Lors des négociations qui ont donné naissance à la Vivaldi, l'été 2020, Conner Rousseau avait été qualifié ironiquement d'"écolier" par son homologue du MR, Georges-Louis Bouchez. A 27 ans, le président de Vooruit en avait un peu l'attitude avec ses sacs négligés et ses allures d'adolescent. Elu un an auparavant à la tête d'un parti socialiste flamand bien mal en point, ce fils de l'ancienne bourgmestre de Saint-Nicolas, Christel Geerts, avait encore tout à prouver.
...

Lors des négociations qui ont donné naissance à la Vivaldi, l'été 2020, Conner Rousseau avait été qualifié ironiquement d'"écolier" par son homologue du MR, Georges-Louis Bouchez. A 27 ans, le président de Vooruit en avait un peu l'attitude avec ses sacs négligés et ses allures d'adolescent. Elu un an auparavant à la tête d'un parti socialiste flamand bien mal en point, ce fils de l'ancienne bourgmestre de Saint-Nicolas, Christel Geerts, avait encore tout à prouver.Trois ans plus tard, alors que la Vivaldi a traversé la crise du Covid et fait face à un contexte économique lourd de menaces, Conner Rousseau a surpris tout le monde. Décomplexé, n'hésitant pas à jouer sur la dynamique 'people' en Flandre ou à sortir des idées socialistes traditionnelles, le jeune homme est désormais à la tête du parti flamand qui se porte le mieux au sein de la Vivaldi. Dans les sondages, tandis que le CD&V et l'Open VLD peinent à se maintenir autour des 10% ou que Groen ne décolle pas, Vooruit fait mieux que se défendre autour des 16 ou 17%.Conner Rousseau est devenu le faiseur de roi potentiel pour 2024, quand la Vivaldi devra défendre son bilan face aux nationalistes flamands (Vlaams Belang et N-VA) et aux radicaux de gauche du PTB - PvdA. Alors, on l'écoute, on le prend désormais au sérieux, comme quand il lance régulièrement - ce week-end encore, lors de ses voeux - des appels du pied en vue d'une possible coalition avec la N-VA. Objectif? Tout pour éviter l'arrivée au pouvoir l'extrême droite du Belang, qui pointe désormais à la première place des classements en Flandre.Déterminé à couper l'herbe sous le pied de l'extrême droite vis-à-vis des classes populaires, Conner Rousseau n'hésite pas à dire et à répéter qu'il ne se "sent pas chez lui à Molenbeek". Au risque d'exaspérer le parti socialiste francophone avec lequel il y a désormais de nombreuses nuances. A la table des discussions gouvernementales, quand le vice-Premier ministe Frank Vandenbroucke défend des réformes en matière de travail ou de pensions, il reçoit davantage l'oreille... du MR que du PS.Si Conner Rousseau envisage de collaborer avec la N-VA, si l'arithmétique l'impose en 2024, pourrait-il envisager de le faire sans son parti frère, le PS? L'histoire n'est pas encore écrite, mais certains, dans les rangs libéraux, miseraient bien sur une redite de la Suédoise alliant N-VA, Vooruit, Open VLD, MR et autres Engagés. Avantage: cela permettrait une nouvelle fois d'éviter une réforme de l'Etat et le passage par le confédéralisme pour se concentrer sur le socio-économique, l'avenir énergétique du pays (avec le nucléaire) ou la sécurité. Et cela ouvrirait la porte à un nouveau Premier ministre libéral, voire à Conner Rousseau lui-même.Cerise sur le gâteau: cela permettrait de se passer des écologistes qui irritent fortement au Nord et chez les libéraux.Cela dit en passant, ce n'est pas pour rien que Georges-Louis Bouchez, président du MR, tient du côté francophone une discours "N-VA compatible" et surtout "Voka compatible", ni qu'il utilise un langage de "droite populaire" en matière de sécurité. La N-VA étant vexé d'avoir été mise de côté par le MR en 2020, elle pourrait être tentée de se venger, mais ce serait plus difficile de le faire, pour elle, si les milieux patronaux plébiscitent le dscours du président libéral.Certes, le "bruit" perpétuel du président du MR en marge de la majorité actuelle n'est pas toujours du goût de tout le monde au sein de Vooruit. Le vice-Premier, Frank Vandenbroucke, insiste sur la loyauté des partenaires. Mais si les cartes devaient être rebattues en 2024, il ne faut pas exclure en telle éventualité d'un rapprochement dans lequel N-VA, Vooruit et MR joueraient un rôle. Ou du moins: certains ne l'excluent pas.