Après cette réduction de 150 points de base, le taux directeur de la Banque centrale russe est désormais inférieur à ce qu'il était avant le lancement de l'offensive de Moscou contre l'Ukraine, fin février.

Dans la foulée des sanctions économiques occidentales liées à cette intervention militaire, la Banque centrale avait drastiquement relevé son taux de 9,50% à 20%, avant de procéder à plusieurs baisses ces derniers mois. "Les taux de croissance des prix à la consommation restent bas, ce qui contribue à un ralentissement supplémentaire de l'inflation annuelle", a déclaré vendredi dans un communiqué la Banque centrale, pour justifier sa nouvelle baisse.

Elle a toutefois reconnu que "l'environnement extérieur continue de poser des défis à l'économie russe et contraint fortement l'activité". Les marchés misaient sur une baisse de 50 points de base. L'inflation sur un an, qui a flambé en Russie après l'offensive en Ukraine, jusqu'à battre un record vieux de vingt ans, a reflué en mai et en juin, atteignant tout de même 15,9% sur un an, selon les données officielles.

La hausse des prix a déjà considérablement miné le pouvoir d'achat des Russes, qui ont peu d'épargne, et fait fondre leur consommation. La baisse des taux d'intérêt est justement l'un des outils utilisés pour relancer la consommation. La Banque centrale a indiqué vendredi qu'elle "évaluerait la nécessité de réduire le taux directeur au second semestre 2022", estimant que l'inflation oscillerait en 2022 entre 12% et 15%.

Après cette réduction de 150 points de base, le taux directeur de la Banque centrale russe est désormais inférieur à ce qu'il était avant le lancement de l'offensive de Moscou contre l'Ukraine, fin février. Dans la foulée des sanctions économiques occidentales liées à cette intervention militaire, la Banque centrale avait drastiquement relevé son taux de 9,50% à 20%, avant de procéder à plusieurs baisses ces derniers mois. "Les taux de croissance des prix à la consommation restent bas, ce qui contribue à un ralentissement supplémentaire de l'inflation annuelle", a déclaré vendredi dans un communiqué la Banque centrale, pour justifier sa nouvelle baisse. Elle a toutefois reconnu que "l'environnement extérieur continue de poser des défis à l'économie russe et contraint fortement l'activité". Les marchés misaient sur une baisse de 50 points de base. L'inflation sur un an, qui a flambé en Russie après l'offensive en Ukraine, jusqu'à battre un record vieux de vingt ans, a reflué en mai et en juin, atteignant tout de même 15,9% sur un an, selon les données officielles.La hausse des prix a déjà considérablement miné le pouvoir d'achat des Russes, qui ont peu d'épargne, et fait fondre leur consommation. La baisse des taux d'intérêt est justement l'un des outils utilisés pour relancer la consommation. La Banque centrale a indiqué vendredi qu'elle "évaluerait la nécessité de réduire le taux directeur au second semestre 2022", estimant que l'inflation oscillerait en 2022 entre 12% et 15%.