C'est l'alliance entre le riche, peu connu, et une compagnie aérienne célèbre, en convalescence financière. Basé à Marseille, CMA CGM, n°3 mondial du fret maritime, a bénéficié de l'explosion du tarif des conteneurs, conséquence des turbulences logistiques de la pandémie, dégageant plus de 16 milliards d'euros de bénéfices en 2021. Tandis qu'Air France-KLM a perdu plus de 3,2 milliards d'euros la même année.

Pour Rodolphe Saadé, CEO de l'armateur français, qui occupe 130.000 personnes et opère une flotte de 566 navires, c'était le moment de faire une avancée stratégique. Il a scellé un accord selon lequel son entreprise et Air France-KLM vont développer ensemble le fret aérien. Ce dernier secteur est nouveau pour CMA CGM. Il y est entré en 2021 en collaboration avec une compagnie belge, Air Belgium, qui a opéré quatre Airbus 330 fret pour le compte du groupe français. Ce n'était qu'un apéritif. L'accord avec Air France-KLM porte sur 10 ans afin de créer un géant du fret aérien, n° 1 européen et n° 4 mondial. Il porte sur une flotte additionnelle de 10 avions (6 pour Air France-KLM, 4 pour CMA CGM) qui atteindra 22 appareils en 2027. L'opération inclut une prise de participation jusqu'à 9 % du capital d'Air France-KLM. Un coup de pouce précieux qui pourrait contribuer à boucler une augmentation de capital encore incertaine, projetée d'ici la fin de l'année, visant à lever jusqu'à 4 milliards d'euros.

"Ce partenariat s'inscrit pleinement dans la stratégie du groupe CMA CGM et son ambition de devenir un leader en matière de logistique intégrée au service de ses clients ", indique Rodolphe Saadé dans un communiqué. C'est un partenariat commercial, chaque entité conservera la maîtrise de sa flotte respective mais une approche commerciale commune sera mise en place. Elle concernera aussi le fret transporté en soute des avions passagers d'Air France-KLM.

Le triomphe des logisticiens

L'opération revêt une double dimension. D'un côté, l'armateur CMA CGM, centré sur le transport maritime, débarque sur le terrain des logisticiens multimodaux. Il a récemment acquis Gefco, spécialiste du transport ferroviaire de voitures. "Il n'est plus seulement le concurrent de Maersk, MSC ou Cosco ; il marche sur les plates-bandes de XPO Logistics, DHL, Fedex, UPS, Kuehne+Nagel... et des français Bolloré et Geodis", écrit L'Usine nouvelle. D'un autre côté, l'opération montre le poids des logisticiens dans le monde du transport. Alors que l'activité passagers a souffert et mis à genou beaucoup de compagnies aériennes, les logisticiens triomphent. A l'aéroport de Liège, ce sont eux qui font le succès de cette plateforme, davantage que les compagnies aériennes en tant que telles, comme naguère (lire l'interview du CEO de Liege Aiport). Ils font partie des gagnants de la crise du covid car la pénurie a fait grimper les tarifs du fret, aérien comme maritime.

C'est l'alliance entre le riche, peu connu, et une compagnie aérienne célèbre, en convalescence financière. Basé à Marseille, CMA CGM, n°3 mondial du fret maritime, a bénéficié de l'explosion du tarif des conteneurs, conséquence des turbulences logistiques de la pandémie, dégageant plus de 16 milliards d'euros de bénéfices en 2021. Tandis qu'Air France-KLM a perdu plus de 3,2 milliards d'euros la même année. Pour Rodolphe Saadé, CEO de l'armateur français, qui occupe 130.000 personnes et opère une flotte de 566 navires, c'était le moment de faire une avancée stratégique. Il a scellé un accord selon lequel son entreprise et Air France-KLM vont développer ensemble le fret aérien. Ce dernier secteur est nouveau pour CMA CGM. Il y est entré en 2021 en collaboration avec une compagnie belge, Air Belgium, qui a opéré quatre Airbus 330 fret pour le compte du groupe français. Ce n'était qu'un apéritif. L'accord avec Air France-KLM porte sur 10 ans afin de créer un géant du fret aérien, n° 1 européen et n° 4 mondial. Il porte sur une flotte additionnelle de 10 avions (6 pour Air France-KLM, 4 pour CMA CGM) qui atteindra 22 appareils en 2027. L'opération inclut une prise de participation jusqu'à 9 % du capital d'Air France-KLM. Un coup de pouce précieux qui pourrait contribuer à boucler une augmentation de capital encore incertaine, projetée d'ici la fin de l'année, visant à lever jusqu'à 4 milliards d'euros. "Ce partenariat s'inscrit pleinement dans la stratégie du groupe CMA CGM et son ambition de devenir un leader en matière de logistique intégrée au service de ses clients ", indique Rodolphe Saadé dans un communiqué. C'est un partenariat commercial, chaque entité conservera la maîtrise de sa flotte respective mais une approche commerciale commune sera mise en place. Elle concernera aussi le fret transporté en soute des avions passagers d'Air France-KLM. L'opération revêt une double dimension. D'un côté, l'armateur CMA CGM, centré sur le transport maritime, débarque sur le terrain des logisticiens multimodaux. Il a récemment acquis Gefco, spécialiste du transport ferroviaire de voitures. "Il n'est plus seulement le concurrent de Maersk, MSC ou Cosco ; il marche sur les plates-bandes de XPO Logistics, DHL, Fedex, UPS, Kuehne+Nagel... et des français Bolloré et Geodis", écrit L'Usine nouvelle. D'un autre côté, l'opération montre le poids des logisticiens dans le monde du transport. Alors que l'activité passagers a souffert et mis à genou beaucoup de compagnies aériennes, les logisticiens triomphent. A l'aéroport de Liège, ce sont eux qui font le succès de cette plateforme, davantage que les compagnies aériennes en tant que telles, comme naguère (lire l'interview du CEO de Liege Aiport). Ils font partie des gagnants de la crise du covid car la pénurie a fait grimper les tarifs du fret, aérien comme maritime.