La Flandre souhaite que tous ses habitants installent des pompes à chaleur électriques. Ainsi, le gouvernement flamand interdit le raccordement au gaz naturel des nouveaux bâtiments résidentiels à partir de 2026.

Pourtant, la pompe à chaleur électrique laisse les Flamands de glace. Car soyons francs : si vous n'habitez pas dans une nouvelle construction parfaitement isolée, une pompe à chaleur va surtout coûter une fortune pour un chauffage insuffisant. La solution abordable pour les rénovations ou les bâtiments plus anciens ? Un système de chauffage hybride.

Ceux qui choisissent une nouvelle construction à l'heure actuelle investissent dans un chauffage durable. Dans ce cas, des panneaux solaires en combinaison avec une pompe à chaleur électrique constituent la bonne solution pour un chauffage aussi écologique que possible. Les décideurs politiques prônent eux aussi un chauffage 100 % électrique. Jusque-là, pas de problème. Mais le fait est que la pompe à chaleur électrique n'est pas une solution durable pour tous. Ceux qui rénovent une habitation plus ancienne atteignent rarement des normes d'isolation aussi élevées que les nouvelles constructions résidentielles d'aujourd'hui. Et dans ce cas, celui qui remplace une chaudière traditionnelle par une pompe à chaleur 100 % électrique n'obtient bien souvent pas un rendement suffisant.

"La pompe à chaleur électrique n'est pas une solution durable pour tous, optons pour les systèmes hybrides!"

Payer pour avoir froid

Qui plus est, les pompes à chaleur électriques ne sont qu'en partie rentables. La solution la moins chère consiste à consommer le moins possible, et nous devons donc isoler nos maisons. Mais il est impossible d'isoler suffisamment une habitation déjà âgée. Et si vous ne vivez pas dans une maison parfaitement rénovée, une pompe à chaleur va surtout vous coûter énormément d'argent sans vous assurer un chauffage suffisant en hiver.

Chauffer en fonction de la saison

À cela s'ajoute le fait que de nombreuses familles flamandes ont installé une chaudière traditionnelle ces huit dernières années. On ne les convaincra pas de remplacer entièrement leur chauffage par une pompe à chaleur (bien souvent beaucoup trop chère). Les systèmes hybrides, en revanche, permettent aux familles de contribuer plus rapidement à la transition énergétique. Une pompe à chaleur hybride est une petite pompe à chaleur électrique associée à une chaudière traditionnelle au gaz ou au mazout.

Dans l'entre-saison, on utilise la petite pompe à chaleur électrique. Et lorsque le temps se rafraîchit votre système bascule vers la source de chauffage traditionnelle. Vous n'avez ainsi jamais froid car, lorsque la température extérieure passe sous les 4 °C, votre installation passe de l'électricité au gaz ou au mazout. Et la pompe hybride est tout à fait abordable : 4 000 euros environ, installation comprise.

Un potentiel énorme inexploité en Flandre

Le chauffage respectueux de l'environnement ne peut pas être le privilège des riches bobos écolos qui installent pour 20 000 euros de panneaux solaires et de pompes à chaleur. Nous ferons une différence bien plus importante en permettant à des millions de familles de travailleurs de passer à l'hybride moyennant un investissement modeste. Et le potentiel ne manque pas : ces 8 dernières années, quelque 180 000 chaudières au mazout ou au gaz ont été installées en Flandre. Un calcul rapide nous indique que cela représente 1,44 million d'appareils de chauffage. Si nous permettons à 2 % de ces ménages de passer à un système hybride, cela représente 28 800 appareils de chauffage hybrides. C'est bien plus que le nombre de pompes à chaleur électriques vendues en Belgique en 2021.

Le chauffage respectueux de l'environnement ne peut pas être le privilège des riches bobos écolos qui installent pour 20.000 euros de panneaux solaires et de pompes à chaleur.

L'hybride trop méconnu

L'hybride est compact, abordable et n'exige pas de compromis sur le confort. Il de s'agit pas d'une solution intermédiaire en attendant le tout électrique, mais bien d'une alternative écologique à part entière. Alors pourquoi n'adoptons-nous pas l'hybride en masse ? Parce que cette solution est méconnue, y compris par les installateurs. Bon nombre d'entre eux, surtout de l'ancienne génération, travaillent depuis des années avec le gaz et le mazout et sont réticents à se convertir. Et il est impossible d'apprécier ce que l'on connaît mal...

Tout commence sur les bancs de l'école. C'est là qu'il faudrait mieux préparer les jeunes installateurs au chauffage de l'avenir. Nous devons faire changer les mentalités. C'est ainsi qu'aujourd'hui, nous formons les installateurs pour en faire de véritables héros de l'hybride. Ils acquièrent une connaissance suffisante du système pour pouvoir informer au mieux les consommateurs. Mais il n'est pas facile de convaincre les chauffagistes plus âgés de l'intérêt d'une nouvelle solution. Souvenons-nous qu'il y a vingt ans encore, les gens se méfiaient des chaudières à condensation... Alors que tout le monde en installe aujourd'hui.

Ma conclusion ? Laissez le grand public passer à l'hybride. Ce n'est que de cette façon que nous aurons un impact en faveur de l'environnement et que nous en finirons avec les combustibles fossiles. La problématique est connue, le potentiel est bien présent, il ne nous reste plus qu'à l'exploiter.

Une carte blanche d'Yves Vanpoucke, directeur de Remeha Belgique

La Flandre souhaite que tous ses habitants installent des pompes à chaleur électriques. Ainsi, le gouvernement flamand interdit le raccordement au gaz naturel des nouveaux bâtiments résidentiels à partir de 2026.Pourtant, la pompe à chaleur électrique laisse les Flamands de glace. Car soyons francs : si vous n'habitez pas dans une nouvelle construction parfaitement isolée, une pompe à chaleur va surtout coûter une fortune pour un chauffage insuffisant. La solution abordable pour les rénovations ou les bâtiments plus anciens ? Un système de chauffage hybride.Ceux qui choisissent une nouvelle construction à l'heure actuelle investissent dans un chauffage durable. Dans ce cas, des panneaux solaires en combinaison avec une pompe à chaleur électrique constituent la bonne solution pour un chauffage aussi écologique que possible. Les décideurs politiques prônent eux aussi un chauffage 100 % électrique. Jusque-là, pas de problème. Mais le fait est que la pompe à chaleur électrique n'est pas une solution durable pour tous. Ceux qui rénovent une habitation plus ancienne atteignent rarement des normes d'isolation aussi élevées que les nouvelles constructions résidentielles d'aujourd'hui. Et dans ce cas, celui qui remplace une chaudière traditionnelle par une pompe à chaleur 100 % électrique n'obtient bien souvent pas un rendement suffisant.Payer pour avoir froidQui plus est, les pompes à chaleur électriques ne sont qu'en partie rentables. La solution la moins chère consiste à consommer le moins possible, et nous devons donc isoler nos maisons. Mais il est impossible d'isoler suffisamment une habitation déjà âgée. Et si vous ne vivez pas dans une maison parfaitement rénovée, une pompe à chaleur va surtout vous coûter énormément d'argent sans vous assurer un chauffage suffisant en hiver.Chauffer en fonction de la saisonÀ cela s'ajoute le fait que de nombreuses familles flamandes ont installé une chaudière traditionnelle ces huit dernières années. On ne les convaincra pas de remplacer entièrement leur chauffage par une pompe à chaleur (bien souvent beaucoup trop chère). Les systèmes hybrides, en revanche, permettent aux familles de contribuer plus rapidement à la transition énergétique. Une pompe à chaleur hybride est une petite pompe à chaleur électrique associée à une chaudière traditionnelle au gaz ou au mazout.Dans l'entre-saison, on utilise la petite pompe à chaleur électrique. Et lorsque le temps se rafraîchit votre système bascule vers la source de chauffage traditionnelle. Vous n'avez ainsi jamais froid car, lorsque la température extérieure passe sous les 4 °C, votre installation passe de l'électricité au gaz ou au mazout. Et la pompe hybride est tout à fait abordable : 4 000 euros environ, installation comprise.Un potentiel énorme inexploité en FlandreLe chauffage respectueux de l'environnement ne peut pas être le privilège des riches bobos écolos qui installent pour 20 000 euros de panneaux solaires et de pompes à chaleur. Nous ferons une différence bien plus importante en permettant à des millions de familles de travailleurs de passer à l'hybride moyennant un investissement modeste. Et le potentiel ne manque pas : ces 8 dernières années, quelque 180 000 chaudières au mazout ou au gaz ont été installées en Flandre. Un calcul rapide nous indique que cela représente 1,44 million d'appareils de chauffage. Si nous permettons à 2 % de ces ménages de passer à un système hybride, cela représente 28 800 appareils de chauffage hybrides. C'est bien plus que le nombre de pompes à chaleur électriques vendues en Belgique en 2021.L'hybride trop méconnuL'hybride est compact, abordable et n'exige pas de compromis sur le confort. Il de s'agit pas d'une solution intermédiaire en attendant le tout électrique, mais bien d'une alternative écologique à part entière. Alors pourquoi n'adoptons-nous pas l'hybride en masse ? Parce que cette solution est méconnue, y compris par les installateurs. Bon nombre d'entre eux, surtout de l'ancienne génération, travaillent depuis des années avec le gaz et le mazout et sont réticents à se convertir. Et il est impossible d'apprécier ce que l'on connaît mal...Tout commence sur les bancs de l'école. C'est là qu'il faudrait mieux préparer les jeunes installateurs au chauffage de l'avenir. Nous devons faire changer les mentalités. C'est ainsi qu'aujourd'hui, nous formons les installateurs pour en faire de véritables héros de l'hybride. Ils acquièrent une connaissance suffisante du système pour pouvoir informer au mieux les consommateurs. Mais il n'est pas facile de convaincre les chauffagistes plus âgés de l'intérêt d'une nouvelle solution. Souvenons-nous qu'il y a vingt ans encore, les gens se méfiaient des chaudières à condensation... Alors que tout le monde en installe aujourd'hui.Ma conclusion ? Laissez le grand public passer à l'hybride. Ce n'est que de cette façon que nous aurons un impact en faveur de l'environnement et que nous en finirons avec les combustibles fossiles. La problématique est connue, le potentiel est bien présent, il ne nous reste plus qu'à l'exploiter.Une carte blanche d'Yves Vanpoucke, directeur de Remeha Belgique