Everland est un acteur discret mais très actif sur le marché bruxellois de l'hôtellerie. Le groupe comprend des restaurants comme Bia Mara, Le Conteur et Woodpecker, et les hôtels trois étoiles Urban Yard, The Scott Hotel, Yadoya et Hygge. Mais bientôt, un hôtel quatre étoiles viendra compléter son offre. En collaboration avec le fonds d'investissement immobilier allemand Aroundtown, Everland réaménage l'ancien hôtel Sheraton situé sur la place Rogier pour en faire le Cardo Brussels, un hôtel Autograph Collection du groupe Mariott.
...

Everland est un acteur discret mais très actif sur le marché bruxellois de l'hôtellerie. Le groupe comprend des restaurants comme Bia Mara, Le Conteur et Woodpecker, et les hôtels trois étoiles Urban Yard, The Scott Hotel, Yadoya et Hygge. Mais bientôt, un hôtel quatre étoiles viendra compléter son offre. En collaboration avec le fonds d'investissement immobilier allemand Aroundtown, Everland réaménage l'ancien hôtel Sheraton situé sur la place Rogier pour en faire le Cardo Brussels, un hôtel Autograph Collection du groupe Mariott.Selon Avi Haïm, fondateur et ancien président d'Everland, avec 532 chambres, cela sera le plus grand hôtel du Benelux, moyennant un investissement de 100 millions d'euros. Everland et Aroundtown travaillent également ensemble pour le développement des hôtels Cardo à Rome et à Paris.Everland est actif dans notre pays depuis quinze ans. Ilan Haïm, le frère d'Avi, dirige maintenant l'entreprise. "Nous venons d'une famille d'agents immobiliers", déclare Avi Haïm. "Nos parents ont constitué un portefeuille immobilier avec leur société Interland, dont 2 000 appartements à Londres. Une carrière dans l'entreprise familiale était le choix évident, mais mon frère et moi voulions créer notre propre entreprise. Grâce à notre ami Avi Barmoche, nous nous sommes retrouvés à Bruxelles. Nous nous sentons bienvenus ici."Avi Haïm décrit Everland comme la combinaison "d'un promoteur immobilier atypique et d'un opérateur hôtelier atypique". "Nous essayons de regarder le marché avec un esprit ouvert et nouveau, en dehors des concepts et des modèles commerciaux classiques", dit-il. Pour illustrer cette vision excentrique, il explique les plans d'un nouvel hôtel de 275 chambres à la limite de Machelen et de Zaventem : "C'est un emplacement d'aéroport, mais ne l'appelez pas un hôtel d'aéroport", dit Avi Haïm. "Les hôtels classiques d'aéroport sont généralement des lieux où l'on préfère rester le moins longtemps possible. Nous sommes en train d'en faire un hôtel de destination, avec un mélange d'appartements pour la vie urbaine et de chambres d'hôtel plus classiques." Pour cet hôtel, Everland travaille avec Accor.Flexibilité et expérience Haïm estime que 2022 sera une excellente année pour le secteur du voyage et de l'hôtellerie. "Après les deux années du coronavirus, les gens ont envie de voyager, de vivre de nouvelles expériences et de rencontrer d'autres personnes", explique-t-il. Il ajoute immédiatement que les marques hôtelières traditionnelles ont fait leur temps : "Dans les années 1980 et 1990, les gens voulaient de la sécurité lorsqu'ils voyageaient. Cela explique le succès de chaînes comme Ibis ou Hilton. Si vous réserviez dans un hôtel Hilton, vous saviez où vous alliez. Cela ne marche plus aujourd'hui. Les gens recherchent de nouvelles expériences. Ils veulent être surpris."C'est aussi la raison pour laquelle les hôtels d'Everland à Bruxelles ne sont pas commercialisés comme faisant partie d'une chaîne hôtelière. "Tous nos hôtels ont leur propre identité. Nous essayons d'en faire un lieu unique à chaque fois. Nous constatons une tendance à long terme dans la façon dont les gens vivent, travaillent, font leurs courses et se détendent. Ces activités sont de plus en plus imbriquées, et les gens recherchent la flexibilité et l'expérience. Ce mouvement a également un impact sur l'hôtellerie. La distinction entre voyage et hébergement s'estompe. Au lieu d'un voyage d'affaires ou urbain de quelques jours, les gens ont tendance à rester à une destination pendant plusieurs mois. Cela nécessite un concept hôtelier différent. Nous évoluons vers des appartements urbains, avec plus d'espaces communs et des concepts de restauration uniques, ainsi que des chambres ou des appartements qui conviennent également à des séjours plus longs."Se tourner vers l'investisseur immobilierEverland sort également des sentiers battus en matière de financement. Pour le réaménagement d'un immeuble de bureaux de l'avenue Louise en une résidence avec des appartements de luxe, elle se tourne en partie vers la plateforme de crowdlending BeeBonds. Avec une levée de 4 millions d'euros prévue, il s'agit du plus grand financement par crowdlending jamais réalisé en Belgique, selon BeeBonds.En outre, Everland travaille depuis sept ans avec Realis. Ce dernier a débuté il y a 23 ans en tant que spécialiste de l'immobilier d'investissement et se décrit aujourd'hui comme un "gestionnaire d'actifs pour l'immobilier". Realis vend une partie des appartements urbains des projets d'Everland à des investisseurs privés. "Everland est très fort pour développer des concepts qui répondent aux tendances sociales", déclare Peter Vanmaldeghem, PDG et fondateur de Realis. "Mais cela ne les empêche pas de valoriser notre savoir-faire et notre expérience. Ils sont très à l'écoute et nous impliquent dans le développement des concepts, afin qu'ils deviennent des produits intéressants non seulement pour le visiteur de l'hôtel, mais aussi pour nos investisseurs."Peter Vanmaldeghem se rend compte que les investissements dans l'immobilier hôtelier n'ont pas une très bonne réputation. "Nous avons joué un rôle de pionnier dans certaines niches de projets d'investissement immobilier", dit-il. "Mais dans le domaine de l'immobilier hôtelier, nous étions loin d'être les premiers. C'était un choix délibéré, car nous n'avions pas encore trouvé de formule adéquate. Nous aimons rester loin des formules de location habituelles. Grâce à nos formules "tout compris" bien conçues, nous veillons à ce que les investisseurs reprennent l'entièreté du contrôle en cas de non-paiement. Nous fournissons également des filets de sécurité par le biais de certaines garanties bloquées. Et en optant non pas pour les slogans "emplacements de choix" mais pour des emplacements intelligents, nous offrons également une visibilité, de la valeur ajoutée."L'un des risques de l'immobilier hôtelier est que les investisseurs dépendent d'un opérateur pour leurs revenus locatifs, sur lequel ils ont peu de contrôle. "C'est vrai", dit Avi Haïm, "et il y aura des investisseurs qui auront déjà mal évalué cela. La crise du covid et les attentats de 2016 ont été des tests importants. Je ne prétends pas que les deux dernières années ont été les plus rentables, mais nous avons constamment continué à payer nos investisseurs.""Nous avons également insisté sur ce point", déclare Peter Vanmaldeghem. "Contractuellement, ils auraient pu invoquer une sorte de force majeure. Mais nous avons dit : "Continuez à payer chaque investisseur à temps et considérez cela comme un investissement pour l'avenir. C'est ce qu'ils ont fait." Everland espère lever 4 millions d'euros pour la reconversion d'un immeuble de bureaux grâce à la plateforme de crowdlending BeeBonds.