Son sourire ne le quitte jamais. A tout juste 65 ans, Marc Vossen vient de remiser son costume de patron de NGroup au placard, mais l'homme de radio ne s'éteint pas pour autant. Entre one man shows et conférences inspirantes, l'ancien CEO des stations Nostalgie, NRJ et Chérie fourmille déjà de projets multiples, et il se pourrait même qu'il mène rapidement des missions de consultance pour un grand groupe média en France.
...

Son sourire ne le quitte jamais. A tout juste 65 ans, Marc Vossen vient de remiser son costume de patron de NGroup au placard, mais l'homme de radio ne s'éteint pas pour autant. Entre one man shows et conférences inspirantes, l'ancien CEO des stations Nostalgie, NRJ et Chérie fourmille déjà de projets multiples, et il se pourrait même qu'il mène rapidement des missions de consultance pour un grand groupe média en France. Marc Vossen l'assure toutefois avec aplomb: il ne sera certainement pas la belle-mère de son successeur Kim Beyns et se délestera d'ailleurs de tous ses "privilèges" acquis chez NGroup. La preuve: le vrai-faux retraité aimerait animer, à la rentrée, une nouvelle émission sur Nostalgie+ (la radio DAB dédiée aux années 1960 et 1970), mais il se pliera d'abord à une session de tests très sérieux pour décrocher (ou non) ce précieux temps d'antenne. Figure et voix emblématiques du paysage radiophonique belge, Marc Vossen est arrivé aux commandes de Nostalgie en 2000 après avoir dirigé pendant 10 ans Bruxelles-Capitale (devenue VivaCité) à la RTBF. Impressionnant, son tour de force a été de transformer cette "petite" station musicale en une vraie success story puisqu'elle trône, depuis quatre ans déjà, à la première place des radios les plus écoutées de Belgique francophone, devant toutes les chaînes de la RTBF et du groupe RTL. Avec quasi 15% de parts de marché dans le dernier CIM radio (pour la période de septembre à décembre 2021), Nostalgie devance en effet Vivacité (12,9%), Bel RTL (12%), Radio Contact (11,6%), Classic 21 (11,3%) et La Première (7,1%). Mais là n'est pas le seul mérite de Marc Vossen. A ces bons scores d'audience s'ajoutent d'excellents résultats financiers pour NGroup qui compte aujourd'hui 70 équivalents temps plein et une petite quarantaine de freelances. Ainsi, pour l'année 2021, l'entreprise affiche un chiffre d'affaires net de 21,5 millions d'euros - son record historique - et, surtout, un bénéfice net de 7,8 millions avant impôt. Modeste, Marc Vossen rappelle que NGroup n'a commencé à être véritablement rentable qu'à partir de 2008 - soit huit ans après son arrivée - et que Kim Beyns, son ancien COO devenu aujourd'hui CEO, a tout autant contribué que lui à ce joli succès. Complices, les deux hommes se côtoient depuis tout juste 10 ans. Après avoir fait ses armes professionnelles chez IP, la régie publicitaire de RTL Belgique, Kim Beyns a rejoint NGroup comme directeur marketing en 2012, avant d'en devenir le COO sept ans plus tard. C'est lui qui inspirera le repositionnement stratégique des radios musicales du groupe, avant que Marc Vossen ne le désigne tout naturellement comme son successeur attitré. Si elle n'est devenue effective qu'en ce 1er juin 2022, la passation de pouvoir a pourtant été enclenchée il y a trois ans déjà, lorsque Kim Beyns est devenu précisément COO du groupe. Différents mais complémentaires, les deux patrons ont pu ainsi avancer de concert en partageant une vision commune de l'entreprise et de son avenir, même si leur style de management diverge, indéniablement. "Je ne suis pas Marc Vossen, tranche d'emblée le nouveau CEO. Sur le fond, il y aura une vraie continuité car beaucoup de choses nous réunissent. Nous partageons les mêmes valeurs et les mêmes convictions. Mais sur la forme, ce sera différent. Je suis plus discret que lui, moins théâtral, moins volubile mais plus structuré (sourire). Pour moi, il est important que l'humain reste au centre, mais il doit s'accompagner de stratégie. Je suis beaucoup moins dans le spirituel que Marc..." Patron atypique, l'ancien CEO de NGroup est un ferveur défenseur du développement personnel et de la méditation qu'il encourage au sein de l'entreprise. Il a d'ailleurs partagé sa conception d'un "leadership inspiré inspirant" (sic) et du management participatif dans son livre Balancez vos ondes positives paru en 2020 aux éditions L'attitude des héros. "Nous avons tous les deux une vision très claire de NGroup, enchaîne Marc Vossen, mais le 'comment' diffère. Je fonctionne à l'intuition ; Kim fonctionne aux études et aux analyses. Son style, c'est la rigueur mêlée à la créativité, à l'exigence, à la passion et à la cohérence. Tout cela représente un extraordinaire mix!" Quelle que soit la différence de style entre les deux patrons, le principal défi de Kim Beyns sera de maintenir Nostalgie au sommet du classement des radios francophones et, surtout, de poursuivre la croissance de NGroup alors que l'audience du média radio dans son ensemble ne cesse de s'éroder. "On parle de radio, mais il faudrait plutôt parler d'audio, rectifie le nouveau CEO. Le streaming génère des revenus importants car on nous écoute aussi, de plus en plus, sur les enceintes connectées et les ordinateurs. Le DAB+ va également redistribuer les cartes et il ne faut pas non plus minimiser l'importance grandissante des podcasts. Nous avons d'ailleurs le projet de créer une cellule de podcasting au sein du groupe car notre infrastructure et notre expertise peuvent être valorisées auprès de certains annonceurs. Cela fait partie de notre diversification." Ouvert aux nouvelles expériences, NGroup a déjà réalisé des podcasts "sur mesure" pour des entreprises comme Ikea ou Mastercard et s'aventure aussi, de plus en plus, sur le terrain du gaming pour sa radio NRJ. La diversification de ses activités sonores gagne également d'autres sphères commerciales puisque le groupe média propose désormais l'animation musicale de points de vente où chaque marque peut choisir une atmosphère spécifique en fonction de la cible visée. Elle peut même personnaliser sa playlist avec des jingles, des annonces promotionnelles et, cerise sur le gâteau, le petit mot du patron! Conquis, les jouets Broze et les salles de jeux Golden Palace ont déjà passé commande à NGroup pour bénéficier de ce type d'expérience sonore "customisée" dans leurs propres espaces. "Nous avons amorcé ce nouveau déploiement car il existe aujourd'hui une vraie demande, enchaîne Marc Vossen. Notre groupe est extrêmement agile, flexible et, pour rappel, nous avons toujours été précurseurs, que ce soit en termes de webradio, de podcast et même d'engagement pour la planète. Certains évoquent la fin de la radio, mais je suis intimement convaincu qu'elle va continuer à exister, sur un mode différent. La radio, c'est une communion, c'est une émotion collective et nous devons continuer à la transmettre, quelle que soit la manière, car le paysage évolue en permanence." Outsider devenu leader avec Nostalgie, l'entité NGroup - détenue majoritairement par le groupe NRJ France - doit désormais compter avec trois concurrents de taille dans le paysage francophone belge davantage consolidé: la RTBF, le groupe RTL intégré au puissant tandem Rossel-DPG Media et le groupe IPM qui a récemment absorbé LN24 avec de nouvelles ambitions en radio. Et puis, il y a les Gafa et autres géants de la tech (Spotify, Deezer, etc.) qui vampirisent le marché. Pour Kim Beyns, la guerre de l'audience ne fait que commencer.