Acquérir un bien immobilier est aujourd'hui compliqué pour les jeunes ménages. Conscient de cette difficulté, le gouvernement wallon a décidé de doubler l'abattement lors de la première acquisition. "Il devient toujours plus complexe, notamment pour les jeunes, d'acquérir un bien immobilier. Non seulement en raison des garanties complémentaires exigées ces dernières années par le secteu...

Acquérir un bien immobilier est aujourd'hui compliqué pour les jeunes ménages. Conscient de cette difficulté, le gouvernement wallon a décidé de doubler l'abattement lors de la première acquisition. "Il devient toujours plus complexe, notamment pour les jeunes, d'acquérir un bien immobilier. Non seulement en raison des garanties complémentaires exigées ces dernières années par le secteur bancaire, mais aussi, et surtout en raison de l'inflation qui ampute un peu plus chaque jour le pouvoir d'achat des ménages", explique le ministre du Budget Adrien Dolimont. L'avant-projet de décret devrait se concrétiser dès l'été 2023 et prévoit la réduction des frais liés à l'achat d'un bien immobilier grâce à une augmentation de l'abattement fiscal. Actuellement, les primo-acquérants bénéficient d'un abattement qui s'élève à 20.000 euros, ce qui représente un gain net de 2.500 euros. Cette mesure bénéficie à près de 25.000 ménages par an depuis sa création fin 2018.Grâce à cette nouvelle mesure, le montant de l'abattement sera donc doublé pour le porter à un montant de 40.000 euros jusqu'à une valeur d'acquisition de 350.000 euros, tandis que des biens plus onéreux bénéficieront d'un avantage dégressif jusqu'à une valeur 500.000 euros. Valeur à partir de laquelle l'abattement actuel reste inchangé. Pour le nouvel immeuble acquis, cela permettra d'obtenir un avantage fiscal réel pouvant aller jusqu'à 5.000 euros pour un bien soumis au taux normal de l'enregistrement de 12,5%. En résumé pour un bien inférieur à 350.000 euros, l'acquéreur bénéficie d'un abattement maximal de 40.000 euros (soit 5.000 euros d'économie fiscale). Pour un bien compris entre 350.000 euros et 500.000 euros, il profite d'un abattement dégressif compris entre 40.000 et 20.000 euros (soit entre 5.000 et 2.500 euros d'économie fiscale) et pour un bien supérieur à 500.000 euros, l'abattement minimal sera de 20.000 euros (soit 2.500 euros d'économie fiscale).