C'est à 08H00 (12H00 GMT) que la Chambre se réunira, ont annoncé jeudi soir les responsables démocrates, pour se prononcer sur ces deux programmes gigantesques du président, censés "reconstruire" l'Amérique. Un projet "historique" et "porteur de transformation", avait plus tôt dit une porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre.

Sous pression après une défaite cuisante à une élection locale, les démocrates au Congrès s'étaient évertués jeudi à accorder leurs violons, et la présidente démocrate de la Chambre Nancy Pelosi l'avait promis: "Nous allons adopter ces deux plans". Car le temps pressait. Les luttes entre l'aile gauche du parti de Joe Biden et les élus plus modérés privaient le président d'une victoire politique dont il a désespérément besoin pour donner un nouveau souffle à sa présidence.

"Il y a urgence", avait martelé Karine Jean-Pierre. Les programmes de dépenses du président sont populaires auprès des Américains, selon les sondages. Et une étude du cabinet Moody's publiée jeudi estimait à 1,5 million le nombre d'emplois que pourraient créer ces plans en dix ans.

Un an avant des élections

Mais Joe Biden, qui a vanté durant la campagne présidentielle ses talents de négociateur du fait de sa longue carrière de sénateur, a buté sur les divisions de son parti et regarde, impuissant, sa cote de popularité dégringoler.

Avant sa tournée aux sommets du G20 et de la COP26, le président s'était déjà rendu deux fois sur la colline du Capitole pour accélérer le passage de ses deux projets phares:

- Un plan d'abord pour rénover les routes, ponts et transports vétustes du pays. L'enveloppe de 1.200 milliards de dollars - l'équivalent du PIB de l'Espagne - est soutenue par les démocrates et certains républicains.

- Un autre, gigantesque volet social et climatique, baptisé "Build Back Better" ("Reconstruire en mieux"), qui prévoit de réduire les frais de garde d'enfants et d'investir 550 milliards de dollars pour réduire significativement les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030.

Mais ses efforts n'avaient pas abouti. De retour d'Europe, le président, visiblement impatient, a pressé ses troupes de se mettre en ordre de marche. "Les démocrates n'ont jamais été aussi proches de finaliser et adopter" ces plans, avait répondu jeudi le chef démocrate du Sénat, Chuck Schumer.

Mais leur sort est en réalité dans les mains d'un élu qui refuse pour l'instant de les soutenir, le sénateur Joe Manchin, de Virginie-Occidentale. Au vu de la très fine majorité démocrate au Sénat, cet élu possède virtuellement un droit de veto sur ces projets. Il a réitéré jeudi matin ses inquiétudes quant à leur impact sur la dette publique américaine et l'inflation. Dans son Etat, l'un des plus pauvres d'Amérique, "les gens sont terrifiés par la hausse du prix de l'essence, de la nourriture, des services publics", a-t-il assuré sur CNN.

Une façon de dénoncer les dépenses jugées excessives de son parti, accusé de n'avoir pas su prendre le pouls du pays, au point d'avoir perdu mardi le contrôle de la Virginie, un Etat qui avait pourtant majoritairement voté pour Joe Biden à la présidentielle de 2020. Un constat d'autant plus morose que cette élection faisait office de répétition générale avant de prochaines batailles politiques: le pays tout entier sera appelé aux urnes pour les élections législatives de mi-mandat en novembre 2022. Le parti de Joe Biden pourrait alors perdre le contrôle des deux chambres, ce qui compliquerait bien plus encore le passage de toute réforme d'ampleur.

C'est à 08H00 (12H00 GMT) que la Chambre se réunira, ont annoncé jeudi soir les responsables démocrates, pour se prononcer sur ces deux programmes gigantesques du président, censés "reconstruire" l'Amérique. Un projet "historique" et "porteur de transformation", avait plus tôt dit une porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre.Sous pression après une défaite cuisante à une élection locale, les démocrates au Congrès s'étaient évertués jeudi à accorder leurs violons, et la présidente démocrate de la Chambre Nancy Pelosi l'avait promis: "Nous allons adopter ces deux plans". Car le temps pressait. Les luttes entre l'aile gauche du parti de Joe Biden et les élus plus modérés privaient le président d'une victoire politique dont il a désespérément besoin pour donner un nouveau souffle à sa présidence."Il y a urgence", avait martelé Karine Jean-Pierre. Les programmes de dépenses du président sont populaires auprès des Américains, selon les sondages. Et une étude du cabinet Moody's publiée jeudi estimait à 1,5 million le nombre d'emplois que pourraient créer ces plans en dix ans.Mais Joe Biden, qui a vanté durant la campagne présidentielle ses talents de négociateur du fait de sa longue carrière de sénateur, a buté sur les divisions de son parti et regarde, impuissant, sa cote de popularité dégringoler.Avant sa tournée aux sommets du G20 et de la COP26, le président s'était déjà rendu deux fois sur la colline du Capitole pour accélérer le passage de ses deux projets phares:- Un plan d'abord pour rénover les routes, ponts et transports vétustes du pays. L'enveloppe de 1.200 milliards de dollars - l'équivalent du PIB de l'Espagne - est soutenue par les démocrates et certains républicains.- Un autre, gigantesque volet social et climatique, baptisé "Build Back Better" ("Reconstruire en mieux"), qui prévoit de réduire les frais de garde d'enfants et d'investir 550 milliards de dollars pour réduire significativement les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030.Mais ses efforts n'avaient pas abouti. De retour d'Europe, le président, visiblement impatient, a pressé ses troupes de se mettre en ordre de marche. "Les démocrates n'ont jamais été aussi proches de finaliser et adopter" ces plans, avait répondu jeudi le chef démocrate du Sénat, Chuck Schumer.Mais leur sort est en réalité dans les mains d'un élu qui refuse pour l'instant de les soutenir, le sénateur Joe Manchin, de Virginie-Occidentale. Au vu de la très fine majorité démocrate au Sénat, cet élu possède virtuellement un droit de veto sur ces projets. Il a réitéré jeudi matin ses inquiétudes quant à leur impact sur la dette publique américaine et l'inflation. Dans son Etat, l'un des plus pauvres d'Amérique, "les gens sont terrifiés par la hausse du prix de l'essence, de la nourriture, des services publics", a-t-il assuré sur CNN.Une façon de dénoncer les dépenses jugées excessives de son parti, accusé de n'avoir pas su prendre le pouls du pays, au point d'avoir perdu mardi le contrôle de la Virginie, un Etat qui avait pourtant majoritairement voté pour Joe Biden à la présidentielle de 2020. Un constat d'autant plus morose que cette élection faisait office de répétition générale avant de prochaines batailles politiques: le pays tout entier sera appelé aux urnes pour les élections législatives de mi-mandat en novembre 2022. Le parti de Joe Biden pourrait alors perdre le contrôle des deux chambres, ce qui compliquerait bien plus encore le passage de toute réforme d'ampleur.