L'indexation automatique des salaires est un ensemble de mécanismes spécifique à la Belgique. Elle se base sur l'indice de santé lissé, soit la moyenne quadrimensuelle de l'indice des prix qui exclut un certain nombre de produits, établit par le Bureau du Plan et qui calcule l'ampleur de l'inflation. Ensuite, en fonction des secteurs et conventions paritaires, différents mécanismes vont être appliqués.
...

L'indexation automatique des salaires est un ensemble de mécanismes spécifique à la Belgique. Elle se base sur l'indice de santé lissé, soit la moyenne quadrimensuelle de l'indice des prix qui exclut un certain nombre de produits, établit par le Bureau du Plan et qui calcule l'ampleur de l'inflation. Ensuite, en fonction des secteurs et conventions paritaires, différents mécanismes vont être appliqués.Le premier intervient à date fixe. Le phénomène se produit toutefois à un rythme différent dans chaque secteur. Pour certains, cela se produit tous les mois, pour d'autres une fois par an. Les pécules de vacances, les primes de fin d'année et d'autres primes, ainsi que toute une série de régimes de pension complémentaire augmentent également en fonction de l'inflation. Le pourcentage d'indexation est établi officiellement peu avant la date butoir. Le second se base sur le principe d'indice pivot. Si l'indice santé lissé dépasse un certain niveau, soit le fameux indice pivot, l'indexation est appliquée. Ce système est surtout utilisé dans le secteur public et non marchand. Ce système permet aussi de mieux coller à l'inflation et d'ajuster les salaires plus vite. Concrètement lorsque l'indice pivot est dépassé, les allocations sociales sont augmentées de 2 % un mois plus tard et les salaires des fonctionnaires encore un mois plus tard.Cet indicateur aura été dépassé cinq fois cette année au total, après les franchissements de février, avril, juillet et octobre. Le prochain dépassement devrait avoir déjà lieu en novembre, prédit le Bureau du Plan. Il l'avait en outre déjà été en décembre 2021. En 2023, le Bureau du Plan ne s'attend pour le moment qu'à un seul dépassement, en mai. Ce franchissement fréquent de l'indice-pivot s'explique par la montée en flèche de l'inflation, c'est-à-dire le rythme auquel les prix à la consommation augmentent. Il a atteint 12,27% en octobre, du jamais vu depuis juin 1975. D'après le Bureau du plan, le pic d'inflation est toutefois maintenant passé. En novembre et décembre, l'inflation devrait rester juste au-dessus de 10%, pour descendre en dessous de 8% à partir du début 2023.Votre prochaine indexation va dépendre de votre commission paritaire, mais aussi du fait que vous travaillez dans le public ou le privé. Dans le premier cas, l'indexation est fixée par la loi, dans le second cela va dépendre des Conventions Collectives de Travail (CCT) en vigueur dans votre entreprise. Pour connaître sa commission paritaire, il suffit de regarder votre fiche de paie, puisqu'elle doit y être indiquée. Ensuite vous taper le chiffre dans l'infographie ci-dessous. Un des moments clés pour de nombreux secteurs est le mois de janvier. Tous ne vont cependant bénéficier du même pourcentage d'indexation le 1er janvier prochain. Pour certains, il sera basé sur l'évolution de l'indice santé lissé des mois de novembre des deux années précédentes. Pour d'autres, il sera basé sur l'indice de décembre ou sur la moyenne des mois de novembre ou de décembre des deux années précédentes. Les commissions paritaires qui bénéficient d'une indexation en janvier sont: le secteur résiduaire des employés (CP 200, soit la plus grosse commission paritaire de Belgique), mais aussi les électriciens ou encore les travailleurs de l'Horeca. Cela dépend en réalité du secteur dans lequel vous travaillez. "Dans la plupart des secteurs, il y a un accord pour indexer tous les salaires. Dans certains secteurs, la convention collective stipule, par exemple, que seuls les barèmes salariaux ou les salaires minimaux doivent être indexés. Ce sont des exceptions", déclare Jan Vanthournout, responsable juridique de SD Worx, interviewé par nos confrères du Trends. Ainsi, certains secteurs comme celui des professions libérales ou de la banque n'indexent que le barème sectoriel (à date fixe ou date variable). Dans ces secteurs, une partie des travailleurs pourraient n'obtenir aucune indexation parce qu'ils sont payés au-delà du barème sectoriel. L'entreprise peut aussi modifier la façon dont elle applique l'indexation pour les plus hauts salaires, ceux qui dépassent le barème.