Les démêlés judiciaires de François Fornieri ont pesé sur le cours de Mithra la semaine dernière. Même s'ils n'ont rien à voir avec l'entreprise biotechnologique, l'influence de l'homme d'affaires liégeois demeure grande au sein de Mithra dont il est le fondateur et le directeur général. Très vite après son arrestation, l'entreprise a annoncé son remplacement ad interim par Christophe Maréchal, directeur financier de Mithra depuis 2017. Mais les liens financiers restent forts. François Fornieri est ainsi avant tout le premier actionnaire avec 26% du capital, devant Marc Coucke (15%) et l'invest liégeois Noshaq (12%). Ensuite, François Fornieri est le cofonda...

Les démêlés judiciaires de François Fornieri ont pesé sur le cours de Mithra la semaine dernière. Même s'ils n'ont rien à voir avec l'entreprise biotechnologique, l'influence de l'homme d'affaires liégeois demeure grande au sein de Mithra dont il est le fondateur et le directeur général. Très vite après son arrestation, l'entreprise a annoncé son remplacement ad interim par Christophe Maréchal, directeur financier de Mithra depuis 2017. Mais les liens financiers restent forts. François Fornieri est ainsi avant tout le premier actionnaire avec 26% du capital, devant Marc Coucke (15%) et l'invest liégeois Noshaq (12%). Ensuite, François Fornieri est le cofondateur d'Uteron Pharma, dont les actifs sont au centre des développements de Mithra. A ce titre, Fornieri fait partie des anciens actionnaires d'Uteron, à hauteur de 20% selon le prospectus, à qui Mithra doit verser un montant estimé de 250 millions d'euros sur une période de neuf ans à partir de cette année. Les analystes demeurent toutefois globalement rassurants, à l'image de Lenny Van Steenhuyse, analyste chez KBC Securities. "Nous pensons qu'il y a peu de risques opérationnels en raison de l'absence de M. Fornieri. En tant que bras droit, Christophe Maréchal a été étroitement impliqué dans les activités et la stratégie globale de Mithra et il est bien placé pour diriger la société pour le moment." De plus, la société biotechnologique liégeoise a levé 125 millions d'euros de capitaux frais début décembre. Mithra n'a donc pas le couteau sous la gorge et peut attendre des jours meilleurs pour lever de nouveaux financements."En tant que tel, tout impact sur le cours de Mithra est lié à la perception de la société et des affaires de M. Fornieri car nous pensons qu'il n'y aura que peu d'impact opérationnel", estime ainsi Lenny Van Steenhuyse dont l'avis résume bien l'opinion des analystes. Ceux-ci insistent sur le fait que les démêlés judiciaires de l'homme d'affaires liégeois ne sont pas liés à Mithra. Même l'enquête pour délit d'initié qui pèse toujours sur François Fornieri ne devrait pas affecter l'opérationnel de Mithra, pas plus que l'instruction pour délit d'usure avec Luciano D'Onofrio. Cette succession d'enquêtes risque toutefois de peser sur les scores de gouvernance de Mithra, utilisés par de plus en plus de gestionnaires de fonds. Quoi qu'il en soit, KBC Securities et Portzamparc ont confirmé leur recommandation d'achat. L'année 2021 s'annonce toutefois décisive, comme le rappelle Lenny Van Steenhuyse: Mithra attend le verdict des autorités sanitaires européennes et américaines à sa demande de commercialisation de sa pilule contraceptive Estelle au premier semestre. Côté pile, cette pilule de nouvelle génération semble avoir moins d'effets secondaires et être tout aussi efficace. Côté face, elle combine l'Estetrol, un oestrogène naturellement produit par le foetus humain (et produit ici par synthèse) avec de la drospirénone. Cette dernière aurait un effet coagulant selon différentes études, accroissant le risque de thrombose veineuse profonde ou d'embolie pulmonaire notamment. Il n'est donc pas acquis que l'Estelle parviendra à mettre fin au recul de l'usage de la pilule contraceptive dans les pays occidentaux.