L'utilisation effective de ce milliard d'euros dépendra des négociations en cours avec les curateurs d'Air Berlin. Les autorités de la concurrence devront ensuite donner leur aval à l'accord auquel aboutiront les parties concernées.

La soixantaine d'appareils -en plus du leasing de 20 avions d'Air Berlin- seraient destinés à Eurowings. La filiale embaucherait alors environ 3.000 pilotes et membres du personnel navigant. Quelques-uns des appareils pourraient également finir dans l'escarcelle d'Austrian Airlines, elle aussi filiale de Lufthansa.

D'après Carsten Spohr, le patron du groupe aéronautique, cette reprise constitue une grande opportunité de faire "un pas décisif" pour Eurowings en Europe.

L'utilisation effective de ce milliard d'euros dépendra des négociations en cours avec les curateurs d'Air Berlin. Les autorités de la concurrence devront ensuite donner leur aval à l'accord auquel aboutiront les parties concernées. La soixantaine d'appareils -en plus du leasing de 20 avions d'Air Berlin- seraient destinés à Eurowings. La filiale embaucherait alors environ 3.000 pilotes et membres du personnel navigant. Quelques-uns des appareils pourraient également finir dans l'escarcelle d'Austrian Airlines, elle aussi filiale de Lufthansa. D'après Carsten Spohr, le patron du groupe aéronautique, cette reprise constitue une grande opportunité de faire "un pas décisif" pour Eurowings en Europe.