Le groupe chinois n'a pas encore fait d'annonce concernant ce paiement, qui aurait dû être effectué jeudi. Un peu plus tôt dans la semaine, la société avait déclaré qu'elle avait conclu un accord concernant un autre paiement d'intérêts pour un montant de 35,9 millions de dollars.

Les marchés mondiaux ont été secoués par des inquiétudes quant à la capacité d'Evergrande à supporter ses dettes colossales, soit plus de 300 milliards de dollars. L'action Evergrande a chuté de près de 12 % à Hong Kong vendredi, après avoir bondi de plus de 17 % la veille.

Pendant ce temps, les autorités chinoises ont averti les gouvernements locaux de se préparer à une éventuelle faillite d'Evergrande. Les mesures ordonnées ont été décrites comme "se préparer à une éventuelle tempête", selon le Wall Street Journal, qui a cité des responsables au courant des discussions.

Certains investisseurs ont vu dans cette décision un signe supplémentaire de la réticence du gouvernement chinois à renflouer le géant de l'immobilier en crise. D'ailleurs, le gouvernement chinois n'a fait aucune annonce majeure sur Evergrande, et les médias d'État ont donné peu d'indices sur la façon dont Pékin envisage d'aborder la crise que la dette de l'entreprise aura créé.

La société doit effectuer une série d'autres versements d'intérêts sur les obligations dans les semaines à venir. En vertu des accords conclus avec les investisseurs, la société dispose encore d'un délai de 30 jours avant que le paiement manqué sur l'obligation offshore de 83,5 millions de dollars ne devienne un défaut de paiement.

Certains analystes ont averti que la faillite d'un conglomérat immobilier aussi important et aussi lourdement endetté pourrait avoir un impact majeur sur l'économie chinoise, et pourrait éventuellement se propager au système financier mondial.

L'industrie immobilière est une composante majeure de l'économie chinoise, représentant à elle seule près de 30 % du produit intérieur brut, de sorte que tout impact sur le secteur est susceptible de frapper la croissance du pays, déjà ralentie par la crise sanitaire.

Et bien que des risques majeurs pèsent à la fois sur l'industrie immobilière chinoise et sur l'économie du pays dans son ensemble, seuls quelques 20 milliards de dollars de dettes d'Evergrande sont détenus par des investisseurs étrangers.

L'exposition de la zone euro "serait limitée"

La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a relativisé vendredi l'impact qu'aurait pour la zone euro une possible faillite du géant immobilier chinois ultra-endetté Evergrande.

"J'ai des souvenirs très vifs des derniers développements boursiers en Chine qui ont eu une incidence à travers le monde", mais "en Europe et dans la zone euro en particulier, l'exposition directe serait limitée", a déclaré la Française lors dans une interview donnée à la chaîne CNBC. "Pour le moment, ce que nous voyons, c'est un impact et une exposition centrés sur la Chine", a-t-elle ajouté, tandis que la BCE observe de près la situation, étant donné l'interconnexion des marchés financiers sur la planète.

(source: BBC - traduction et Belga)

Le groupe chinois n'a pas encore fait d'annonce concernant ce paiement, qui aurait dû être effectué jeudi. Un peu plus tôt dans la semaine, la société avait déclaré qu'elle avait conclu un accord concernant un autre paiement d'intérêts pour un montant de 35,9 millions de dollars.Les marchés mondiaux ont été secoués par des inquiétudes quant à la capacité d'Evergrande à supporter ses dettes colossales, soit plus de 300 milliards de dollars. L'action Evergrande a chuté de près de 12 % à Hong Kong vendredi, après avoir bondi de plus de 17 % la veille.Pendant ce temps, les autorités chinoises ont averti les gouvernements locaux de se préparer à une éventuelle faillite d'Evergrande. Les mesures ordonnées ont été décrites comme "se préparer à une éventuelle tempête", selon le Wall Street Journal, qui a cité des responsables au courant des discussions.Certains investisseurs ont vu dans cette décision un signe supplémentaire de la réticence du gouvernement chinois à renflouer le géant de l'immobilier en crise. D'ailleurs, le gouvernement chinois n'a fait aucune annonce majeure sur Evergrande, et les médias d'État ont donné peu d'indices sur la façon dont Pékin envisage d'aborder la crise que la dette de l'entreprise aura créé.La société doit effectuer une série d'autres versements d'intérêts sur les obligations dans les semaines à venir. En vertu des accords conclus avec les investisseurs, la société dispose encore d'un délai de 30 jours avant que le paiement manqué sur l'obligation offshore de 83,5 millions de dollars ne devienne un défaut de paiement.Certains analystes ont averti que la faillite d'un conglomérat immobilier aussi important et aussi lourdement endetté pourrait avoir un impact majeur sur l'économie chinoise, et pourrait éventuellement se propager au système financier mondial.L'industrie immobilière est une composante majeure de l'économie chinoise, représentant à elle seule près de 30 % du produit intérieur brut, de sorte que tout impact sur le secteur est susceptible de frapper la croissance du pays, déjà ralentie par la crise sanitaire.Et bien que des risques majeurs pèsent à la fois sur l'industrie immobilière chinoise et sur l'économie du pays dans son ensemble, seuls quelques 20 milliards de dollars de dettes d'Evergrande sont détenus par des investisseurs étrangers.(source: BBC - traduction et Belga)