Après la Banque nationale de Belgique, Belfius. Une deuxième institution bancaire vient d'évaluer en peu de temps le marché résidentiel belge. Il en ressort que le marché est cette fois surévalué de 8,3%, bien en deçà des 20,1% de la BNB. Mais l'analyse de Belfius va bien plus loin que ce simple chiffre général. Son service d'études a analysé la surévaluation ou la sous-évaluation de chaque commune belge entre 2005 et 2020. Et ce ...

Après la Banque nationale de Belgique, Belfius. Une deuxième institution bancaire vient d'évaluer en peu de temps le marché résidentiel belge. Il en ressort que le marché est cette fois surévalué de 8,3%, bien en deçà des 20,1% de la BNB. Mais l'analyse de Belfius va bien plus loin que ce simple chiffre général. Son service d'études a analysé la surévaluation ou la sous-évaluation de chaque commune belge entre 2005 et 2020. Et ce à partir du prix des habitations, du revenu disponible par déclaration fiscale, du taux hypothécaire et du nombre de ménages. Le pourcentage signifie qu'il est plus difficile (ou facile en cas de sous-évaluation) pour les habitants de ces communes, vu leur revenu moyen et l'augmentation de la population, d'y trouver une maison abordable. L'accessibilité au logement y est donc en danger. Si on regarde cela d'un peu plus près, on observe que les principales surestimations sont à retrouver en Brabant wallon avec Lasne, La Hulpe, Waterloo et Ottignies-Louvain-la-Neuve (de 30 à 40%). Une grande partie de la province d'Anvers l'est également (Baerle-Duc, Hoogstraten et Ravels), de 20 à 30%. A Bruxelles, le prix des maisons sont en surchauffe à Saint-Josse (30 à 40%), Saint-Gilles et Ixelles (de 20 à 30%). A Liège, on retrouve Aubel, Waimes et Spa (de 20 à 30%). A la côte, le marché est surévalué de 30 à 40% à Knokke-Heist et Blankenberge. "En Wallonie, tout l'axe allant de Bruxelles à Luxembourg est surévalué", lit-on dans l'étude.Si on jette un regard dans le rétroviseur, le marché résidentiel belge était surestimé de 2010 à 2013. Il l'est à nouveau depuis 2019. Et vu l'augmentation du prix des maisons de 7,1% en 2021, on peut supposer que cette tendance se poursuivra. Enfin, quelques communes sont en situation de sous-évaluation. On les retrouve notamment dans le Hainaut (Frameries, Dour et Froidchapelle). Le marché immobilier y est sous-évalué de 30 à 40%.