Groupe ADP, qui gère les aéroports parisiens de Roissy-Charles-de-Gaulle et d'Orly, prévoit un recul du trafic de 25% sur ses principales plateformes à partir de mars et sur les quatre ou cinq mois à venir. Il va fermer une partie de ses infrastructures à Paris et des aéroports à l'étranger (Amman en Jordanie, Ohrid en Macédoine et Riga en Lettonie).

Ces annonces interviennent dans un contexte de crise sans précédent pour le transport aérien, qui avait déjà été lourdement affecté par les attentats du 11-Septembre, la crise financière de 2008-2009, ou encore en France par les attentats de 2015.

L'Association internationale du transport aérien (Iata) a demandé jeudi des mesures de soutien d'urgence, après l'annonce des mesures d'interdiction temporaire d'entrée aux Etats-Unis des voyageurs en provenance d'Europe.

Outre l'Italie, l'un des points chauds en Europe, plusieurs pays ont mis des mesures semblables en place avec leur lot de suppressions de liaisons aériennes.

Le groupe ADP, qui voit fondre à la fois les recettes des redevances aéroportuaires et celles des commerces et boutiques, "pourrait fermer davantage d'infrastructures si la baisse s'accélère", a expliqué à l'AFP le directeur général du Groupe ADP Edward Arkwright en tablant, une fois l'épidémie terminée, sur un scénario de rétablissement pour le transport aérien "sur trois mois, observé depuis les années 70 après chaque grand événement".

Le groupe va soutenir ses clients en difficulté en proposant par exemple la suspension des redevances de stationnement pour les avions immobilisés sur les plateformes parisiennes du fait de la crise.

- Sécuriser la trésorerie -

Air France va mettre en place à partir du 23 mars, un dispositif de chômage partiel pour l'ensemble de ses salariés pour une période de six mois, mesure qui affectera en moyenne 50% du temps de travail, selon des sources syndicales.

Air France-KLM prévoit une réduction de son activité de 70% à 90% lors des deux prochains mois au moins.

Le groupe, dont les Etats français et néerlandais sont actionnaires à hauteur de 14,3% et 14% respectivement, a "accueilli positivement les déclarations exprimées par l'Etat français et l'Etat néerlandais qui ont indiqué chacun étudier toutes les conditions possibles d'un soutien au groupe".

L'allemande Lufthansa, autre compagnie historique en Europe, va supprimer "jusqu'à 90%" de ses capacités de vols long-courrier et maintiendra seulement 20% des capacités sur les trajets courts.

Sa filiale autrichienne Austria suspend tous ses vols réguliers à partir de jeudi et jusqu'au 28 mars.

Après plusieurs annonces la semaine dernière, la compagnie à bas coûts Norwegian Air Shuttle a encore durci les mesures lundi avec la suppression de 85% de ses vols et la mise au chômage technique de plus de 7.300 salariés, soit environ 90% de ses effectifs.

Outre-Manche, IAG, maison mère de British Airways, a annoncé prévoir une réduction de sa capacité de vols d'"au moins 75%" en avril et mai.

La low-cost britannique easyJet a prévenu que la "majorité de ses avions" pourrait être clouée au sol et dit craindre pour la survie des compagnies aériennes en cas de gel à long terme des voyages.

Même préoccupation chez son rival Ryanair qui prévoit le maintien au sol de "la majorité de sa flotte pour les 7 à 10 jours prochains".

Pour limiter la propagation du Covid-19, les compagnies assurent une désinfection et un assainissement régulier des cabines. Alitalia exige depuis lundi le port d'un masque de protection par les passagers si la distance de sécurité d'un mètre entre les voyageurs ne peut pas être respectée.

Groupe ADP, qui gère les aéroports parisiens de Roissy-Charles-de-Gaulle et d'Orly, prévoit un recul du trafic de 25% sur ses principales plateformes à partir de mars et sur les quatre ou cinq mois à venir. Il va fermer une partie de ses infrastructures à Paris et des aéroports à l'étranger (Amman en Jordanie, Ohrid en Macédoine et Riga en Lettonie).Ces annonces interviennent dans un contexte de crise sans précédent pour le transport aérien, qui avait déjà été lourdement affecté par les attentats du 11-Septembre, la crise financière de 2008-2009, ou encore en France par les attentats de 2015.L'Association internationale du transport aérien (Iata) a demandé jeudi des mesures de soutien d'urgence, après l'annonce des mesures d'interdiction temporaire d'entrée aux Etats-Unis des voyageurs en provenance d'Europe.Outre l'Italie, l'un des points chauds en Europe, plusieurs pays ont mis des mesures semblables en place avec leur lot de suppressions de liaisons aériennes.Le groupe ADP, qui voit fondre à la fois les recettes des redevances aéroportuaires et celles des commerces et boutiques, "pourrait fermer davantage d'infrastructures si la baisse s'accélère", a expliqué à l'AFP le directeur général du Groupe ADP Edward Arkwright en tablant, une fois l'épidémie terminée, sur un scénario de rétablissement pour le transport aérien "sur trois mois, observé depuis les années 70 après chaque grand événement". Le groupe va soutenir ses clients en difficulté en proposant par exemple la suspension des redevances de stationnement pour les avions immobilisés sur les plateformes parisiennes du fait de la crise.- Sécuriser la trésorerie -Air France va mettre en place à partir du 23 mars, un dispositif de chômage partiel pour l'ensemble de ses salariés pour une période de six mois, mesure qui affectera en moyenne 50% du temps de travail, selon des sources syndicales.Air France-KLM prévoit une réduction de son activité de 70% à 90% lors des deux prochains mois au moins. Le groupe, dont les Etats français et néerlandais sont actionnaires à hauteur de 14,3% et 14% respectivement, a "accueilli positivement les déclarations exprimées par l'Etat français et l'Etat néerlandais qui ont indiqué chacun étudier toutes les conditions possibles d'un soutien au groupe".L'allemande Lufthansa, autre compagnie historique en Europe, va supprimer "jusqu'à 90%" de ses capacités de vols long-courrier et maintiendra seulement 20% des capacités sur les trajets courts.Sa filiale autrichienne Austria suspend tous ses vols réguliers à partir de jeudi et jusqu'au 28 mars.Après plusieurs annonces la semaine dernière, la compagnie à bas coûts Norwegian Air Shuttle a encore durci les mesures lundi avec la suppression de 85% de ses vols et la mise au chômage technique de plus de 7.300 salariés, soit environ 90% de ses effectifs.Outre-Manche, IAG, maison mère de British Airways, a annoncé prévoir une réduction de sa capacité de vols d'"au moins 75%" en avril et mai.La low-cost britannique easyJet a prévenu que la "majorité de ses avions" pourrait être clouée au sol et dit craindre pour la survie des compagnies aériennes en cas de gel à long terme des voyages.Même préoccupation chez son rival Ryanair qui prévoit le maintien au sol de "la majorité de sa flotte pour les 7 à 10 jours prochains". Pour limiter la propagation du Covid-19, les compagnies assurent une désinfection et un assainissement régulier des cabines. Alitalia exige depuis lundi le port d'un masque de protection par les passagers si la distance de sécurité d'un mètre entre les voyageurs ne peut pas être respectée.