Ala différence de Meusinvest, récemment rebaptisée Noshaq, la Sowalfin n'envisage pas de changer de nom. D'autant que la Société wallonne de financement et de garantie des petites et moyennes entreprises jouit d'une belle notoriété dans le paysage économique wallon dont elle est devenue au fil des ans un acteur incontournable.
...

Ala différence de Meusinvest, récemment rebaptisée Noshaq, la Sowalfin n'envisage pas de changer de nom. D'autant que la Société wallonne de financement et de garantie des petites et moyennes entreprises jouit d'une belle notoriété dans le paysage économique wallon dont elle est devenue au fil des ans un acteur incontournable. Créée en 2002, elle se positionne dès le départ comme l'outil de référence pour le financement public des PME wallonnes. Aujourd'hui, elle est devenue un groupe comprenant différentes filiales telles que la Socamut (financement des projets des petites entreprises et des indépendants), la Sofinex (financement des activités à l'international), la Sowaccess (transmission des entreprises), Novallia (financement de l'innovation). Une palette d'activités qui s'est largement étoffée ces dernières années avec différents produits, plateformes et dispositifs destinés à accompagner l'entreprise de sa création à sa transmission. Parmi les récents services qu'elle a lancés, pointons le 1890.be, portail d'entrée régional d'information et d'orientation pour les entrepreneurs wallons. Après six mois d'existence, on recense déjà 72.937 sessions sur le site et 820 demandes traitées. L'année 2018 a été marquée par de nouveaux records en termes d'interventions. " Nous avons effectué l'an dernier près de 3.000 interventions pour plus de 412 millions d'euros, intervient Jean-Pierre Di Bartolomeo, président du comité de direction de la Sowalfin. Cela représente un taux de progression de 13,6% par rapport à 2017. Ces résultats s'inscrivent dans une tendance à la hausse cette dernière décennie. Ainsi, en 10 ans, l'activité de garantie a crû de 224% et l'activité de financement de 125%. " Lorsqu'on détaille les chiffres, le montant de 412 millions se répartit à raison de 233,789 millions d'euros pour le financement d'investissement et 178,834 millions pour les montants garantis. Au-delà de ces sommes, ce sont, annonce la Sowalfin, quelque 15.000 emplois soutenus et 4.440 emplois à créer. Le soutien apporté par la Sowalfin en termes de cofinancement s'adresse spécifiquement aux PME parmi lesquelles la part des TPE ne cesse de progresser. Ainsi, les entreprises de moins de 50 salariés comptent pour plus de 90% de l'encours crédits et parmi celles-ci, les entreprises de moins de 10 salariés représentent 51% du montant de l'encours total des prêts à fin 2018 (contre 48% en 2017 et 44% en 2016). La majorité des prêts accordés (53%) concerne des projets de développement, le solde se répartissant entre la transmission (25%) et la création (22%). Sans surprise, le tertiaire prend d'année en année un poids prépondérant (79%). Point important, l'effet de levier a été amplifié en 2018. Ainsi, la part moyenne du prêt subordonné dans les projets d'investissement s'est élevée à 14% contre 16,4% les deux années précédentes, soit un effet de levier de 7,1 contre 6,1. Parmi les faits marquants de 2018, il faut noter la reprise des missions de sensibilisation et d'accompagnement de l'Agence pour l'entreprise et l'innovation (AEI). En juillet de l'année dernière, la Sowalfin a repris les métiers de sensibilisation et d'accompagnement précédemment gérés par cette dernière. " En nous confiant ces missions qui sont complémentaires à nos activités de facilitation de l'accès au financement, le gouvernement a exprimé sa volonté de réformer en profondeur son approche du soutien aux entreprises wallonnes, confie Jean-Pierre Di Bartolomeo. Nous sommes dorénavant mieux outillés pour répondre aux besoins de l'entreprise. La mission du groupe se décline maintenant en quatre métiers organises en continuum : orienter efficacement les entreprises dans leur recherche de solutions ; sensibiliser les futurs entrepreneurs wallons (jeunes) ; accompagner les entreprises tout au long de leur cycle de vie (création, développement, innovation, internationalisation, transmission) ; financer leurs projets en complément du secteur bancaire selon leurs besoins (garantie bancaire, financement à l'innovation, à l'international, à la transition énergétique, etc.). " L'intégration de l'ensemble de ces activités a également eu un effet sur les effectifs de la Sowalfin qui dépasse dorénavant la centaine de collaborateurs (110) composée de deux tiers de femmes, avec une moyenne d'âge de 42 ans et une proportion d'universitaires de 65%. La parité est par ailleurs respectée au sein des organes décisionnels du groupe tant au niveau de la présidence et vice-présidence qu'à ceux du conseil d'administration et du comité de direction. Outre la reprise de l'AEI, 2018 a également été marquée par le lancement de " The Transeo Marketplace ", la première plateforme internationale de la transmission d'Europe ainsi qu'une série de nouveaux produits d'accompagnement et/ou de financement destinés notamment à soutenir les initiatives en matière d'innovation et de transition énergétique. Au travers de sa filiale Novallia, le groupe Sowalfin conseille et aide financièrement les PME wallonnes qui développent un projet innovant, quel que soit le secteur. Il s'inscrit également de plus en plus dans la transition énergétique qui concerne toutes les entreprises à terme. D'autant que la législation ne cessant d'évoluer vers des normes plus contraignantes et sévères, il convient que les PME anticipent cette évolution en améliorant leur bilan énergétique. Elles en sont conscientes mais, pour une large part, ne savent pas nécessairement comment s'y prendre. C'est ici que Novallia peut intervenir via Easy'Up et Easy'Green. Easy'Up consiste en un prêt subordonné et a pour vocation d'accélérer la commercialisation d'innovations de produits, de process ou de services et ce tant pour les projets technologiques que non technologiques. Easy'Green soutient les TPE et PME wallonnes qui veulent réduire leur consommation d'énergie ainsi que celles qui développent des projets innovants ayant un impact direct sur les émissions de CO2 (éco-innovation). En ce qui concerne Easy'Green, 31 dossiers ont été acceptés en 2018 pour un montant total de quelque 8,5 millions d'euros - Novallia dispose d'un budget de 52 millions pour financer la transition énergétique et la réduction de l'empreinte carbone. Parmi ces projets, ce sont les éco-innovations (11) et les énergies renouvelables (12) qui se distinguent devant l'efficacité énergétique (4), les projets combinant énergie renouvelable et efficacité énergétique (2) et les gaz fluorés (2). Pour lutter contre ces derniers que l'on retrouve entre autres dans les réfrigérateurs, congélateurs, chambres froides, etc., un nouveau dispositif complet d'accompagnement et de financement a été élaboré par Easy'Green. " Ce sont des investissements à long terme dont la rentabilité n'est pas nécessairement avérée à court terme, ajoute Jean-Pierre Di Bartolomeo, mais ils s'inscrivent pleinement dans la transition énergétique. " Cette implication de la Sowalfin dans cette évolution souligne qu'outre l'expertise qu'elle a développée dans le financement pour répondre aux besoins spécifiques des entreprises, elle joue également de plus en plus un rôle de conseil qui permet à ces dernières d'anticiper et ainsi d'être mieux armées pour répondre aux défis de demain, dont l'environnement n'est pas le moindre.