Mais en 60 ans, beaucoup de choses ont changé, et ce qui semblait relever de la science-fiction est en train de se réaliser : l'espace n'est plus réservé aux astronautes professionnels. Le tourisme spatial ne cesse de se développer, mais faut-il pour autant miser sur le business de l'espace ?

L'espace à la portée de tous

La course à l'espace est aujourd'hui une compétition entre milliardaires. Richard Branson, le fondateur de Virgin Galactic, s'est envolé vers les confins de l'espace le 11 juillet 2021, et les actions de l'entreprise ont décollé en même temps. Le 20 juillet, l'homme le plus riche de la planète, Jeff Bezos, a pu observer la Terre d'en haut à bord du vaisseau spatial New Shepard construit par sa société Blue Origin. Bezos a volé plus haut que Branson : New Shepard a atteint une altitude d'environ 107 km. Mais il ne faut pas oublier le fondateur de SpaceX, Elon Musk. L'année dernière, sa fusée Falcon 9 a commencé à transporter des astronautes vers l'ISS dans le vaisseau spatial Dragon. Elon lui-même n'a pas encore volé dans l'espace, mais il a réservé un billet pour un vol Virgin Galactic. Jusqu'où donc iront ces astronautes amateurs ?

Ces capitaines d'entreprise espèrent évidemment rentabiliser leurs lourds investissements en rendant le tourisme spatial à la portée de (presque) toutes les bourses. 600 personnes ont ainsi déjà payé leur billet au prix fort - 250 000 dollars -, dont Leonardo DiCaprio et Justin Bieber. Virgin Galactic prévoit que la liste d'attente passe à 1 000 personnes d'ici la reprise des vols. Avec le plan de vol en place et les VSS Unity (4 passagers une fois par mois) et VSS Imagine (6 passagers deux fois par mois) entièrement chargés, Virgin Galactic pourrait transporter 16 clients par mois, soit 192 personnes par an.

La nouvelle frontière : le tourisme spatial

Les hôtels, les compagnies aériennes et les voyagistes n'ont pas encore dévoilé leurs projets pour le tourisme spatial, mais ils s'y attellent et vont ainsi démocratiser le tourisme spatial. Ritz-Carlton, Marriott International et Delta Air Lines veulent capitaliser sur le battage médiatique. Boeing est susceptible de transporter un équipage commercial et le fabricant aérospatial Rocket Lab va être coté en bourse, ce qui redirigera davantage l'attention des investisseurs vers l'espace.

En mars 2021, Rocket Lab a dévoilé un véhicule de lancement à deux étages - Neutron - transportant environ 8 tonnes de charge utile en orbite, qui sera une alternative à SpaceX-Falcon 9. Orbital Assembly a annoncé son intention de commencer à construire le premier hôtel spatial en 2025. Orion Span a fait une annonce similaire en avril 2018 lors de la conférence Space 2.0 à San Jose, en Californie. La station Aurora ("Aurora Station") deviendrait ainsi le premier hôtel au monde en orbite. La fondation Gateway (GATEX) va construire des modules (salle de sport, restaurant, bar) pour les hôtels spatiaux. Une vraie source d'opportunités pour l'investisseur de long terme !

Les aspirants astronautes sont déjà nombreux et la plus grande holding financière suisse, UBS, s'attend à ce que plusieurs grands voyages de tourisme spatial soient organisés en 2022 et dans les prochaines années.

Un investissement à fort potentiel

UBS estime le potentiel actuel du marché du tourisme spatial à 4 milliards de dollars, contre 3 milliards de dollars en 2019. Northern Sky Research (NSR), dans son rapport "Space Tourism and Travel Markets", affirme qu'environ 57 000 passagers s'envoleront dans l'espace d'ici 2031. Les revenus de ces touristes de l'espace et des voyages orbitaux représenteront la majeure partie des revenus totaux combinés du secteur, soit 20,3 milliards de dollars. Elon Musk, quant à lui, a déclaré que le service Internet Starlink et les lancements de fusées Falcon coûteront plus cher en raison de la hausse de l'inflation. Les lancements spéciaux Falcon 9 et Falcon Heavy seront désormais facturés 67 et 97 millions de dollars, respectivement, contre 62 et 90 millions de dollars. Cette augmentation d'environ 8 % peut avoir un impact positif sur les bilans et donc sur le cours de l'entreprise.

Les bénéfices des entreprises de Bezos, Musk et Branson vont croître à un rythme cosmique, à mesure que l'industrie deviendra plus populaire. L'avantage évident de l'industrie spatiale est le stade précoce de son développement, ce qui peut générer d'énormes profits pour les investisseurs qui suivront une stratégie mûrement réfléchie.

Le tourisme spatial n'est plus un rêve de milliardaires ou de célébrités, c'est aujourd'hui une réalité avec des projets de plus en plus nombreux et qui voient le jour à une vitesse folle. Cette nouvelle branche de l'économie promet de nombreuses créations d'emplois et la naissance d'un écosystème qui va accélérer son développement.

Maxim Manturov, responsable du conseil en investissement chez Freedom Finance Europe

Mais en 60 ans, beaucoup de choses ont changé, et ce qui semblait relever de la science-fiction est en train de se réaliser : l'espace n'est plus réservé aux astronautes professionnels. Le tourisme spatial ne cesse de se développer, mais faut-il pour autant miser sur le business de l'espace ?L'espace à la portée de tousLa course à l'espace est aujourd'hui une compétition entre milliardaires. Richard Branson, le fondateur de Virgin Galactic, s'est envolé vers les confins de l'espace le 11 juillet 2021, et les actions de l'entreprise ont décollé en même temps. Le 20 juillet, l'homme le plus riche de la planète, Jeff Bezos, a pu observer la Terre d'en haut à bord du vaisseau spatial New Shepard construit par sa société Blue Origin. Bezos a volé plus haut que Branson : New Shepard a atteint une altitude d'environ 107 km. Mais il ne faut pas oublier le fondateur de SpaceX, Elon Musk. L'année dernière, sa fusée Falcon 9 a commencé à transporter des astronautes vers l'ISS dans le vaisseau spatial Dragon. Elon lui-même n'a pas encore volé dans l'espace, mais il a réservé un billet pour un vol Virgin Galactic. Jusqu'où donc iront ces astronautes amateurs ?Ces capitaines d'entreprise espèrent évidemment rentabiliser leurs lourds investissements en rendant le tourisme spatial à la portée de (presque) toutes les bourses. 600 personnes ont ainsi déjà payé leur billet au prix fort - 250 000 dollars -, dont Leonardo DiCaprio et Justin Bieber. Virgin Galactic prévoit que la liste d'attente passe à 1 000 personnes d'ici la reprise des vols. Avec le plan de vol en place et les VSS Unity (4 passagers une fois par mois) et VSS Imagine (6 passagers deux fois par mois) entièrement chargés, Virgin Galactic pourrait transporter 16 clients par mois, soit 192 personnes par an.La nouvelle frontière : le tourisme spatialLes hôtels, les compagnies aériennes et les voyagistes n'ont pas encore dévoilé leurs projets pour le tourisme spatial, mais ils s'y attellent et vont ainsi démocratiser le tourisme spatial. Ritz-Carlton, Marriott International et Delta Air Lines veulent capitaliser sur le battage médiatique. Boeing est susceptible de transporter un équipage commercial et le fabricant aérospatial Rocket Lab va être coté en bourse, ce qui redirigera davantage l'attention des investisseurs vers l'espace.En mars 2021, Rocket Lab a dévoilé un véhicule de lancement à deux étages - Neutron - transportant environ 8 tonnes de charge utile en orbite, qui sera une alternative à SpaceX-Falcon 9. Orbital Assembly a annoncé son intention de commencer à construire le premier hôtel spatial en 2025. Orion Span a fait une annonce similaire en avril 2018 lors de la conférence Space 2.0 à San Jose, en Californie. La station Aurora ("Aurora Station") deviendrait ainsi le premier hôtel au monde en orbite. La fondation Gateway (GATEX) va construire des modules (salle de sport, restaurant, bar) pour les hôtels spatiaux. Une vraie source d'opportunités pour l'investisseur de long terme !Les aspirants astronautes sont déjà nombreux et la plus grande holding financière suisse, UBS, s'attend à ce que plusieurs grands voyages de tourisme spatial soient organisés en 2022 et dans les prochaines années.Un investissement à fort potentielUBS estime le potentiel actuel du marché du tourisme spatial à 4 milliards de dollars, contre 3 milliards de dollars en 2019. Northern Sky Research (NSR), dans son rapport "Space Tourism and Travel Markets", affirme qu'environ 57 000 passagers s'envoleront dans l'espace d'ici 2031. Les revenus de ces touristes de l'espace et des voyages orbitaux représenteront la majeure partie des revenus totaux combinés du secteur, soit 20,3 milliards de dollars. Elon Musk, quant à lui, a déclaré que le service Internet Starlink et les lancements de fusées Falcon coûteront plus cher en raison de la hausse de l'inflation. Les lancements spéciaux Falcon 9 et Falcon Heavy seront désormais facturés 67 et 97 millions de dollars, respectivement, contre 62 et 90 millions de dollars. Cette augmentation d'environ 8 % peut avoir un impact positif sur les bilans et donc sur le cours de l'entreprise.Les bénéfices des entreprises de Bezos, Musk et Branson vont croître à un rythme cosmique, à mesure que l'industrie deviendra plus populaire. L'avantage évident de l'industrie spatiale est le stade précoce de son développement, ce qui peut générer d'énormes profits pour les investisseurs qui suivront une stratégie mûrement réfléchie.Le tourisme spatial n'est plus un rêve de milliardaires ou de célébrités, c'est aujourd'hui une réalité avec des projets de plus en plus nombreux et qui voient le jour à une vitesse folle. Cette nouvelle branche de l'économie promet de nombreuses créations d'emplois et la naissance d'un écosystème qui va accélérer son développement.Maxim Manturov, responsable du conseil en investissement chez Freedom Finance Europe