L'air de rien, c'est un petit tremblement de terre qui vient de secouer la planète publicitaire. Il y a quelques jours à peine, l'Autorité de protection des données (APD) a en effet condamné la puissante IAB Europe à 250.000 euros d'amende. Sous son appellation exacte d'Interactive Advertising Bureau (IAB), cette association européenne regroupe les différents acteurs de la publicité sur internet au sein de son siège situé à Bruxelles.
...

L'air de rien, c'est un petit tremblement de terre qui vient de secouer la planète publicitaire. Il y a quelques jours à peine, l'Autorité de protection des données (APD) a en effet condamné la puissante IAB Europe à 250.000 euros d'amende. Sous son appellation exacte d'Interactive Advertising Bureau (IAB), cette association européenne regroupe les différents acteurs de la publicité sur internet au sein de son siège situé à Bruxelles. En cause: la publicité ciblée en temps réel qui ne respecte pas le fameux RGPD, le règlement général sur la protection des données. Concrètement, IAB Europe a mis en place un outil qui facilite la gestion des préférences des utilisateurs pour la publicité personnalisée en ligne appelé TCF (Transparency and Consent Framework ou "cadre de transparence et de consentement"). Ce mécanisme joue un rôle central en matière de publicité en temps réel via un système de mise aux enchères automatisé. Mais selon l'APD, ce recueil de consentement des internautes n'est pas conforme à la législation européenne. "Les utilisateurs sont invités à donner leur consentement alors que la plupart d'entre eux ne savent pas que leur profil est vendu à maintes reprises chaque jour afin de leur montrer des publicités ciblées, explique Hielke Hijmans, président de la chambre contentieuse de l'APD. Il faut rétablir l'ordre au sein du système TCF afin que les utilisateurs reprennent le contrôle de leurs données." Outre les 250.000 euros d'amende, IAB Europe est sommée de présenter un plan d'action visant à mettre ses activités en conformité avec le RGPD dans les deux mois qui viennent. "C'est un coup de semonce clair de l'ADP qui joue son rôle et, à présent, le marché doit s'adapter, réagit Patrick Steinfort, directeur de la Belgian Association of Marketing qui représente officiellement l'Interactive Advertising Bureau pour la Belgique. IAB Europe et les éditeurs qui utilisent le TCF ont tout intérêt à s'accorder avec l'APD pour reparamétrer leur outil et le rendre conforme au RGPD." Le salut devra donc venir de la technologie pour éviter que cette décision de l'APD n'ait, à l'avenir, un sérieux impact sur les investissements publicitaires dans la sphère digitale.