Nombreux sont ceux qui pleurent dès qu'une société belge de qualité se fait racheter par un acteur étranger. Mais pas les fondateurs de Dogstudio. Ils viennent de vendre leur agence digitale namuroise à des Néerlandais et affirment que cela permettra à leur firme d'aller bien plus loin que si elle était restée indépendante. L'acquéreur se nomme DEPT. Il s'agit d'un groupe de 2.500 co...

Nombreux sont ceux qui pleurent dès qu'une société belge de qualité se fait racheter par un acteur étranger. Mais pas les fondateurs de Dogstudio. Ils viennent de vendre leur agence digitale namuroise à des Néerlandais et affirment que cela permettra à leur firme d'aller bien plus loin que si elle était restée indépendante. L'acquéreur se nomme DEPT. Il s'agit d'un groupe de 2.500 collaborateurs présent dans une trentaine de pays. Chez nous, Dogstudio s'est fait un nom notamment en affichant quelques grands comptes internationaux parmi ses clients. La firme qui emploie 35 personnes a par ailleurs réalisé pas mal d'événements virtuels durant les confinements., notamment un Tomorrowland très immersif. Son chiffre d'affaires aurait atteint 10,2 millions d'euros en 2021. L'acquisition par DEPT ne tombe pas de nulle part. Les deux entreprises ont déjà collaboré à plusieurs reprises, ce qui a aidé les contacts. DEPT est par ailleurs en phase de croissance par acquisition et a repris, quasi en même temps, 3Q Digital. Avec Dogstudio, DEPT s'approprie de nouvelles compétences dans les technologies immersives et le Web3. Les parties n'ont rien dévoilé du montant de la transaction mais précisent que pour les clients et les équipes de Dogstudio, rien ne changera (mis à part le départ des fondateurs, quand même). Les opérations continueront depuis Namur. Il semble toutefois que le timing ne soit pas anodin. D'une part, le secteur se consolide progressivement et les petites entités auront de plus en plus de difficultés à faire face aux grosses structures dans les années à venir. Par ailleurs, "les agences créatives comme Dogstudio travaillent sur de beaux projets mais qui ne donnent pas forcément de récurrence dans le business, nous glisse un spécialiste du secteur. Avec le retournement de la conjoncture économique, la vente intervient sans doute au bon moment".