En cause, l'annonce d'un gigantesque partenariat entre la biotech wallonne basée à Gosselies et GSK. Il s'agit d'un accord de développement et de commercialisation qui porte sur l'EOS-448 actuellement en phase 1 de développement pour des patients atteints de tumeurs solides.

Il s'agit d'un anticorps monoclonal destiné à bloquer l'action des récepteurs TIGIT qui freinent la réaction immunitaire dans le cadre de certains cancers solides et de tumeurs malignes hématologiques. Par ce partenariat, iTeos va recevoir immédiatement 625 millions de dollars de GSK. En cas d'atteinte de certains objectifs de développement et de commercialisation, la biotech wallonne pourra recevoir jusqu'à 1,45 milliard de dollars supplémentaires.

Les deux partenaires vont supporter ensemble les coûts de développement dont 60% seront à charge de GSK. Aux Etats-Unis, les deux partenaires commercialiseront le produit ensemble et partageront les bénéfices à parts égales. Ailleurs, iTeos recevra des royalties.

En cause, l'annonce d'un gigantesque partenariat entre la biotech wallonne basée à Gosselies et GSK. Il s'agit d'un accord de développement et de commercialisation qui porte sur l'EOS-448 actuellement en phase 1 de développement pour des patients atteints de tumeurs solides. Il s'agit d'un anticorps monoclonal destiné à bloquer l'action des récepteurs TIGIT qui freinent la réaction immunitaire dans le cadre de certains cancers solides et de tumeurs malignes hématologiques. Par ce partenariat, iTeos va recevoir immédiatement 625 millions de dollars de GSK. En cas d'atteinte de certains objectifs de développement et de commercialisation, la biotech wallonne pourra recevoir jusqu'à 1,45 milliard de dollars supplémentaires. Les deux partenaires vont supporter ensemble les coûts de développement dont 60% seront à charge de GSK. Aux Etats-Unis, les deux partenaires commercialiseront le produit ensemble et partageront les bénéfices à parts égales. Ailleurs, iTeos recevra des royalties.