La nervosité sur le marché immobilier pousse-t-elle les prix à la hausse ou les augmentations de prix attisent-elles la nervosité des candidats acheteurs? Le fait est que la hausse sur le marché belge des maisons se poursuit. La Fédération royale du notariat belge note un rebond de 4% du prix des maisons au premier semestre de cette année. En chiffres absolus, le prix médian a gonflé de 250.000 à 260.000 euros. En 2010, ce prix était encore de 175.000 euros.

Le prix médian des appartements s'est lui aussi accru de 3,7% à 225.000 euros au cours des six premiers mois de l'année. Sur 10 ans, les notaires enregistrent une progression de 41%. Sur le marché du terrain à bâtir, la tendance haussière est moins convaincante. En 10 ans, la valorisation ne dépasse pas 11%. Il est même question de tassement des prix de 1,2% (166 euros/m2) au premier semestre, un recul entièrement dû à l'effondrement des prix sur le marché bruxellois (- 20,7%). En Flandre (+ 3%) et en Wallonie (+2,8%), le terrain à bâtir poursuit son avancée.

La Flandre en tête de peloton

Avec un prix médian de 440.000 euros pour ses maisons, Bruxelles conserve la palme de la Région la plus onéreuse. Notons toutefois l'absence de majoration au premier semestre. En Wallonie par contre, les prix des maisons continuent leur progression: + 2,2% à 185.000 euros. En Flandre, ils ont gagné 5,4%, passant de 280.000 à 295.000 euros. Sur le marché des appartements également, la Flandre arrive en tête de peloton. Une hausse de 4,5% porte le prix médian à 230.000 euros. Bruxelles reste toutefois le marché des appartements les plus coûteux avec un prix médian de 250.000 euros après un renchérissement de 2,2%. En Wallonie, ce prix s'est stabilisé à 175.000 euros.

Les deux Brabant au coude à coude

Au niveau provincial, les valorisations spectaculaires en Flandre-Orientale attirent tous les regards. Le prix médian des maisons a rebondi de 7,3% à 295.000 euros. En Brabant flamand et wallon également, les prix s'envolent. Autre fait notable: les prix et leur évolution sont identiques dans les deux provinces voisines.

Les notaires y enregistrent une avancée de 6,1% à 350.000 euros. La lanterne rouge revient au Hainaut qui signe la hausse des prix la plus faible sur le marché des maisons: + 1,7% à un prix médian de 152.500 euros. Le Hainaut est et reste la province la moins chère du royaume.

La nervosité sur le marché immobilier pousse-t-elle les prix à la hausse ou les augmentations de prix attisent-elles la nervosité des candidats acheteurs? Le fait est que la hausse sur le marché belge des maisons se poursuit. La Fédération royale du notariat belge note un rebond de 4% du prix des maisons au premier semestre de cette année. En chiffres absolus, le prix médian a gonflé de 250.000 à 260.000 euros. En 2010, ce prix était encore de 175.000 euros. Le prix médian des appartements s'est lui aussi accru de 3,7% à 225.000 euros au cours des six premiers mois de l'année. Sur 10 ans, les notaires enregistrent une progression de 41%. Sur le marché du terrain à bâtir, la tendance haussière est moins convaincante. En 10 ans, la valorisation ne dépasse pas 11%. Il est même question de tassement des prix de 1,2% (166 euros/m2) au premier semestre, un recul entièrement dû à l'effondrement des prix sur le marché bruxellois (- 20,7%). En Flandre (+ 3%) et en Wallonie (+2,8%), le terrain à bâtir poursuit son avancée. Avec un prix médian de 440.000 euros pour ses maisons, Bruxelles conserve la palme de la Région la plus onéreuse. Notons toutefois l'absence de majoration au premier semestre. En Wallonie par contre, les prix des maisons continuent leur progression: + 2,2% à 185.000 euros. En Flandre, ils ont gagné 5,4%, passant de 280.000 à 295.000 euros. Sur le marché des appartements également, la Flandre arrive en tête de peloton. Une hausse de 4,5% porte le prix médian à 230.000 euros. Bruxelles reste toutefois le marché des appartements les plus coûteux avec un prix médian de 250.000 euros après un renchérissement de 2,2%. En Wallonie, ce prix s'est stabilisé à 175.000 euros. Au niveau provincial, les valorisations spectaculaires en Flandre-Orientale attirent tous les regards. Le prix médian des maisons a rebondi de 7,3% à 295.000 euros. En Brabant flamand et wallon également, les prix s'envolent. Autre fait notable: les prix et leur évolution sont identiques dans les deux provinces voisines. Les notaires y enregistrent une avancée de 6,1% à 350.000 euros. La lanterne rouge revient au Hainaut qui signe la hausse des prix la plus faible sur le marché des maisons: + 1,7% à un prix médian de 152.500 euros. Le Hainaut est et reste la province la moins chère du royaume.