Lundi, Ryanair a annoncé à son personnel que ce n'était plus désormais 106 emplois qui étaient menacés parmi le personnel de cabine de Ryanair, mais bien 200. Il y a plus d'un mois, Ryanair avait déjà annoncé que le nombre d'emplois menacés avait augmenté, de quelque 80 postes en juillet à 106 membres du personnel de cabine et 66 pilotes.

Les syndicats ont dès lors signalé lundi soir que cette troisième annonce intervenait alors que la phase 1 de la procédure Renault était pleinement en cours, et ont appelé le ministre compétent à prendre ses responsabilités afin de faire respecter la loi à la compagnie à bas coûts irlandaise.

M. Dermagne s'est étonné mardi que les pertes d'emploi prévues chez Ryanair continuent d'être revues à la hausse, et a donc demandé au président de la Commission paritaire la désignation d'un conciliateur social, "afin de favoriser le dialogue et dans le but de faire respecter scrupuleusement l'ensemble des procédures garanties par la loi Renault".

Lundi, Ryanair a annoncé à son personnel que ce n'était plus désormais 106 emplois qui étaient menacés parmi le personnel de cabine de Ryanair, mais bien 200. Il y a plus d'un mois, Ryanair avait déjà annoncé que le nombre d'emplois menacés avait augmenté, de quelque 80 postes en juillet à 106 membres du personnel de cabine et 66 pilotes. Les syndicats ont dès lors signalé lundi soir que cette troisième annonce intervenait alors que la phase 1 de la procédure Renault était pleinement en cours, et ont appelé le ministre compétent à prendre ses responsabilités afin de faire respecter la loi à la compagnie à bas coûts irlandaise. M. Dermagne s'est étonné mardi que les pertes d'emploi prévues chez Ryanair continuent d'être revues à la hausse, et a donc demandé au président de la Commission paritaire la désignation d'un conciliateur social, "afin de favoriser le dialogue et dans le but de faire respecter scrupuleusement l'ensemble des procédures garanties par la loi Renault".