La Journée internationale de la femme est officiellement reconnue par les Nations Unies depuis les années 70 mais cette célébration garde toute sa raison d'être cette année encore. Il est important de rappeler aux jeunes générations toute l'importance d'un avenir égalitaire. Ce n'est qu'en suscitant une prise de conscience que nous pouvons faire en sorte que la situation antérieure ne se représente pas. Un peu à la manière de ces campagnes qui nous démontrent encore régulièrement combien fumer est nocif pour notre santé. Et nous devons bien le reconnaître: nous sommes encore loin de l'objectif. Nous ne pouvons pas encore parler d'égalité des genres, en particulier à la tête des entreprises.

Chez Salesforce, nos efforts commencent à porter leurs fruits. Désormais, les femmes représentent 33,6% des effectifs à l'échelle mondiale. Mais si nous nous intéressons aux fonctions dirigeantes, ce chiffre retombe à 25,5%. Aux Etats-Unis, les statistiques sont meilleures qu'en Europe, ce qui démontre qu'il subsiste encore, très certainement, une belle marge de progression.

Susciter et saisir les opportunités

Aujourd'hui, la Journée internationale de la femme est bien plus qu'un simple appel à donner leurs chances aux femmes. En tant que femmes, nous devons oser saisir ces opportunités. Bien entendu, la responsabilité de faire en sorte que les femmes ne soient pas exclues a priori demeure avant tout celle des employeurs. Le talent ne peut être le seul critère déterminant dans un processus de sélection. Nous devons également nous pencher sur ce que l'individu a accompli et comment une personne relève les défis. Voilà pourquoi une réserve de candidats à un poste ou à une fonction doit tendre à un bon équilibre entre hommes et femmes. De même, lors de la diffusion d'offres d'emploi via les réseaux sociaux, nous devons toujours nous demander si les femmes se sentiront concernées.

Nous savons qu'en moyenne, les hommes réagissent plus rapidement à une offre d'emploi. Il leur suffit de se reconnaître à 40% dans un job alors que les femmes placent la barre à 80% avant de passer à l'action. Différents facteurs, tels que la combinaison travail-foyer, jettent le doute dans l'esprit des candidates. La solution se trouve en partie chez les femmes elles-mêmes: pour conquérir une place sur le marché du travail, nous devons investir en nous-mêmes et ne pas penser immédiatement qu'un travail ou une fonction n'est pas fait(e) pour nous. Il est important de formaliser un objectif. Une sorte de fanal que l'on garde en ligne de mire. Chemin faisant, on croisera très certainement des choses qui nous conviendront.

Cela aide aussi si des personnes travaillant au sein de l'entreprise se donnent mutuellement un petit coup de pouce. Il est quelque part logique que nous évaluions un poste ou une fonction selon le prisme de notre propre bagage mais cela nous empêche tout simplement de déceler certaines opportunités. On a alors besoin de quelqu'un qui nous tende une paire de lunettes nous permettant de voir ce poste sous un autre angle. Il est bien entendu déroutant d'atterrir dans un monde où tout le monde est différent de soi mais peut-être est-ce justement là la raison pour laquelle vous êtes la bonne personne et que vous pouvez faire une réelle différence à ce poste et dans cette société.

Les sociétés doivent également faire preuve d'ouverture à l'égard de femmes qui indiquent que le contexte global ne leur convient pas. Si cette personne est la plus indiquée pour le job, nous devons alors lui offrir le meilleur tremplin possible. Même si cela signifie que nous devions adapter quelque peu le poste. Et, dès lors, ne pas opter automatiquement pour la solution de rechange masculine, simplement parce que ce candidat n'en fait pas un problème.

Des modèles

Des modèles de référence sont bien entendu également essentiels pour amener à faire changer les choses. Ces femmes-modèles peuvent par exemple expliquer comment elles ont dû, elle aussi, surmonter des obstacles afin d'allier travail et vie privée. Et expliquer ce qu'il y a à gagner si nous tenons bon pour conquérir notre place sur le marché du travail. De même, les écoles ont une grande importance en la matière. Des modèles de référence devraient avoir la possibilité d'inspirer les filles, dès leur plus jeune âge, à choisir un emploi moins "évident". Lorsque les gens apprennent que vous travaillez dans l'IT, ils pensent souvent que vous vous occupez d'ordinateurs à longueur de journée et que votre boulot ne laisse aucune place à la créativité et à la communication -- l'inverse est vrai. Pour augmenter l'afflux de femmes vers des emplois ICT, il faut tout d'abord qu'un nombre plus élevé de filles choisissent les filières STEM.

Personnellement, je n'ai jamais pu m'appuyer sur des modèles de référence. J'ai débarqué plutôt par hasard dans le monde de l'ICT. Mais dès l'instant où vous travaillez dans une société, vos collègues deviennent vos plus grands modèles. En les écoutant, vous êtes déjà nettement mieux en mesure d'évaluer ce qu'ils doivent faire dans le cadre de leur travail. Voilà pourquoi il est si important d'élaborer un réseau. Ce n'est sans doute pas facile actuellement mais tout commence par des instants de connexion entre individus dans l'entreprise. J'ai certainement eu la chance que les personnes de mon entourage m'ont aidée à nourrir ma confiance et à franchir le pas vers un monde inconnu.

Si nous voulons réellement oeuvrer à une plus grande diversité dans les entreprises et au niveau des directions, il faut faire grandir, partout, le réflexe qui consiste à discerner le potentiel global d'un individu. Et, en tant qu'individu, nous devons persévérer dans la quête de notre objectif. Même s'il peut parfois être difficile de s'adapter à un environnement, vous savez que vous pouvez inspirer d'autres personnes en osant et, surtout, en n'abandonnant pas. Cela vaut bien entendu aussi pour tous les hommes qui recherchent une place dans un secteur dominé par les femmes.

Plus nombreuses seront les sociétés qui trouveront un équilibre et qui réussiront à intégrer la diversité au niveau directorial, plus elles se singulariseront par un regain d'innovation. Admettez-le: c'est là une fabuleuse raison de célébrer avec enthousiasme la Journée internationale de la femme en 2021!

Carmina Coenen, Deputy Country Leader et Director Solution Advisors chez Salesforce Belux.

La Journée internationale de la femme est officiellement reconnue par les Nations Unies depuis les années 70 mais cette célébration garde toute sa raison d'être cette année encore. Il est important de rappeler aux jeunes générations toute l'importance d'un avenir égalitaire. Ce n'est qu'en suscitant une prise de conscience que nous pouvons faire en sorte que la situation antérieure ne se représente pas. Un peu à la manière de ces campagnes qui nous démontrent encore régulièrement combien fumer est nocif pour notre santé. Et nous devons bien le reconnaître: nous sommes encore loin de l'objectif. Nous ne pouvons pas encore parler d'égalité des genres, en particulier à la tête des entreprises.Chez Salesforce, nos efforts commencent à porter leurs fruits. Désormais, les femmes représentent 33,6% des effectifs à l'échelle mondiale. Mais si nous nous intéressons aux fonctions dirigeantes, ce chiffre retombe à 25,5%. Aux Etats-Unis, les statistiques sont meilleures qu'en Europe, ce qui démontre qu'il subsiste encore, très certainement, une belle marge de progression.Susciter et saisir les opportunitésAujourd'hui, la Journée internationale de la femme est bien plus qu'un simple appel à donner leurs chances aux femmes. En tant que femmes, nous devons oser saisir ces opportunités. Bien entendu, la responsabilité de faire en sorte que les femmes ne soient pas exclues a priori demeure avant tout celle des employeurs. Le talent ne peut être le seul critère déterminant dans un processus de sélection. Nous devons également nous pencher sur ce que l'individu a accompli et comment une personne relève les défis. Voilà pourquoi une réserve de candidats à un poste ou à une fonction doit tendre à un bon équilibre entre hommes et femmes. De même, lors de la diffusion d'offres d'emploi via les réseaux sociaux, nous devons toujours nous demander si les femmes se sentiront concernées.Nous savons qu'en moyenne, les hommes réagissent plus rapidement à une offre d'emploi. Il leur suffit de se reconnaître à 40% dans un job alors que les femmes placent la barre à 80% avant de passer à l'action. Différents facteurs, tels que la combinaison travail-foyer, jettent le doute dans l'esprit des candidates. La solution se trouve en partie chez les femmes elles-mêmes: pour conquérir une place sur le marché du travail, nous devons investir en nous-mêmes et ne pas penser immédiatement qu'un travail ou une fonction n'est pas fait(e) pour nous. Il est important de formaliser un objectif. Une sorte de fanal que l'on garde en ligne de mire. Chemin faisant, on croisera très certainement des choses qui nous conviendront. Cela aide aussi si des personnes travaillant au sein de l'entreprise se donnent mutuellement un petit coup de pouce. Il est quelque part logique que nous évaluions un poste ou une fonction selon le prisme de notre propre bagage mais cela nous empêche tout simplement de déceler certaines opportunités. On a alors besoin de quelqu'un qui nous tende une paire de lunettes nous permettant de voir ce poste sous un autre angle. Il est bien entendu déroutant d'atterrir dans un monde où tout le monde est différent de soi mais peut-être est-ce justement là la raison pour laquelle vous êtes la bonne personne et que vous pouvez faire une réelle différence à ce poste et dans cette société.Les sociétés doivent également faire preuve d'ouverture à l'égard de femmes qui indiquent que le contexte global ne leur convient pas. Si cette personne est la plus indiquée pour le job, nous devons alors lui offrir le meilleur tremplin possible. Même si cela signifie que nous devions adapter quelque peu le poste. Et, dès lors, ne pas opter automatiquement pour la solution de rechange masculine, simplement parce que ce candidat n'en fait pas un problème.Des modèlesDes modèles de référence sont bien entendu également essentiels pour amener à faire changer les choses. Ces femmes-modèles peuvent par exemple expliquer comment elles ont dû, elle aussi, surmonter des obstacles afin d'allier travail et vie privée. Et expliquer ce qu'il y a à gagner si nous tenons bon pour conquérir notre place sur le marché du travail. De même, les écoles ont une grande importance en la matière. Des modèles de référence devraient avoir la possibilité d'inspirer les filles, dès leur plus jeune âge, à choisir un emploi moins "évident". Lorsque les gens apprennent que vous travaillez dans l'IT, ils pensent souvent que vous vous occupez d'ordinateurs à longueur de journée et que votre boulot ne laisse aucune place à la créativité et à la communication -- l'inverse est vrai. Pour augmenter l'afflux de femmes vers des emplois ICT, il faut tout d'abord qu'un nombre plus élevé de filles choisissent les filières STEM.Personnellement, je n'ai jamais pu m'appuyer sur des modèles de référence. J'ai débarqué plutôt par hasard dans le monde de l'ICT. Mais dès l'instant où vous travaillez dans une société, vos collègues deviennent vos plus grands modèles. En les écoutant, vous êtes déjà nettement mieux en mesure d'évaluer ce qu'ils doivent faire dans le cadre de leur travail. Voilà pourquoi il est si important d'élaborer un réseau. Ce n'est sans doute pas facile actuellement mais tout commence par des instants de connexion entre individus dans l'entreprise. J'ai certainement eu la chance que les personnes de mon entourage m'ont aidée à nourrir ma confiance et à franchir le pas vers un monde inconnu.Si nous voulons réellement oeuvrer à une plus grande diversité dans les entreprises et au niveau des directions, il faut faire grandir, partout, le réflexe qui consiste à discerner le potentiel global d'un individu. Et, en tant qu'individu, nous devons persévérer dans la quête de notre objectif. Même s'il peut parfois être difficile de s'adapter à un environnement, vous savez que vous pouvez inspirer d'autres personnes en osant et, surtout, en n'abandonnant pas. Cela vaut bien entendu aussi pour tous les hommes qui recherchent une place dans un secteur dominé par les femmes.Plus nombreuses seront les sociétés qui trouveront un équilibre et qui réussiront à intégrer la diversité au niveau directorial, plus elles se singulariseront par un regain d'innovation. Admettez-le: c'est là une fabuleuse raison de célébrer avec enthousiasme la Journée internationale de la femme en 2021! Carmina Coenen, Deputy Country Leader et Director Solution Advisors chez Salesforce Belux.