Le site HelloSafe.be a réalisé une étude sur le ressenti des Belges face à la guerre et l'impact sur leur pouvoir d'achat. Parmi les sondés, quatre Belges sur cinq s'attendent à ce que la guerre ait des répercussions directes sur leur portefeuille. Parmi eux, 39,6% se disent même très inquiets en la matière.

L'étude révèle aussi que la tranche d'âge 46-55 ans est davantage inquiète face à la guerre, suivie de très près par les 55 ans et plus. A l'inverse, les plus jeunes semblent beaucoup moins être préoccupés par la question, en particulier les 16-25 ans. Cela pourrait s'expliquer par le fait qu'ils n'aient pas tellement conscience des potentielles retombées économiques sur le pays, contrairement aux tranches d'âge plus avancées, avance Hello Safe dans son étude.

Hello Safe a aussi sondé les répondants sur les postes de dépenses qu'ils craignent le plus de voir augmenter. Le prix des carburants arrive en tête (78,7%), suivi de très près par les factures énergétiques (77,4%), et les prix des denrées alimentaires (74,8%). Par ailleurs, 56,6% d'entre eux ont répondu qu'ils craignaient une hausse de ces trois catégories cumulées.

78,7% des Belges craignent une nouvelle hausse du prix des carburants

L'enquête révèle aussi que les différentes tranches d'âge ne sont pas préoccupées de la même manière par l'inflation. Ainsi, la flambée du prix du pétrole semble davantage être un sujet de préoccupation pour les 16-25 ans, contrairement aux autres types de produits. On observe par ailleurs que plus l'âge des répondants est élevé, plus les peurs sont généralisées sur l'ensemble des catégories des dépenses testées.

La confiance des consommateurs le budget des ménages a déjà été grandement impacté par 2 ans de crise sanitaire. La confiance des consommateurs a plongé en mars en raison de la guerre en Ukraine et de la flambée des prix de l'énergie a indiqué la Banque Nationale de Belgique mardi. L'indicateur a perdu 17 points soit le plus fort repli - au même titre que celui du début de la crise sanitaire - enregistré depuis que l'indicateur existe (1985).

Toujours selon l'enquête d'Hello Safe, les sondés se disent enclins à faire des concessions importantes pour faire des économies. 51,5% des Belges se disent ainsi prêts à moins utiliser leur véhicule. 28,6% d'entre eux veulent diminuer leurs consommations d'énergie et 19,4% sont prêts à rogner sur leur budget loisirs.

Le site HelloSafe.be a réalisé une étude sur le ressenti des Belges face à la guerre et l'impact sur leur pouvoir d'achat. Parmi les sondés, quatre Belges sur cinq s'attendent à ce que la guerre ait des répercussions directes sur leur portefeuille. Parmi eux, 39,6% se disent même très inquiets en la matière.L'étude révèle aussi que la tranche d'âge 46-55 ans est davantage inquiète face à la guerre, suivie de très près par les 55 ans et plus. A l'inverse, les plus jeunes semblent beaucoup moins être préoccupés par la question, en particulier les 16-25 ans. Cela pourrait s'expliquer par le fait qu'ils n'aient pas tellement conscience des potentielles retombées économiques sur le pays, contrairement aux tranches d'âge plus avancées, avance Hello Safe dans son étude.Hello Safe a aussi sondé les répondants sur les postes de dépenses qu'ils craignent le plus de voir augmenter. Le prix des carburants arrive en tête (78,7%), suivi de très près par les factures énergétiques (77,4%), et les prix des denrées alimentaires (74,8%). Par ailleurs, 56,6% d'entre eux ont répondu qu'ils craignaient une hausse de ces trois catégories cumulées.L'enquête révèle aussi que les différentes tranches d'âge ne sont pas préoccupées de la même manière par l'inflation. Ainsi, la flambée du prix du pétrole semble davantage être un sujet de préoccupation pour les 16-25 ans, contrairement aux autres types de produits. On observe par ailleurs que plus l'âge des répondants est élevé, plus les peurs sont généralisées sur l'ensemble des catégories des dépenses testées.La confiance des consommateurs le budget des ménages a déjà été grandement impacté par 2 ans de crise sanitaire. La confiance des consommateurs a plongé en mars en raison de la guerre en Ukraine et de la flambée des prix de l'énergie a indiqué la Banque Nationale de Belgique mardi. L'indicateur a perdu 17 points soit le plus fort repli - au même titre que celui du début de la crise sanitaire - enregistré depuis que l'indicateur existe (1985).Toujours selon l'enquête d'Hello Safe, les sondés se disent enclins à faire des concessions importantes pour faire des économies. 51,5% des Belges se disent ainsi prêts à moins utiliser leur véhicule. 28,6% d'entre eux veulent diminuer leurs consommations d'énergie et 19,4% sont prêts à rogner sur leur budget loisirs.