Le problème du recrutement de personnel dans l'horeca, Alexandre Pottok le connaît bien. Pendant cinq ans, il a tenu un établissement rue du Bailli, à Ixelles. "Il était compliqué de trouver des étudiants et des extras, bons et fiables, qui ne vous lâchent pas deux heures avant le service, se souvient cet ancien restaurateur. Je rêvais d'une application qui géolocaliserait les employés disponibles autour du restaurant." C'est ainsi qu'est née l'idée de Rekrut Extras, plateforme dédiée à la mise en relation.
...

Le problème du recrutement de personnel dans l'horeca, Alexandre Pottok le connaît bien. Pendant cinq ans, il a tenu un établissement rue du Bailli, à Ixelles. "Il était compliqué de trouver des étudiants et des extras, bons et fiables, qui ne vous lâchent pas deux heures avant le service, se souvient cet ancien restaurateur. Je rêvais d'une application qui géolocaliserait les employés disponibles autour du restaurant." C'est ainsi qu'est née l'idée de Rekrut Extras, plateforme dédiée à la mise en relation.Car il s'agit bien d'une mise en relation, pas plus. "Rekrut Extras n'intervient pas dans ce qui est contractuel, précise Alexandre Pottok. Le montant du salaire, le type de contrat, etc.: tout cela se passe exclusivement entre le travailleur et le restaurateur ou l'hôtelier." L'objectif est de répondre à une des principales problématiques du secteur, qui connaît un taux de renouvellement des effectifs important, un manque de personnel suite à la crise du covid et un grand besoin de flexibilité.Lancée en octobre à Bruxelles et plus fraîchement encore dans les grandes villes wallonnes, l'appli compte déjà plus de 1.300 travailleurs inscrits, et les professionnels de l'horeca qui ont souscrit au service se montrent satisfaits. L'entrepreneur espère convaincre 300 établissements d'ici la fin de l'année. "Plusieurs restaurateurs emploient déjà Rekrut Extras régulièrement et en sont contents, assure Alexandre Pottok. Pour le moment, ce sont surtout les étudiants et les flexi-jobbers qui sont le plus recherchés. Et c'est ce que j'ai le plus dans ma base de données."Concrètement, le gérant d'établissement introduit via l'appli de son smartphone une offre d'emploi, qui est envoyée à tous les travailleurs se trouvant dans un rayon de 20 km. Ceux-ci acceptent ou refusent la proposition. "Potentiellement, si quelqu'un se trouve à 200 mètres, il peut rejoindre l'équipe en 15 minutes. En général, le demandeur peut compter sur 5 à 20 réponses." Bien sûr, l'appli permet également de planifier à l'avance des demandes de service.L'inscription à Rekrut Extras est (et restera) gratuite pour les demandeurs d'emploi. Pour l'horeca, l'abonnement annuel est de 179 euros (offre de lancement) s'il est souscrit avant la fin du mois de janvier. Il passera ensuite à 299 euros. Les professionnels ont toutefois la possibilité de télécharger au préalable une version gratuite afin de visualiser le nombre de travailleurs enregistrés dans leur quartier. Point délicat pour les restaurateurs: les compétences des flexi-jobbers. "Rekrut Extras donne accès à des profils qualifiés et évalués", assure Alexandre Pottok qui concède cependant que n'importe qui peut s'inscrire sur l'appli. Voilà pourquoi le système d'évaluation s'avère fort précieux. "Les restaurateurs notent eux-mêmes les travailleurs après chaque prestation. L'appli prévoit un système de cotation de 1 à 5. Sachant que cinq étoiles équivalent à un travail parfait et une étoile à une faute grave. Si le jobber se voit attribuer deux fois une étoile, son compte est suspendu durant une semaine. Quatre fois, c'est un mois. Et à la sixième fois, le compte est suspendu à vie."