Le baril de Brent grimpe à plus de 118 dollars, stimulé par la perspective d'un possible embargo européen sur les exportations de pétrole russe.

C'est le quatrième jour consécutif que les prix s'emballent. La guerre en Ukraine crée une forte volatilité sur les marchés du pétrole. Et tous les pays européens ne sont pas sur la même longueur d'onde concernant l'interdiction des importations d'énergie russe. L'Allemagne freine, tout comme la Hongrie, la Pologne soutient fermement cette mesure, tandis que la France et d'autres États membres du bloc sont indécis sur la question.

Le baril de Brent - qui détermine le prix à la pompe - progresse mardi de 2,5 % à 118,56 dollars. Le baril de West Texas Intermediate (WTI), variété américaine de référence, a lui gagné 2% et était coté à 114,32 dollars.

Le prix du gaz sous la barre des 100 euros le MWh

Le prix du gaz restait sous la barre des 100 euros le MWh mardi matin. Le prix du TTF Future pour livraison en avril valait 95 euros le mégawattheure peu après 8h00 soit 1,4% de moins que la veille. Le secteur prévoit des approvisionnements stables en gaz russe via divers gazoducs vers l'Europe.

Le mazout en hausse mercredi

Le prix du gasoil de chauffage sera plus élevé mercredi, indique le SPF Economie. Pour le gasoil de chauffage 50S, le prix du litre sera de 1,2906 euro pour des commandes de moins de 2.000 litres (+8,38 centimes), de 1,2601 euro pour des commandes de plus de 2.000 litres (+8,38 centimes) et de 1,3930 à la pompe (+8,4 centimes). Pour des commandes de moins de 2.000 litres, le prix du litre de gasoil diesel (application chauffage) sera de 1,3143 euro soit une hausse de 8,33 centimes. Le prix du litre pour des commandes de plus de 2.000 litres sera de 1,2837 euro (hausse similaire). Ce(s) prix résulte(nt) des fluctuations des cotations des produits pétroliers et/ou des bio composants inhérents à leur(s) composition(s) sur les marchés internationaux.

Le baril de Brent grimpe à plus de 118 dollars, stimulé par la perspective d'un possible embargo européen sur les exportations de pétrole russe. C'est le quatrième jour consécutif que les prix s'emballent. La guerre en Ukraine crée une forte volatilité sur les marchés du pétrole. Et tous les pays européens ne sont pas sur la même longueur d'onde concernant l'interdiction des importations d'énergie russe. L'Allemagne freine, tout comme la Hongrie, la Pologne soutient fermement cette mesure, tandis que la France et d'autres États membres du bloc sont indécis sur la question. Le baril de Brent - qui détermine le prix à la pompe - progresse mardi de 2,5 % à 118,56 dollars. Le baril de West Texas Intermediate (WTI), variété américaine de référence, a lui gagné 2% et était coté à 114,32 dollars.Le prix du gaz restait sous la barre des 100 euros le MWh mardi matin. Le prix du TTF Future pour livraison en avril valait 95 euros le mégawattheure peu après 8h00 soit 1,4% de moins que la veille. Le secteur prévoit des approvisionnements stables en gaz russe via divers gazoducs vers l'Europe. Le prix du gasoil de chauffage sera plus élevé mercredi, indique le SPF Economie. Pour le gasoil de chauffage 50S, le prix du litre sera de 1,2906 euro pour des commandes de moins de 2.000 litres (+8,38 centimes), de 1,2601 euro pour des commandes de plus de 2.000 litres (+8,38 centimes) et de 1,3930 à la pompe (+8,4 centimes). Pour des commandes de moins de 2.000 litres, le prix du litre de gasoil diesel (application chauffage) sera de 1,3143 euro soit une hausse de 8,33 centimes. Le prix du litre pour des commandes de plus de 2.000 litres sera de 1,2837 euro (hausse similaire). Ce(s) prix résulte(nt) des fluctuations des cotations des produits pétroliers et/ou des bio composants inhérents à leur(s) composition(s) sur les marchés internationaux.