L'allongement ou la diminution de la longueur des carrières professionnelles est régulièrement au coeur des débats. Alors que de nombreuses figures politiques prennent régulièrement en exemple leurs pays voisins, nous avons décidé de nous pencher aujourd'hui sur ces chiffres, délivrés par l'agence européenne des statistiques, Eurostat.
...

L'allongement ou la diminution de la longueur des carrières professionnelles est régulièrement au coeur des débats. Alors que de nombreuses figures politiques prennent régulièrement en exemple leurs pays voisins, nous avons décidé de nous pencher aujourd'hui sur ces chiffres, délivrés par l'agence européenne des statistiques, Eurostat. Ainsi, dans l'Union européenne, en 2021, la durée moyenne attendue de la carrière professionnelle d'un jeune de 15 ans était de 36 ans. Un chiffre qui n'a cessé d'augmenter de manière régulière depuis 2001 dans l'UE, excepté en 2020 à cause de la crise sanitaire. Il y a 20 ans, un jeune européen de 15 ans était supposé travailler pendant 32 ans; 33 ans en 2006; 34 ans en 2010; 35 ans en 2016; et enfin 36 ans en 2021. En d'autres termes, un adolescent aujourd'hui est donc censé travailler en moyenne 4 ans de plus que son homologue de 2001. Sortons maintenant des moyennes européennes et penchons nous sur chaque pays. Car parmi ces derniers, la durée moyenne attendue de la vie active varie largement (soit de 10 ans) en fonction de leur situation géographique. Ainsi en 2021, le top 3 des pays du continent européen où l'on travaillait le plus longtemps était l'Islande (44,6 ans), les Pays-Bas (42,5 ans) et ex aequo la Suède et la Suisse (42,3 ans). A contrario, le top 3 des pays où l'on travaillait le moins longtemps était la Roumanie (31,3 ans), l'Italie (31,6 ans) et la Grèce (32,9 ans). La Belgique se trouve parmi les pays où l'on travaille le moins, arrivant ainsi en 6ème position dans ce classement avec une durée supposée de carrière de 34 ans. Quant à la France, elle se trouve dans la moyenne européenne avec une durée de 36,2 ans. Sans s'éloigner des clichés, c'est en majorité dans les pays du nord que l'on travaille le plus longtemps, et ceux du sud où l'on les carrières sont les plus courtes. Un constat sensiblement identique il y a 20 ans.La différence de longueur de carrière entre hommes et femmes est bien visible ici. Ainsi en 2021, les hommes européens avaient une durée prévue de leur vie active de 38,2 ans en moyenne. Les durées les plus longues étant enregistrées là encore en Islande (46,4 ans), aux Pays-Bas (44,3 ans) et en Suisse (44,2 ans). Les plus courtes ont été relevées en Bulgarie (34,6 ans), en Roumanie (35 ans) et en Croatie (36,6 ans). Pour les femmes, la durée moyenne de la vie active dans l'Union européenne était de 33,7 ans. Les vies actives les plus longues étaient enregistrées une nouvelle fois en Islande (42,6 ans), en Suède (41 ans) et aux Pays-Bas (40,5 ans). Enfin, c'est en Italie (26,9 ans), en Roumanie (27,4 ans) et en Grèce (29,2 ans) qu'elles étaient les plus courtes. Des écarts qui atteignent donc presque 20 ans entre certains pays du continent européen.Mais il est intéressant de noter ici que l'écart entre la longueur de carrière d'un homme et d'une femme s'est réduit dans l'Union européenne. Ainsi, en 2021, cet écart était de 4,5 ans, contre 7 ans il y a 20 ans. L'an dernier, l'écart des durées de carrière était le plus important en Italie (9,1 ans), Malte (8,4 ans) et Roumanie (7,6 ans). En Belgique, cet écart était de 3,6 ans, contre 8,1 ans il y a 20 ans.Enfin, en 2021, la Lituanie était le seul État membre de l'Union européenne où les femmes travaillaient plus longtemps que les hommes, soit 1,3 ans de plus. L'Estonie (0,1 an), la Lettonie (0,8 an) et la Finlande (1,1 an) présentaient ainsi des écarts également très faibles.Aurore Dessaigne