L'idée est venue de Hollande où, chaque année, plus d'un million de ballons gonflés à l'hélium disparaissent dans le ciel avant de retomber en lambeaux n'importe où. Mais tout comme aux Pays-Bas, Koen Van Den Heuvel (CD&V), ministre de l'Environnement, ne veut pas d'une mesure autoritaire dans sa Région. Interpellé à ce sujet par Elke Wouters (N-VA), le ministre a dû avouer ne pas savoir combien de ballons sont annuellement lâchés en Flandre ni quelles communes ont déjà pris des mesures dans ce cadre. Il a donc préféré s'en remettre à " la sagesse des autorités locales " pour décider de ce qui sera autorisé ou non. L'Ovam, organisme en charge de la gestion et de traitement des déchets, peaufine ainsi à sa demande un modèle de règlement de police qui devrait permettre aux communes flamandes d'interdire, si elles le souhaitent, tout lâcher de ballons au départ de leur territoire. Quelques localités pionnières n'ont toutefois pas attendu l'initiative ministérielle pour prendre les devants. Telle la commune de Schoten où, depuis 2015 déjà, plus aucun ballon n'est lâché lors des festivités du Nouvel An. D'autres en déconseillent l'usage, comme la ville d'Ostende où des vestiges de ballons abondent sur la plage et se retrouvent, une fois sur 50 en moyenne, dans l'estomac d'oiseaux marins retrouvés morts.