Après General Electric, c'est un autre mastodonte américain qui a annoncé, la semaine dernière, la scission de ses activités. Dans les 24 mois maximum, Johnson & Johnson se scindera en deux entreprises cotées. D'une part, Johnson & Johnson qui ne représentera plus que les activités de laboratoire pharmaceutique, de médicaments sous ordonnance, de vaccins et de matériel médical. Cette partie devrait générer, cette année, 77 milliards de dollars de chiffre d'affaires, notamment grâce au vaccin anti-covid Janssen. Une activité lourde en investissements mais génératrice de profits très importants. D'autre part, une entreprise dont le nom reste à trouver qui gérera les activités hygiène et grand public. On y retrouve des marques comme Neutrogena, les produits pour bébés Johnson ou le Tylenol. Une activité à croissance lente qui représente 15 milliards de dollars de chiffre d'affaires. Cette scission est une stratégie classique dans le monde de la pharma. GSK a fait de même alors que Pfizer et Merck ont, elles, vendu leurs activités grand public.

Après General Electric, c'est un autre mastodonte américain qui a annoncé, la semaine dernière, la scission de ses activités. Dans les 24 mois maximum, Johnson & Johnson se scindera en deux entreprises cotées. D'une part, Johnson & Johnson qui ne représentera plus que les activités de laboratoire pharmaceutique, de médicaments sous ordonnance, de vaccins et de matériel médical. Cette partie devrait générer, cette année, 77 milliards de dollars de chiffre d'affaires, notamment grâce au vaccin anti-covid Janssen. Une activité lourde en investissements mais génératrice de profits très importants. D'autre part, une entreprise dont le nom reste à trouver qui gérera les activités hygiène et grand public. On y retrouve des marques comme Neutrogena, les produits pour bébés Johnson ou le Tylenol. Une activité à croissance lente qui représente 15 milliards de dollars de chiffre d'affaires. Cette scission est une stratégie classique dans le monde de la pharma. GSK a fait de même alors que Pfizer et Merck ont, elles, vendu leurs activités grand public.