Les vinyles, les livres et les journaux retrouvent des couleurs grâce au commerce en ligne belge. C'est ce que révèle BeCommerce, une association belge à but non lucratif, regroupant les entreprises actives sur le marché belge du commerce numérique.

L'association a en effet rendu son rapport "Shopping 100" qui répertorie les 100 meilleures boutiques en ligne - nationales et étrangères - actives sur le marché belge. Ce classement se base sur huit paramètres, tels que les résultats de recherche, le nombre de visiteurs ou la maturité du site. Pour chaque catégorie, les magasins en ligne sont comparés aux meilleures boutiques d'e-commerce mondiales (Netflix, H&M ou encore Ikea).

Cette renaissance s'explique notamment par le fait que la nouvelle génération, bien que convertit au numérique, cherche à se divertir autrement. Et les magasins, qui ont notamment développé leurs activités en ligne à cause du Covid, arrivent désormais à rivaliser avec les grandes plateformes d'e-commerce.

Faire du neuf et remettre le vieux à la mode

BeCommerce indique que le pouvoir d'achat a augmenté chez la "génération Z" (jeunes nés entre 1997 et 2010) qui, à contre-pieds des idées reçues, souhaite se détacher de son écran de smartphone. Ces jeunes vont ainsi préférer le livre papier au format numérique. Un penchant pour la lecture qu'ont aussi saisi les journaux qui, selon l'association, parviennent à convertir leurs visiteurs online en lecteurs et acheteurs payants.

En effet, dans le Top "Belgian DNA" - ne regroupant que les entreprises belges - le site Het Laatste Nieuws et De Morgen se positionnent respectivement en première et cinquième place. D'une part, les lecteurs semblent se familiariser de plus en plus avec les articles payants en ligne dans les divers journaux. D'autre part, ces sites d'information diversifient leur offre.

Nous constatons que les plateformes d'information traditionnelles ouvrent de plus en plus de webshops, où elles vendent notamment des produits lifestyle. Grâce au nombre élevé de visiteurs, qu'ils ont de toute manière, leurs boutiques en ligne sont immédiatement très populaires. D'autre part, les plateformes technologiques telles que Facebook, Instagram et Twitter se profilent comme des plateformes d'information, comme le montre la récente polémique entre Elon Musk et le responsable juridique de Twitter.

Sofie Geeroms, Managing Director de BeCommerce

Ainsi, si certains ont donc réussi à se renforcer en variant leurs activités, d'autres ont simplement remis au goût du jour d'anciens produits. Les vinyles sont en effet de nouveau à la mode. Selon la Belgian Recorded Music Association (BRMA) - fédération représentant les distributeurs et producteurs musicaux du pays - en 2021, les ventes de vinyle ont augmenté de manière phénoménale : + 78 % par rapport à 2020.

BeCommerce observe cette croissance aussi en ligne, par la popularité des disques "Discogs" sur le marché. La plateforme se positionne à la 16e place du Shopping 100, et n'est qu'à 11 places derrière la plateforme de streaming Spotify. C'est également cette même génération Z qui mise sur la durabilité et le marché de la seconde main, également en plein essor.

Les entreprises belges se démarquent

Ce que souligne BeCommerce, c'est aussi que les entreprises belges arrivent à rivaliser avec les grandes boutiques en ligne mondiales.

"Le commerce électronique est en train de devenir un canal important dans les ventes totales des magasins physiques, plutôt qu'un élément distinct", explique Sofie Geeroms, Managing Director de BeCommerce.

Ce que fait remarquer l'association, c'est que la plupart de ces acteurs belges ne vendent pas de produit physique. Un atout puisqu'il n'y a donc pas à se préoccuper des frais d'expédition ou des politiques de retour. A titre d'exemple, les applications de mobilité sont devenues plus populaires : Belgianrail, Le Tec et la STIB-MIVB figurent toutes dans le top 20 des boutiques en ligne belges.

Au total, ce sont 31 boutiques en ligne belges qui figurent dans le top 100. Une dynamique qui ne risque pas de s'essoufler dans un marché qui se dirige de plus en plus vers l'e-commerce.

Aurore Dessaigne

Les vinyles, les livres et les journaux retrouvent des couleurs grâce au commerce en ligne belge. C'est ce que révèle BeCommerce, une association belge à but non lucratif, regroupant les entreprises actives sur le marché belge du commerce numérique. L'association a en effet rendu son rapport "Shopping 100" qui répertorie les 100 meilleures boutiques en ligne - nationales et étrangères - actives sur le marché belge. Ce classement se base sur huit paramètres, tels que les résultats de recherche, le nombre de visiteurs ou la maturité du site. Pour chaque catégorie, les magasins en ligne sont comparés aux meilleures boutiques d'e-commerce mondiales (Netflix, H&M ou encore Ikea). Cette renaissance s'explique notamment par le fait que la nouvelle génération, bien que convertit au numérique, cherche à se divertir autrement. Et les magasins, qui ont notamment développé leurs activités en ligne à cause du Covid, arrivent désormais à rivaliser avec les grandes plateformes d'e-commerce.Faire du neuf et remettre le vieux à la modeBeCommerce indique que le pouvoir d'achat a augmenté chez la "génération Z" (jeunes nés entre 1997 et 2010) qui, à contre-pieds des idées reçues, souhaite se détacher de son écran de smartphone. Ces jeunes vont ainsi préférer le livre papier au format numérique. Un penchant pour la lecture qu'ont aussi saisi les journaux qui, selon l'association, parviennent à convertir leurs visiteurs online en lecteurs et acheteurs payants.En effet, dans le Top "Belgian DNA" - ne regroupant que les entreprises belges - le site Het Laatste Nieuws et De Morgen se positionnent respectivement en première et cinquième place. D'une part, les lecteurs semblent se familiariser de plus en plus avec les articles payants en ligne dans les divers journaux. D'autre part, ces sites d'information diversifient leur offre.Ainsi, si certains ont donc réussi à se renforcer en variant leurs activités, d'autres ont simplement remis au goût du jour d'anciens produits. Les vinyles sont en effet de nouveau à la mode. Selon la Belgian Recorded Music Association (BRMA) - fédération représentant les distributeurs et producteurs musicaux du pays - en 2021, les ventes de vinyle ont augmenté de manière phénoménale : + 78 % par rapport à 2020. BeCommerce observe cette croissance aussi en ligne, par la popularité des disques "Discogs" sur le marché. La plateforme se positionne à la 16e place du Shopping 100, et n'est qu'à 11 places derrière la plateforme de streaming Spotify. C'est également cette même génération Z qui mise sur la durabilité et le marché de la seconde main, également en plein essor.Ce que souligne BeCommerce, c'est aussi que les entreprises belges arrivent à rivaliser avec les grandes boutiques en ligne mondiales. "Le commerce électronique est en train de devenir un canal important dans les ventes totales des magasins physiques, plutôt qu'un élément distinct", explique Sofie Geeroms, Managing Director de BeCommerce. Ce que fait remarquer l'association, c'est que la plupart de ces acteurs belges ne vendent pas de produit physique. Un atout puisqu'il n'y a donc pas à se préoccuper des frais d'expédition ou des politiques de retour. A titre d'exemple, les applications de mobilité sont devenues plus populaires : Belgianrail, Le Tec et la STIB-MIVB figurent toutes dans le top 20 des boutiques en ligne belges. Au total, ce sont 31 boutiques en ligne belges qui figurent dans le top 100. Une dynamique qui ne risque pas de s'essoufler dans un marché qui se dirige de plus en plus vers l'e-commerce.Aurore Dessaigne