nous allons déployer un nouveau diagnostic de maturité à l'internationalisation pour orienter les entreprises vers les meilleurs dispositifs. Ces nouveaux outils seront progressivement mis en place, cette année et l'an prochain.