La présidente de l'institution, Christine Lagarde, martèle qu'il faut éviter de "surréagir" à la poussée des prix en zone euro, surtout au moment où la reprise post-Covid reste fragile et bridée par la crise mondiale des chaînes logistiques. Les marchés seront néanmoins à l'affût, jeudi, après la réunion du Conseil des gouverneurs, de tout indice sur la façon dont la banque compte gérer la sortie des énormes programmes de soutien accordés depuis le début de la pandémie. Les marchés européens jugent probable une hausse des taux directeurs au troisième trimestre de 2022, un véritable tournant après une décennie de baisse continue dans un contexte d'inflation atone.

Mais la BCE s'est jusqu'ici gardée de dévoiler son calendrier malgré l'accélération des hausses de prix. Le taux d'inflation, tiré par la flambée des coûts de l'énergie, a bondi en septembre à 3,4% sur un an, du jamais vu depuis 13 ans et bien au-dessus de l'objectif symétrique de 2% visé par la BCE sur le moyen terme. Il devrait atteindre plus de 4% d'ici la fin de l'année, selon les experts.

- Equilibrisme -

Les banques centrales sont toutefois prises en étau entre retour de l'inflation et menaces sur la croissance. L'activité a perdu en élan face à la persistance des pénuries de matériaux. En témoigne la baisse en octobre et pour le troisième mois consécutif des indices PMI du secteur privé en zone euro.

Au mieux, le PIB de la zone euro "ne devrait croître que légèrement au quatrième trimestre", prévoit Ralph Solveen, économiste chez Commerzbank.

Ce cocktail réveille le spectre de la stagflation, combinaison de hausse de prix et de croissance atone, spirale funeste des années 1970.

Cette situation complique le travail des banques centrales : si elles resserrent prématurément leur politique accommodante, elles risquent de paralyser la reprise. Si elles attendent trop longtemps, elles auront plus de mal à dompter l'inflation.

Dans cet exercice d'équilibriste, la BCE semble moins pressée d'agir que ses homologues des pays développés.

Fin septembre, la banque centrale de Norvège a été la première du G10 à relever ses taux, suivie début octobre par la Banque de Réserve de Nouvelle-Zélande.

La Fed américaine prépare depuis plusieurs mois le terrain pour une annonce de réduction de ses achats d'actifs début novembre. Mais elle n'agira pas tout de suite sur ses taux bas.

Le calendrier s'accélère aussi à la Banque d'Angleterre, son gouverneur Andrew Bailey affirmant que l'institution pourrait "devoir agir" pour maîtriser l'inflation. Les investisseurs tablent sur un resserrement monétaire de la BoE avant la fin de l'année.

-

Avenir des achats de dettes -

"Par contraste, la BCE semble plutôt zen", note Bruno Cavalier, économiste chez Oddo.

Avant de planifier une hausse des taux, la BCE voudra voir sa prévision d'inflation se situer pour 2022 et 2023 dans les clous de son objectif de 2%, ce qui n'est pas le scénario du moment.

Ses responsables ne cessent d'insister sur le caractère transitoire de l'inflation, tout en reconnaissant qu'elle pourrait se prolonger si elle s'accompagnait d'une hausse des salaires. Un risque de spirale à laquelle la banque reste attentive.

Accompagner la sortie de la crise sanitaire implique aussi, pour l'institution de Francfort, de débattre de la fin de son programme d'achats massifs de dettes (PEPP) mis en place lors de la pandémie.

L'enveloppe de 1.850 milliards d'euros, qui a permis de financer le "Quoi qu'il en coûte" des Etats durant l'épidémie de Covid, doit expirer fin mars 2022.

Or, tout reste à discuter sur l'après "PEEP", avec le souci d'amortir un potentiel choc sur des marchés désormais habitués à des injections massives de liquidités.

Pour assurer une transition en douceur, la BCE a plusieurs options, allant de la mise en place d'un nouveau programme de rachats de dette au réaménagement de son dispositif d'assouplissement quantitatif (QE), grâce auquel elle rachète depuis 2015 des titres sur les marchés.

Cette discussion délicate est attendue pour la réunion du 16 décembre.

La présidente de l'institution, Christine Lagarde, martèle qu'il faut éviter de "surréagir" à la poussée des prix en zone euro, surtout au moment où la reprise post-Covid reste fragile et bridée par la crise mondiale des chaînes logistiques. Les marchés seront néanmoins à l'affût, jeudi, après la réunion du Conseil des gouverneurs, de tout indice sur la façon dont la banque compte gérer la sortie des énormes programmes de soutien accordés depuis le début de la pandémie. Les marchés européens jugent probable une hausse des taux directeurs au troisième trimestre de 2022, un véritable tournant après une décennie de baisse continue dans un contexte d'inflation atone. Mais la BCE s'est jusqu'ici gardée de dévoiler son calendrier malgré l'accélération des hausses de prix. Le taux d'inflation, tiré par la flambée des coûts de l'énergie, a bondi en septembre à 3,4% sur un an, du jamais vu depuis 13 ans et bien au-dessus de l'objectif symétrique de 2% visé par la BCE sur le moyen terme. Il devrait atteindre plus de 4% d'ici la fin de l'année, selon les experts.Les banques centrales sont toutefois prises en étau entre retour de l'inflation et menaces sur la croissance. L'activité a perdu en élan face à la persistance des pénuries de matériaux. En témoigne la baisse en octobre et pour le troisième mois consécutif des indices PMI du secteur privé en zone euro.Au mieux, le PIB de la zone euro "ne devrait croître que légèrement au quatrième trimestre", prévoit Ralph Solveen, économiste chez Commerzbank. Ce cocktail réveille le spectre de la stagflation, combinaison de hausse de prix et de croissance atone, spirale funeste des années 1970.Cette situation complique le travail des banques centrales : si elles resserrent prématurément leur politique accommodante, elles risquent de paralyser la reprise. Si elles attendent trop longtemps, elles auront plus de mal à dompter l'inflation.Dans cet exercice d'équilibriste, la BCE semble moins pressée d'agir que ses homologues des pays développés.Fin septembre, la banque centrale de Norvège a été la première du G10 à relever ses taux, suivie début octobre par la Banque de Réserve de Nouvelle-Zélande.La Fed américaine prépare depuis plusieurs mois le terrain pour une annonce de réduction de ses achats d'actifs début novembre. Mais elle n'agira pas tout de suite sur ses taux bas.Le calendrier s'accélère aussi à la Banque d'Angleterre, son gouverneur Andrew Bailey affirmant que l'institution pourrait "devoir agir" pour maîtriser l'inflation. Les investisseurs tablent sur un resserrement monétaire de la BoE avant la fin de l'année.-"Par contraste, la BCE semble plutôt zen", note Bruno Cavalier, économiste chez Oddo.Avant de planifier une hausse des taux, la BCE voudra voir sa prévision d'inflation se situer pour 2022 et 2023 dans les clous de son objectif de 2%, ce qui n'est pas le scénario du moment. Ses responsables ne cessent d'insister sur le caractère transitoire de l'inflation, tout en reconnaissant qu'elle pourrait se prolonger si elle s'accompagnait d'une hausse des salaires. Un risque de spirale à laquelle la banque reste attentive.Accompagner la sortie de la crise sanitaire implique aussi, pour l'institution de Francfort, de débattre de la fin de son programme d'achats massifs de dettes (PEPP) mis en place lors de la pandémie.L'enveloppe de 1.850 milliards d'euros, qui a permis de financer le "Quoi qu'il en coûte" des Etats durant l'épidémie de Covid, doit expirer fin mars 2022.Or, tout reste à discuter sur l'après "PEEP", avec le souci d'amortir un potentiel choc sur des marchés désormais habitués à des injections massives de liquidités.Pour assurer une transition en douceur, la BCE a plusieurs options, allant de la mise en place d'un nouveau programme de rachats de dette au réaménagement de son dispositif d'assouplissement quantitatif (QE), grâce auquel elle rachète depuis 2015 des titres sur les marchés.Cette discussion délicate est attendue pour la réunion du 16 décembre.