Les enjeux sanitaires sont majeurs en cette époque et ce n'est pas la crise du covid qui le démentira. Une des menaces dont on ne parle pas assez, c'est le développement des infections multi-résistantes aux antibiotiques. Ce fléau pourrait provoquer quelque 700.000 morts et engendrer un coût de 100 mill...

Les enjeux sanitaires sont majeurs en cette époque et ce n'est pas la crise du covid qui le démentira. Une des menaces dont on ne parle pas assez, c'est le développement des infections multi-résistantes aux antibiotiques. Ce fléau pourrait provoquer quelque 700.000 morts et engendrer un coût de 100 milliards d'euros à l'horizon 2025, c'est-à-dire demain. Vésale Bioscience, une entité née au sein de Vésale Pharma à Noville-sur-Mehaigne, en a fait son combat. Et vient d'être gratifiée du prix de la start-up en sciences de la vie la plus innovante d'Europe, lors de la dixième édition de BioFIT, importante réunion continentale du secteur des sciences du vivant. "Ce prix vient valider notre choix de développement et la crédibilité de notre vision", se félicite Jehan Liénart, CEO de Vésale Bioscience. La start-up est née au départ d'un travail sur les phages, ces virus prédateurs naturels qui infectent exclusivement des bactéries, avec, à la clé, un gros contrat de recherche avec la Défense nationale belge. La phagothérapie a longtemps pâti d'une réputation sulfureuse parce qu'elle avait été développée dans l'ancien bloc de l'Est. Désormais, elle est perçue comme une solution nouvelle à cet enjeu majeur. Avec un potentiel fort: Vésale Bioscience envisage un lancement de ces produits sur le marché et une entrée en Bourse dès 2023.