Les syndicats CNE et Setca dénoncent que la compagnie aérienne refuse que des membres du personnel se mettent en grève dès ce mercredi, alors qu'un préavis à durée indéterminée a été déposé.

Le front commun syndical a appelé les membres du personnel de cabine et les pilotes de Brussels Airlines à respecter trois jours de grève, de jeudi à samedi, pour protester notamment contre une charge de travail jugée trop élevée. Alors que le mouvement de grogne démarre demain/jeudi, certains membres du personnel - dont des délégués syndicaux - ont été placés sur des vols long-courriers, les empêchant d'être de retour à temps en Belgique.

Pour pouvoir participer à l'action, ceux-ci se sont placés en grève dès ce mercredi, "ce que la direction a refusé", explique M. Lebbe. "Elle les a placés sur des vols tardifs", en remplacement des long-courriers. Une solution rejetée par le syndicaliste, qui estime que la compagnie aérienne doit accepter que ces travailleurs soient en grève dès mercredi car les syndicats ont déposé un préavis à durée indéterminée.

Brussels Airlines a toutefois une toute autre interprétation de la situation. "Une personne a indiqué qu'elle ne souhaitait pas faire de vol long-courrier aujourd'hui (mercredi), nous l'avons donc écartée et nous lui avons proposé une alternative qu'elle a refusée", a indiqué une porte-parole de la compagnie. "Elle ne peut pas être considérée comme en grève, la grève commence demain (jeudi)", a-t-elle ajouté.

Didier Lebbe rejette cette interprétation, soulignant que le préavis déposé couvre toute action pour une durée indéterminée.

Les syndicats CNE et Setca dénoncent que la compagnie aérienne refuse que des membres du personnel se mettent en grève dès ce mercredi, alors qu'un préavis à durée indéterminée a été déposé.Le front commun syndical a appelé les membres du personnel de cabine et les pilotes de Brussels Airlines à respecter trois jours de grève, de jeudi à samedi, pour protester notamment contre une charge de travail jugée trop élevée. Alors que le mouvement de grogne démarre demain/jeudi, certains membres du personnel - dont des délégués syndicaux - ont été placés sur des vols long-courriers, les empêchant d'être de retour à temps en Belgique. Pour pouvoir participer à l'action, ceux-ci se sont placés en grève dès ce mercredi, "ce que la direction a refusé", explique M. Lebbe. "Elle les a placés sur des vols tardifs", en remplacement des long-courriers. Une solution rejetée par le syndicaliste, qui estime que la compagnie aérienne doit accepter que ces travailleurs soient en grève dès mercredi car les syndicats ont déposé un préavis à durée indéterminée. Brussels Airlines a toutefois une toute autre interprétation de la situation. "Une personne a indiqué qu'elle ne souhaitait pas faire de vol long-courrier aujourd'hui (mercredi), nous l'avons donc écartée et nous lui avons proposé une alternative qu'elle a refusée", a indiqué une porte-parole de la compagnie. "Elle ne peut pas être considérée comme en grève, la grève commence demain (jeudi)", a-t-elle ajouté. Didier Lebbe rejette cette interprétation, soulignant que le préavis déposé couvre toute action pour une durée indéterminée.