La "guerre des talents" fait rage dans le monde de l'emploi en Belgique. C'est ce qu'indique cette étude menée auprès de 700 employeurs belges. Si une entreprise belge sur trois prévoit de créer de nouveaux emplois, la majorité des employeurs interrogés estime cependant qu'il est actuellement plus difficile de trouver du personnel qualifié. Résume l'étude.

Les entreprises bruxelloises envisagent plus d'embauches que les flamandes et wallonnes

Parmi les points principaux de cette enquête, on retiendra notamment que près de 90% de employeurs sondés prévoient d'embaucher durant le premier semestre de l'année. Un chiffre qui signifierait également qu'un employeur belge sur trois prévoit de créer de nouveaux emplois. A ce propos, d'ailleurs, ce sont les entreprises bruxelloises (45%) qui envisagent le plus d'embauches, devant les sociétés wallonnes (27%) et flamandes (20%).

Le vivier de talents pose problème

En constante baisse depuis plusieurs mois, le taux de chômage a permis un flux constant de nouvelles offres d'emplois, explique également l'étude. Si les créations d'emplois existent bel et bien, un écueil majeur s'érige toutefois pour les entreprises : la réduction significative du vivier de talents. Résultat : les postes vacants sont de plus en plus difficiles à pourvoir et les entreprises sont donc de plus en plus inquiètes.

Selon l'étude, ce phénomène ne fera que s'aggraver : 65% des employeurs s'attendent à ce qu'il soit encore plus compliqué de trouver du personnel compétent dans les cinq prochaines années.

"Ne pas chercher indéfiniment la perle rare"

"Trouver des candidats n'est pas facile, surtout pour les fonctions requérant des profils spécifiques. Les recherches de l'OCDE montrent que 70% des postes vacants à long terme nécessitent des compétences spécialisées", détaille Joël Poilvache, Directeur chez Robert Half.

"En tant qu'entreprise, il est très important de mettre en place un processus de recrutement aussi court que possible et de ne pas continuer à chercher indéfiniment la perle rare. Il est fort probable qu'un candidat ou que quelqu'un en interne réponde à de nombreuses exigences et que les autres exigences puissent être complétées par la suite", explique-t-il également.

Les secteurs les plus impactés

Enfin, l'étude précise que c'est le domaine de l'informatique, en tête, qui a le plus de difficultés à trouver des profils adéquats. La finance et les ressources humaines font également face à cette pénurie de talents qui frappe actuellement le monde de l'emploi en Belgique.