On croirait presque à une histoire d'amour entre Google et la Wallonie. Déjà présent depuis 2009 avec un gigantesque data center à Saint-Ghislain, près de Mons, Google a annoncé la semaine passée de nouveaux investissements en Wallonie. La firme américaine réalisera en effet une nouvelle extension de son centre de données hainuyer et injectera à cette fin 500 millions d'euros supplémentaires dans ses infrastructures. Ce n'est pas la première fois que Google effectue de tels agrandissements: au total, les investissements à Saint-Ghislain s'élèveraient désormais à pas loin de 3 milliards d'euros, en six ou sept phases successives. Mais ce n...

On croirait presque à une histoire d'amour entre Google et la Wallonie. Déjà présent depuis 2009 avec un gigantesque data center à Saint-Ghislain, près de Mons, Google a annoncé la semaine passée de nouveaux investissements en Wallonie. La firme américaine réalisera en effet une nouvelle extension de son centre de données hainuyer et injectera à cette fin 500 millions d'euros supplémentaires dans ses infrastructures. Ce n'est pas la première fois que Google effectue de tels agrandissements: au total, les investissements à Saint-Ghislain s'élèveraient désormais à pas loin de 3 milliards d'euros, en six ou sept phases successives. Mais ce n'est pas tout: le moteur de recherche a également annoncé l'acquisition de 52 hectares de terrain du côté de Farciennes, en région carolo, pour le développement d'une nouvelle implantation de data center... Des annonces qui n'ont pas manqué de faire souffler un vent d'optimisme dans la région et qui ont permis à nos responsables quelques sorties enjouées. "Ce nouvel investissement est une excellente nouvelle et confirme notre position de pionniers du numérique", a déclaré le Premier ministre Alexander De Croo. De son côté , Nathalie Czerniatynski, directrice du développement économique, immobilier et territorial à l'Igretec (Intercommunale pour la gestion et la réalisation d'études techniques et économiques), soutient que "la présence de Google permettrait de renforcer l'écosystème digital du territoire en attirant, à l'Ecopole et ailleurs, des entreprises innovantes à haute valeur technologique". Qu'un géant renommé du digital se renforce en Wallonie porte en soi de nombreuses promesses. Et à en croire une étude commandée par Google au bureau de consultance Copenhagen Economics, l'impact de Google en Belgique serait (en apparence) gigantesque: entre 2007 et 2020, l'étude chiffre à 2,7 milliards d'euros la création de valeur cumulée, et à des milliers le nombre de jobs "soutenus" par les data centers de Google en Belgique: directs, indirects et induits. Des chiffres qui vont chercher loin puisque cela comprend le personnel des chantiers de construction (800 par an) mais aussi les jobs soutenus, dans l'univers des services, grâce à ce qui est dépensé avec leur salaire en Wallonie. De son côté, Google annonce plus raisonnablement 400 emplois sur son site de Saint-Ghislain bien que les chiffres publiés par Crystal Computing, la structure derrière le data center, n'affichent qu'environ 120 emplois directs. Il faudrait y ajouter les sous-traitants en matière d'intendance, de sécurité, etc. On est loin du gigantesque écosystème du numérique de pointe... Toutefois, pour Hugues Bayet, le bourgmestre de Farciennes interrogé dans la presse locale, il s'agirait d'un "magnifique signal de résilience que de voir une ancienne friche industrielle, fleuron de l'économie du 20e siècle liée aux charbonnages, renaître grâce à cet investissement qui nous fait entrer résolument dans le 21e siècle". Et un observateur, un brin ironique, de glisser que "cela ne fait pas de mal de montrer que Google s'installe toujours plus en Wallonie, surtout sur les flyers d'Igretec et de l'Awex..."