Les syndicats ont souligné que cette troisième annonce intervenait alors que la phase 1 de la procédure Renault était pleinement en cours. "Les violations flagrantes de lois en Belgique et en Europe commises par Ryanair ne connaissent aucun précédent", ont indiqué les syndicats en front commun. La compagnie "montre à nouveau son mépris vis-à-vis des législations belges et européennes en matière de restructuration".

La CNE et ACV Puls ont appelé le ministre compétent Pierre-Yves Dermagne (PS) et l'Inspection sociale à prendre leurs responsabilités afin de faire respecter la loi à Ryanair. Du côté des pilotes, la compagnie n'a pas annoncé de licenciement supplémentaire. Au total, la branche belge de l'entreprise irlandaise supprimerait donc 266 emplois. La réduction d'effectifs concernerait tant l'aéroport de Charleroi que celui de Bruxelles.

Lors de l'annonce de septembre, Ryanair avait indiqué avoir essuyé de plus lourdes pertes qu'attendu en raison de la crise provoquée par le coronavirus. L'entreprise emploie un peu plus de 500 personnes en Belgique, dont la majeure partie à l'aéroport de Charleroi.

Les syndicats ont souligné que cette troisième annonce intervenait alors que la phase 1 de la procédure Renault était pleinement en cours. "Les violations flagrantes de lois en Belgique et en Europe commises par Ryanair ne connaissent aucun précédent", ont indiqué les syndicats en front commun. La compagnie "montre à nouveau son mépris vis-à-vis des législations belges et européennes en matière de restructuration". La CNE et ACV Puls ont appelé le ministre compétent Pierre-Yves Dermagne (PS) et l'Inspection sociale à prendre leurs responsabilités afin de faire respecter la loi à Ryanair. Du côté des pilotes, la compagnie n'a pas annoncé de licenciement supplémentaire. Au total, la branche belge de l'entreprise irlandaise supprimerait donc 266 emplois. La réduction d'effectifs concernerait tant l'aéroport de Charleroi que celui de Bruxelles. Lors de l'annonce de septembre, Ryanair avait indiqué avoir essuyé de plus lourdes pertes qu'attendu en raison de la crise provoquée par le coronavirus. L'entreprise emploie un peu plus de 500 personnes en Belgique, dont la majeure partie à l'aéroport de Charleroi.