Lire également "Coronavirus: Le coût des mesures socio-économiques pourrait monter à 10 milliards d'euros"
...

Alors que la Belgique vit désormais sa septième semaine de confinement, une nouvelle étude de consommation réalisée par Sapio à la demande de la première banque mobile d'Europe N26, révèle que les inquiétudes financières et économiques sont grandissantes au sein des populations américaine et européenne.Les soucis d'argent sont désormais la deuxième préoccupation des gens à travers le monde, après la santé. Et beaucoup s'adaptent. En effet, chez nous, 65% des Belges interrogés expliquent avoir changé leurs priorités financières depuis le début de la crise du coronavirus. Les craintes relatives à l'économies ont été citées comme les principales raisons de ce changement. Un peu moins de la moitié des Belges interrogés s'inquiètent de l'augmentation du coût de la vie, tandis que 23% d'entre eux affirment craindre pour la sécurité de leur emploi. Il faut savoir que ces inquiétudes sont plus élevées du côté des générations plus âgées, mais qu'elles restent relativement équilibrées entre les femmes et les hommes. Jusqu'à environ 200 euros de côté en plus par moisCes inquiétudes ont dès lors provoqué une hausse de l'épargne chez les Belges. Près de 60% d'entre eux déclarent d'ailleurs économiser plus depuis le début de crise. La majorité d'entre eux expliquent avoir mis de côté jusqu'à 195 euros supplémentaires chaque mois."Si nous avons tous vu l'impact du coronavirus sur notre vie quotidienne, cela a également un gros impact sur nos finances quotidiennes", a déclaré Jérémie Rosselli, directeur général de la Belgique, la France et du Luxembourg pour N26. "Nos recherches montrent clairement le stress et l'inquiétude financiers liés à cette pandémie mondiale, et comment les Belges ont changé non seulement leur mode de vie mais aussi leur façon d'effectuer leurs opérations bancaires en conséquence".Une façon de dépenser différenteL'étude révèle une autre facette intéressante : on constate que les habitudes de consommation des Belges ont également évolué. La grande majorité (75%) de ceux-ci affirment avoir changé de type de produits qu'ils achètent par mois. De plus, on apprend que 66% des Belges interrogés déclarent qu'ils opteraient probablement plus pour des paiements sans contact et qu'ils abandonneraient l'argent liquide pour des raisons sanitaires. "Si certains de ces changements et tendances financières ne dureront peut-être que le temps de cette pandémie, beaucoup resteront", a ajouté Jérémie Rosselli. "Les gens commencent à ressentir directement les avantages de la banque numérique à partir d'une application ou d'un ordinateur à la maison. Ils ont leur argent au bout des doigts et bénéficient de certaines fonctionnalités innovantes pour établir un budget, épargner et transférer des fonds".