Le sujet est délicat pour les chaînes de supermarchés : le scannage des codes-barres effectué par les clients les encourage-t-il à subtiliser des articles ? Une étude réalisée par l'Université de Leicester, menée notamment aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas et en Belgique, le soutient. Le département de criminologie de cet établissement a réalisé une vaste enquête (1) auprès de huit chaînes de magasins. Le résultat est interpellant : le taux de pertes sur les ventes atteint 3,97 %, " soit 122 % de plus que la moyenne des pertes, davantage que la marge bénéficiaire typique du secteur de la distribution alimentaire en Europe, qui est de 3 %", indique l'étude publiée début août et réalisée par les professeurs Adrian Beck et Matt Hopkins.
...