La Belgique applique le mécanisme d'indexation automatique des salaires. Celui-ci permet de protéger le pouvoir d'achat, même si pour les employeurs il représente une forte augmentation des coûts salariaux. L'indexation est basée sur l'indice de santé lissé. Il s'agit d'un chiffre moyen sur 4 mois, sans tenir compte du prix de l'alcool, du tabac, de l'essence et du diesel.

Record de secteurs

"Nous sommes confrontés à un tsunami d'indexation de secteurs en décembre et janvier en raison de l'inflation élevée", explique Jean-Luc Vannieuwenhuyse, expert juridique chez SD Worx.

En décembre 2022, de nombreux secteurs indexeront les salaires. Il s'agit d'un nombre record de secteurs puisque c'est la première fois que l'indice-pivot est à nouveau dépassé après seulement un mois, ce qui entraîne de nouvelles indexations notamment pour les hôpitaux (en décembre 2022) et d'autres établissements de soins comme les soins aux personnes handicapées (en janvier 2023). "À peine un mois après le précédent dépassement de l'indice pivot, le gouvernement va indexer de 2 % les salaires des travailleurs du secteur de la santé (hôpitaux, maisons de repos et de soins, etc.) pour la cinquième fois cette année", ajoute Jean-Luc Vannieuwenhuyse.

Si les secteurs de soins ont déjà été indexés plusieurs fois alors que d'autres salariés doivent attendre le mois prochain, c'est parce que chaque secteur a ses propres accords en matière d'indexation, la date et l'augmentation de celle-ci sont donc différentes d'un secteur à l'autre. Soit l'indexation peut être faite après avoir atteint un "pivot" ou un seuil, le niveau d'indexation est alors fixe, et s'élève souvent à 2 %. Soit l'indexation se fait à un moment fixe, avec un taux inconnu qui varie selon l'inflation. Dans les secteurs à indexation fixe, les salaires sont parfois indexés mensuellement (par exemple, dans le secteur du gaz et de l'électricité), parfois trimestriellement (travailleurs du secteur de la construction), parfois annuellement.

Augmentation des salaires

Les conséquences de cette indexation sont également différentes selon le salaire et la situation de chaque personne, ce qui vous place dans une ou l'autre tranche d'imposition. L'adaptation des barèmes fiscaux évite donc de faire grimper la pression fiscale sur les revenus qui augmentent dans la foulée des prix à la consommation.

SD Worx estime que le salaire net de tous les travailleurs belges augmentera d'un minimum de 600 euros nets par an. "Cette année, l'ajustement de nos tranches d'imposition augmentera les salaires nets d'au moins 50 euros par mois. Sur une base annuelle, nous parlons d'un minimum de 600 euros nets. En comparaison, il y a deux ans, cela ne représentait en moyenne que cinq euros par mois ou 60 euros par an. L'année dernière, c'était environ 240 euros par an", précise Hanane El Aakel, Manager International Employment SD Worx.

Concrètement, voici deux exemples de différentes situations afin de mesurer les conséquences sur les salaires nets de l'adaptation des taux d'imposition ainsi que l'indexation adaptée à l'inflation.

SITUATION 1 : employé - célibataire - aucune personne à charge

Salaire mensuel brutSalaire mensuel net 20222023Simulation salaire brut +11 % indice net...2023
2.000 EUR1.790,16 EUR1.841,47 EUR1.899,38 EUR
2.750 EUR1.978,07 EUR2.046,33 EUR2.120,60 EUR
3.750 EUR2.350,78 EUR2.421,04 EUR2.594,46 EUR
4.500 EUR2.675,97 EUR2.742,88 EUR2.959,40 EUR

SITUATION 2 : ouvrier - marié - la conjointe n'a pas de revenus professionnels propres - 2 enfants à charge

Salaire mensuel brutSalaire mensuel net 20222023Simulation salaire brut +11 % indice net...2023
2.750 EUR2.351,57 EUR2.449,99 EUR2.535,60 EUR
3.750 EUR2.778,55 EUR2.891,60 EUR3.097,88 EUR
4.500 EUR3.127,87 EUR3.262,77 EUR3.481,94 EUR
La Belgique applique le mécanisme d'indexation automatique des salaires. Celui-ci permet de protéger le pouvoir d'achat, même si pour les employeurs il représente une forte augmentation des coûts salariaux. L'indexation est basée sur l'indice de santé lissé. Il s'agit d'un chiffre moyen sur 4 mois, sans tenir compte du prix de l'alcool, du tabac, de l'essence et du diesel."Nous sommes confrontés à un tsunami d'indexation de secteurs en décembre et janvier en raison de l'inflation élevée", explique Jean-Luc Vannieuwenhuyse, expert juridique chez SD Worx. En décembre 2022, de nombreux secteurs indexeront les salaires. Il s'agit d'un nombre record de secteurs puisque c'est la première fois que l'indice-pivot est à nouveau dépassé après seulement un mois, ce qui entraîne de nouvelles indexations notamment pour les hôpitaux (en décembre 2022) et d'autres établissements de soins comme les soins aux personnes handicapées (en janvier 2023). "À peine un mois après le précédent dépassement de l'indice pivot, le gouvernement va indexer de 2 % les salaires des travailleurs du secteur de la santé (hôpitaux, maisons de repos et de soins, etc.) pour la cinquième fois cette année", ajoute Jean-Luc Vannieuwenhuyse. Si les secteurs de soins ont déjà été indexés plusieurs fois alors que d'autres salariés doivent attendre le mois prochain, c'est parce que chaque secteur a ses propres accords en matière d'indexation, la date et l'augmentation de celle-ci sont donc différentes d'un secteur à l'autre. Soit l'indexation peut être faite après avoir atteint un "pivot" ou un seuil, le niveau d'indexation est alors fixe, et s'élève souvent à 2 %. Soit l'indexation se fait à un moment fixe, avec un taux inconnu qui varie selon l'inflation. Dans les secteurs à indexation fixe, les salaires sont parfois indexés mensuellement (par exemple, dans le secteur du gaz et de l'électricité), parfois trimestriellement (travailleurs du secteur de la construction), parfois annuellement.Les conséquences de cette indexation sont également différentes selon le salaire et la situation de chaque personne, ce qui vous place dans une ou l'autre tranche d'imposition. L'adaptation des barèmes fiscaux évite donc de faire grimper la pression fiscale sur les revenus qui augmentent dans la foulée des prix à la consommation. SD Worx estime que le salaire net de tous les travailleurs belges augmentera d'un minimum de 600 euros nets par an. "Cette année, l'ajustement de nos tranches d'imposition augmentera les salaires nets d'au moins 50 euros par mois. Sur une base annuelle, nous parlons d'un minimum de 600 euros nets. En comparaison, il y a deux ans, cela ne représentait en moyenne que cinq euros par mois ou 60 euros par an. L'année dernière, c'était environ 240 euros par an", précise Hanane El Aakel, Manager International Employment SD Worx. Concrètement, voici deux exemples de différentes situations afin de mesurer les conséquences sur les salaires nets de l'adaptation des taux d'imposition ainsi que l'indexation adaptée à l'inflation.SITUATION 1 : employé - célibataire - aucune personne à charge SITUATION 2 : ouvrier - marié - la conjointe n'a pas de revenus professionnels propres - 2 enfants à charge