Selon le Conseil d'information sur le trafic routier (OFV), 64,5% des voitures neuves vendues l'an dernier dans le pays scandinave - par ailleurs le plus gros producteur d'hydrocarbures d'Europe de l'Ouest - étaient des véhicules à batterie, contre 54,3% en 2020.

Sans égal dans le monde, cette proportion a pour toile de fond un record de nouvelles immatriculations: malgré la pandémie de Covid-19, 176.276 voitures neuves ont été vendues en Norvège, dont 113.715 électriques.

A titre d'exemple, sur fond de marché automobile toujours déprimé, les voitures électriques ont représenté 9,8% des nouvelles immatriculations en France l'an dernier, un niveau qui s'inscrit dans la moyenne européenne.

"Peu de gens auraient envisagé que 2021 soit une année record pour les ventes de voitures neuves en Norvège et aucun autre pays n'a observé une telle croissance des ventes de voitures électriques", a commenté le directeur de l'OFV, Øyvind Solberg Thorsen. "Au rythme actuel (...), le parc automobile norvégien comptera un demi-million de voitures électriques dès mars. On s'approchera alors des 20% sur un total de 2,8 millions de voitures individuelles, ce qui est assez formidable", a-t-il dit dans un communiqué.

Pionnière en la matière, la Norvège s'est fixé l'ambition que toutes ses voitures neuves soient "zéro émission" - électriques et à hydrogène - à compter de 2025. Le recours à la propulsion électrique y est jugé d'autant plus pertinent que le pays tire la quasi-totalité de son électricité de barrages hydrauliques qui ne produisent pas d'émissions de gaz à effet de serre.

Tesla en pole position

Tout en saluant "un jalon", l'Association norvégienne des véhicules électriques a dit s'attendre à ce que la part de marché des véhicules "zéro émission" dépasse 80% cette année avec l'arrivée de nouveaux modèles. "Pour la première fois, une marque +tout électrique+ domine la liste des ventes de voitures neuves", a relevé sa secrétaire générale, Christina Bu, dans un communiqué.

Grâce en particulier au Model 3, l'américain Tesla a en effet décroché 11,6% du marché automobile norvégien l'an dernier, devant les constructeurs allemand Volkswagen et japonais Toyota. Outre la Model 3, en pole position, les voitures "tout-électrique" (Volkswagen ID.4, Tesla Model Y, Ford Mustang Mach-E, Audi e-tron...) ont représenté huit des dix meilleures ventes.

Contrairement aux voitures diesel ou essence très lourdement taxées, les voitures électriques sont exemptes de quasiment toute taxe en Norvège, ce qui les rend comparativement moins chères à l'achat. Elles bénéficient aussi de multiples avantages en Norvège même si les autorités ont commencé à en rogner certains tels que la gratuité des péages urbains ou la possibilité d'emprunter les couloirs de transport collectif.

Arrivé au pouvoir l'an dernier, le nouveau gouvernement norvégien de centre gauche prévoit également de taxer les modèles les plus haut de gamme en appliquant la TVA sur les sommes dépassant le seuil de 600.000 couronnes (60.000 euros)

Selon le Conseil d'information sur le trafic routier (OFV), 64,5% des voitures neuves vendues l'an dernier dans le pays scandinave - par ailleurs le plus gros producteur d'hydrocarbures d'Europe de l'Ouest - étaient des véhicules à batterie, contre 54,3% en 2020.Sans égal dans le monde, cette proportion a pour toile de fond un record de nouvelles immatriculations: malgré la pandémie de Covid-19, 176.276 voitures neuves ont été vendues en Norvège, dont 113.715 électriques.A titre d'exemple, sur fond de marché automobile toujours déprimé, les voitures électriques ont représenté 9,8% des nouvelles immatriculations en France l'an dernier, un niveau qui s'inscrit dans la moyenne européenne."Peu de gens auraient envisagé que 2021 soit une année record pour les ventes de voitures neuves en Norvège et aucun autre pays n'a observé une telle croissance des ventes de voitures électriques", a commenté le directeur de l'OFV, Øyvind Solberg Thorsen. "Au rythme actuel (...), le parc automobile norvégien comptera un demi-million de voitures électriques dès mars. On s'approchera alors des 20% sur un total de 2,8 millions de voitures individuelles, ce qui est assez formidable", a-t-il dit dans un communiqué.Pionnière en la matière, la Norvège s'est fixé l'ambition que toutes ses voitures neuves soient "zéro émission" - électriques et à hydrogène - à compter de 2025. Le recours à la propulsion électrique y est jugé d'autant plus pertinent que le pays tire la quasi-totalité de son électricité de barrages hydrauliques qui ne produisent pas d'émissions de gaz à effet de serre. Tout en saluant "un jalon", l'Association norvégienne des véhicules électriques a dit s'attendre à ce que la part de marché des véhicules "zéro émission" dépasse 80% cette année avec l'arrivée de nouveaux modèles. "Pour la première fois, une marque +tout électrique+ domine la liste des ventes de voitures neuves", a relevé sa secrétaire générale, Christina Bu, dans un communiqué. Grâce en particulier au Model 3, l'américain Tesla a en effet décroché 11,6% du marché automobile norvégien l'an dernier, devant les constructeurs allemand Volkswagen et japonais Toyota. Outre la Model 3, en pole position, les voitures "tout-électrique" (Volkswagen ID.4, Tesla Model Y, Ford Mustang Mach-E, Audi e-tron...) ont représenté huit des dix meilleures ventes. Contrairement aux voitures diesel ou essence très lourdement taxées, les voitures électriques sont exemptes de quasiment toute taxe en Norvège, ce qui les rend comparativement moins chères à l'achat. Elles bénéficient aussi de multiples avantages en Norvège même si les autorités ont commencé à en rogner certains tels que la gratuité des péages urbains ou la possibilité d'emprunter les couloirs de transport collectif.Arrivé au pouvoir l'an dernier, le nouveau gouvernement norvégien de centre gauche prévoit également de taxer les modèles les plus haut de gamme en appliquant la TVA sur les sommes dépassant le seuil de 600.000 couronnes (60.000 euros)