Les sociétés réfléchissent au visage qui sera celui de leurs effectifs futurs. Qu'avons-nous appris, au cours de l'année écoulée, que nous pouvons intégrer dans nos projets futurs? Je me suis récemment entretenue avec le Dr. Carl Benedikt Frey, directeur du programme Future of Work à l'université d'Oxford, au sujet des principales tendances du monde du travail dont il nous faut tenir compte en 2021. Voici quelques-uns de nos constats communs.

Prédiction n° 1: La productivité des employés est évaluée sur base des résultats plutôt que des apports

Le Dr. Frey estime que l'accent, en 2021, sera davantage mis sur l'output que sur l'input. Les entreprises innovantes et concurrentielles évalueront leurs effectifs sur base des résultats et des livrables au lieu de se limiter à la seule obligation de présence.

En surveillant leurs équipes, les dirigeants d'entreprise se sont trop longtemps basés sur l'apport -- par exemple, le volume de temps qu'une personne passe au bureau -- plutôt que sur les résultats. Je crois que le modèle des effectifs distribués, avec des employés qui sont davantage libres de travailler en différents endroits (à la maison, au bureau, dans un café), persistera à l'avenir. Pour évaluer la productivité de leurs employés et leur implication, les entreprises ne se focaliseront plus sur ceux qui s'attardent le soir au bureau. Netflix a adopté cette démarche depuis déjà quelque temps. "A l'époque actuelle, qui est celle de l'information, ce qui importe, c'est ce que vous accomplissez et non le nombre d'heures que vous prestez", écrivait Reeds Hastings, CEO de Netflix. "Je ne me suis jamais intéressé au nombre d'heures de travail des employés...".

C'est là un changement profond et une réelle opportunité pour les employés. L'occasion pour eux de profiter d'une plus grande flexibilité dans leur travail et de voir se renforcer la confiance avec leur employeur. Atteignent-ils les KPI fixés et réagissent-ils en temps voulu aux sollicitations des clients et de collègues? Si la réponse est positive, qu'importe alors la manière dont ils organisent leur journée.

Nous avons déjà relevé des exemples de ce changement. Une étude d'Accenture réalisée en 2019 révélait que les outils de surveillance du personnel qui ne mesurent que les inputs -- par exemple, le volume de frappes au clavier -- portent atteinte à la confiance des employés.

Nous nous attendons par conséquent à ce qu'une évolution majeure se produise en 2021, avec des employés qui ne seront plus jugés sur ce qu'on peut voir de leur travail mais plutôt sur base de leurs performances, dans un environnement où règne la confiance mutuelle.

Prédiction n° 2: La guerre des talents demeure un défi

Les entreprises sont engagées dans un processus de concurrence constante, souligne le Dr. Frey. Non seulement en termes de produits mais également au niveau du marché de l'emploi lui-même. Lorsque le lieu de travail cesse d'être une entrave, la réserve de talents grandit et les employeurs peuvent engager des individus partout dans le monde à l'aide d'une simple connexion Internet. Si les effectifs d'une entreprise sont dispersés, la géographique n'est plus un facteur limitant. Les entreprises peuvent désormais engager des personnes sur base de leurs compétences et de leurs spécificités. C'est là un élément qui a été mis en exergue lorsque nous avons interrogé des dirigeants d'entreprises dans la zone EMEA: 82% d'entre eux ont indiqué que le travail à distance avait eu pour conséquence d'autoriser le recrutement de candidats qui habitent en dehors des grandes villes. Lorsque les entreprises peuvent recruter les meilleurs talents, où qu'ils se trouvent dans le monde, la réserve de candidats devient nettement plus grande. Il est dès lors essentiel que les entreprises puissent proposer une offre attractive à ces candidats.

Dans le cadre de la guerre mondiale des talents, pouvoir proposer une expérience employé qui soit réellement "digital first" -- accès aux équipements et applications nécessaires, pouvant être utilisés sur n'importe quel dispositif et à partir de tout endroit -- s'avère tout aussi important, voire même plus important, que des critères plus traditionnels tels que le salaire ou des avantages secondaires.

Les sociétés qui désirent être concurrentielles sur le marché mondial de l'emploi et qui veulent progresser dans des circonstances difficiles doivent investir dans les technologies et les méthodes pertinentes -- comme par exemple, donner la possibilité aux employés d'utiliser un autre appareil -- afin de garantir une expérience employé qui soit positive. Les entreprises et les secteurs qui le font pourront attirer les meilleurs talents et réussiront -- que ce soit en 2021 ou à plus long terme.

Prédiction n° 3: Les effectifs distribués aspirent à davantage d'interactions fortuites et informelles

Depuis Florence, à la Renaissance, jusqu'à la Silicon Valley, l'innovation a toujours tiré parti d'un effet de proximité et d'interactions fortuites. D'après le Dr. Frey, de nouveaux outils collaboratifs feront leur apparition qui essaieront d'ajouter cet élément de sérendipité dans notre vie active.

Lors de notre enquête, trois quarts des employés (76% dans la zone EMEA) ont indiqué que le lien personnel avec des collègues s'est trouvé amélioré grâce au télétravail. Il est important que les dirigeants d'entreprise en tirent parti et qu'ils créent ces "instants machine à café" également à distance, dans la mesure où ils sont source de nouvelles idées et où ils stimulent l'innovation en entreprise.

Les bureaux sont conçus pour favoriser les interactions informelles. En 2021, nous prendrons acte de ce besoin inassouvi et nous intégrerons des solutions numériques créatives dans notre travail. Pensez par exemple à des applis qui commencent à émerger, telles que Hallway et Donut, qui nous permettent d'échanger plus facilement des idées créatives ou de les faire mûrir.

Voilà pourquoi de nombreuses entreprises s'efforceront en 2021 de réaliser le juste équilibre entre, d'une part, télétravail et gains de productivité à court terme et, de l'autre, des interactions fortuites qui favorisent l'innovation et les performances opérationnelles à long terme.

L'avenir, c'est maintenant

Bien que l'avenir soit incertain, nous tenons pour certain que les entreprises seront aux prises avec les changements qu'elles savent devoir effectuer. Pour s'en convaincre, il leur suffit de se remémorer et de réfléchir à cette année que l'on désigne souvent comme ayant été celle de "la grande expérience du travail à distance". Dans ce monde "anywhere" qui est le nôtre, qui n'est plus déterminé par la géographie ou l'endroit où l'on se trouve, les équipes qui réussiront se différencieront par la manière dont elles favorisent la productivité, l'expérience employé et la créativité. Si les entreprises veulent réellement réussir dans ce nouvel univers, elles doivent se demander si elles se sont déjà appropriées ces nouveaux concepts.

Sophie Decock, Country Manager chez VMware Belux

Dr. Carl Benedikt Frey, Directeur du programme "Future of Work" à l'Université d'Oxford

Les sociétés réfléchissent au visage qui sera celui de leurs effectifs futurs. Qu'avons-nous appris, au cours de l'année écoulée, que nous pouvons intégrer dans nos projets futurs? Je me suis récemment entretenue avec le Dr. Carl Benedikt Frey, directeur du programme Future of Work à l'université d'Oxford, au sujet des principales tendances du monde du travail dont il nous faut tenir compte en 2021. Voici quelques-uns de nos constats communs.Prédiction n° 1: La productivité des employés est évaluée sur base des résultats plutôt que des apportsLe Dr. Frey estime que l'accent, en 2021, sera davantage mis sur l'output que sur l'input. Les entreprises innovantes et concurrentielles évalueront leurs effectifs sur base des résultats et des livrables au lieu de se limiter à la seule obligation de présence.En surveillant leurs équipes, les dirigeants d'entreprise se sont trop longtemps basés sur l'apport -- par exemple, le volume de temps qu'une personne passe au bureau -- plutôt que sur les résultats. Je crois que le modèle des effectifs distribués, avec des employés qui sont davantage libres de travailler en différents endroits (à la maison, au bureau, dans un café), persistera à l'avenir. Pour évaluer la productivité de leurs employés et leur implication, les entreprises ne se focaliseront plus sur ceux qui s'attardent le soir au bureau. Netflix a adopté cette démarche depuis déjà quelque temps. "A l'époque actuelle, qui est celle de l'information, ce qui importe, c'est ce que vous accomplissez et non le nombre d'heures que vous prestez", écrivait Reeds Hastings, CEO de Netflix. "Je ne me suis jamais intéressé au nombre d'heures de travail des employés...".C'est là un changement profond et une réelle opportunité pour les employés. L'occasion pour eux de profiter d'une plus grande flexibilité dans leur travail et de voir se renforcer la confiance avec leur employeur. Atteignent-ils les KPI fixés et réagissent-ils en temps voulu aux sollicitations des clients et de collègues? Si la réponse est positive, qu'importe alors la manière dont ils organisent leur journée.Nous avons déjà relevé des exemples de ce changement. Une étude d'Accenture réalisée en 2019 révélait que les outils de surveillance du personnel qui ne mesurent que les inputs -- par exemple, le volume de frappes au clavier -- portent atteinte à la confiance des employés.Nous nous attendons par conséquent à ce qu'une évolution majeure se produise en 2021, avec des employés qui ne seront plus jugés sur ce qu'on peut voir de leur travail mais plutôt sur base de leurs performances, dans un environnement où règne la confiance mutuelle.Prédiction n° 2: La guerre des talents demeure un défiLes entreprises sont engagées dans un processus de concurrence constante, souligne le Dr. Frey. Non seulement en termes de produits mais également au niveau du marché de l'emploi lui-même. Lorsque le lieu de travail cesse d'être une entrave, la réserve de talents grandit et les employeurs peuvent engager des individus partout dans le monde à l'aide d'une simple connexion Internet. Si les effectifs d'une entreprise sont dispersés, la géographique n'est plus un facteur limitant. Les entreprises peuvent désormais engager des personnes sur base de leurs compétences et de leurs spécificités. C'est là un élément qui a été mis en exergue lorsque nous avons interrogé des dirigeants d'entreprises dans la zone EMEA: 82% d'entre eux ont indiqué que le travail à distance avait eu pour conséquence d'autoriser le recrutement de candidats qui habitent en dehors des grandes villes. Lorsque les entreprises peuvent recruter les meilleurs talents, où qu'ils se trouvent dans le monde, la réserve de candidats devient nettement plus grande. Il est dès lors essentiel que les entreprises puissent proposer une offre attractive à ces candidats.Dans le cadre de la guerre mondiale des talents, pouvoir proposer une expérience employé qui soit réellement "digital first" -- accès aux équipements et applications nécessaires, pouvant être utilisés sur n'importe quel dispositif et à partir de tout endroit -- s'avère tout aussi important, voire même plus important, que des critères plus traditionnels tels que le salaire ou des avantages secondaires. Les sociétés qui désirent être concurrentielles sur le marché mondial de l'emploi et qui veulent progresser dans des circonstances difficiles doivent investir dans les technologies et les méthodes pertinentes -- comme par exemple, donner la possibilité aux employés d'utiliser un autre appareil -- afin de garantir une expérience employé qui soit positive. Les entreprises et les secteurs qui le font pourront attirer les meilleurs talents et réussiront -- que ce soit en 2021 ou à plus long terme.Prédiction n° 3: Les effectifs distribués aspirent à davantage d'interactions fortuites et informellesDepuis Florence, à la Renaissance, jusqu'à la Silicon Valley, l'innovation a toujours tiré parti d'un effet de proximité et d'interactions fortuites. D'après le Dr. Frey, de nouveaux outils collaboratifs feront leur apparition qui essaieront d'ajouter cet élément de sérendipité dans notre vie active.Lors de notre enquête, trois quarts des employés (76% dans la zone EMEA) ont indiqué que le lien personnel avec des collègues s'est trouvé amélioré grâce au télétravail. Il est important que les dirigeants d'entreprise en tirent parti et qu'ils créent ces "instants machine à café" également à distance, dans la mesure où ils sont source de nouvelles idées et où ils stimulent l'innovation en entreprise.Les bureaux sont conçus pour favoriser les interactions informelles. En 2021, nous prendrons acte de ce besoin inassouvi et nous intégrerons des solutions numériques créatives dans notre travail. Pensez par exemple à des applis qui commencent à émerger, telles que Hallway et Donut, qui nous permettent d'échanger plus facilement des idées créatives ou de les faire mûrir.Voilà pourquoi de nombreuses entreprises s'efforceront en 2021 de réaliser le juste équilibre entre, d'une part, télétravail et gains de productivité à court terme et, de l'autre, des interactions fortuites qui favorisent l'innovation et les performances opérationnelles à long terme. L'avenir, c'est maintenantBien que l'avenir soit incertain, nous tenons pour certain que les entreprises seront aux prises avec les changements qu'elles savent devoir effectuer. Pour s'en convaincre, il leur suffit de se remémorer et de réfléchir à cette année que l'on désigne souvent comme ayant été celle de "la grande expérience du travail à distance". Dans ce monde "anywhere" qui est le nôtre, qui n'est plus déterminé par la géographie ou l'endroit où l'on se trouve, les équipes qui réussiront se différencieront par la manière dont elles favorisent la productivité, l'expérience employé et la créativité. Si les entreprises veulent réellement réussir dans ce nouvel univers, elles doivent se demander si elles se sont déjà appropriées ces nouveaux concepts.Sophie Decock, Country Manager chez VMware Belux Dr. Carl Benedikt Frey, Directeur du programme "Future of Work" à l'Université d'Oxford