Depuis novembre dernier, la nouvelle plateforme Miimosa s'est donné pour objectif de combler ce manque en mettant en relation des agriculteurs à la recherche de financement et de généreux contributeurs, prêts à leur venir en aide.
...

Depuis novembre dernier, la nouvelle plateforme Miimosa s'est donné pour objectif de combler ce manque en mettant en relation des agriculteurs à la recherche de financement et de généreux contributeurs, prêts à leur venir en aide. Derrière cette initiative se cache une équipe française. Car, si le concept est nouveau en Belgique, Miimosa a déjà fait ses preuves chez nos voisins, où elle est active depuis deux ans. " C'est en voyant nos bons résultats que nous avons décidé de lancer l'équivalent en Belgique ", explique Florian Breton, le responsable de Miimosa. Un pari sur les campagnes belges qui semble déjà presque gagnant puisque, comme sa grande soeur française, le site enregistre, dès ses débuts, des résultats encourageants. " Deux mois après le lancement de la plateforme belge, nous avions déjà autant de projets en Wallonie que sur toute la France à période comparée ", explique, ravi, le responsable. Un peu plus de 20 projets sont ainsi présentés sur le site qui a déjà enregistré plus de 100.000 euros de contributions. Actuellement près de 1.500 crowdfunders ont participé au financement d'au moins un projet. L'intérêt du public est donc bien réel. " En moyenne, les contributions s'élèvent à 80 euros. C'est une belle somme puisque pour les plateformes traditionnelles, les dons avoisinent, en général, les 50 euros ", poursuit Florian Breton. Les projets sont variés, allant de la création d'un verger à la construction d'une micro-fromagerie. La plupart des demandes de financement ne dépassent toutefois pas les 10.000 euros. " La moyenne s'élève à 4.000 euros ", précise le créateur de la plateforme. L'objectif pour Miimosa est de lancer, en 2017, 120 projets pour environ 600.000 euros. Pour y parvenir, trois personnes travaillent à plein temps sur la plateforme belge. Par Arnaud Martin.