Vous me direz que le monde de l'entreprise fonctionne aussi avec des profils, des profils de fonction, certes. Ceux-ci décrivent les tâches et responsabilités d'un travailleur à un moment donné. Mais toutes les professions finissent par changer. En entreprise, cette évolution appelle des profils d'un tout autre ordre.

Aujourd'hui plus que jamais, il est important d'enseigner de nouvelles compétences aux travailleurs. À savoir, des compétences numériques. Une urgence soulignée par ces études qui révèlent que de nombreuses personnes ne s'estiment pas correspondre aux attentes de leur employeur en matière de compétences numériques. Sans compter que le fossé entre les générations et les groupes de professionnels se creuse. Les entreprises n'ont plus de temps à perdre, elles doivent adapter leurs formations aux différents profils d'apprentissage.

Les compétences numériques de base sont désormais tout aussi importantes que le fait de savoir lire et écrire. Tout comme l'e-mail fut un jour une nouveauté pour les collaborateurs comme pour le grand public, des concepts comme les blockchains et l'intelligence artificielle (IA) font aujourd'hui irruption dans nos vies professionnelles et privées. Si l'Etat se doit d'offrir à tout citoyen un accès à la scolarité dès l'enfance, la responsabilité d'enseigner les compétences numériques d'aujourd'hui et de demain aux travailleurs incombe aussi en grande partie à nos entreprises. Il est non seulement question d'accroître notre compétitivité, mais aussi de renforcer notre résilience, tout en veillant à ce que chaque citoyen puisse participer à une société et à une économie numériques.

C'est ici une occasion unique de réinventer notre façon de travailler. Alors que des activités telles que la vente, le service à la clientèle ou encore des campagnes marketing peuvent aussi passer par Zoom, Hangout, Slack ou d'autres canaux numériques, il est plus que temps que nous développions nos compétences en la matière. Dès qu'une technologie apparaît ou évolue, la demande profils adaptés à cette évolution augmente. La technologie évolue très vite. Et avec elle, l'attractivité des compétences numériques. Une conséquence aussi logique que 1+1=2, une évidence depuis la maternelle. Les entreprises qui font rapidement ce calcul et veulent rester prospères sauront saisir ce moment pour entretenir une culture de l'apprentissage continu.

Quelles sont les compétences numériques à privilégier ?

Dans un premier temps, les entreprises doivent identifier les compétences numériques indispensables pour leurs collaborateurs. Il peut s'agir par exemple de compétences en matière de collaboration, de chiffrement et de cybersécurité, d'e-commerce ou encore de technologies de gestion de projets. Malheureusement, ces compétences ne sont pas ou peu abordées dans un environnement scolaire classique. Il incombe dès lors aux entreprises de les enseigner et de les affûter dans le cadre de programmes d'apprentissage.

Tout comme dans l'enseignement, vous ne pouvez toutefois pas considérer vos "étudiants" comme un groupe homogène. Sur le lieu de travail, d'importantes différences entre les générations sont en effet manifeste. Tandis que les jeunes travailleurs ont besoin de formations pour donner forme aux nouvelles fonctions numériques dans l'entreprise, leurs collègues plus âgés doivent relever un défi encore plus ardu, à savoir développer les compétences nécessaires pour rester à la page. Mais on observe aussi des disparités entre individus, qui nécessitent une autre approche.

Trajets d'apprentissage individuels pour les collaborateurs

Nous pouvons répartir les profils d'apprentissage sur le lieu de travail en trois catégories. Vous avez des collaborateurs qui disposent déjà de compétences numériques importantes et souhaitent les étoffer. D'autres disposent des compétences nécessaires aujourd'hui, mais n'ont rien prévu pour l'avenir. Et enfin, il existe un groupe aux compétences numériques sont faibles, réticent à l'idée de se recycler. Ces écarts démontrent l'utilité d'un apprentissage multidimensionnel en entreprise.

Ainsi, les travailleurs peu à l'aise avec le numérique se sentent souvent dépassés par leur nouvel environnement de travail et ont davantage besoin d'accompagnement et de reconnaissance pour se motiver à acquérir des compétences. A contrario, ceux qui s'estiment bien préparés peuvent avoir tendance à penser qu'ils n'ont besoin d'aucune formation. Pour progresser dans ce monde numérisé qui est le nôtre, les organisations doivent prendre conscience que tout le monde n'apprend pas de la même manière. Prenez donc le temps de cerner vos collaborateurs et de développer des parcours d'apprentissage individuels.

Formez aussi les collaborateurs de demain

Pour élaborer une stratégie numérique fructueuse, commencez par évaluer les compétences déjà présentes dans votre organisation, puis celles dont vos collaborateurs auront besoin dans un avenir proche. En outre, dans un environnement de travail hybride, il convient aussi de réfléchir à la manière dont les travailleurs peuvent développer ces compétences. Idéalement, un programme de formation ne se base pas sur ce que vous pensez que vos travailleurs devraient savoir, mais sur leurs envies et leurs besoins pour y parvenir. Grâce à cette stratégie, les entreprises sont en mesure de mettre en place une culture de travail qui relie les travailleurs et leur permet d'apprendre et d'évoluer, toutes générations confondues.

Enfin, ne vous bornez pas à motiver les personnes internes à votre organisation. Proposez également vos programmes de formation aux futurs travailleurs potentiels qui évoluent dans votre sphère d'influence. Plus que jamais, les organisations doivent collaborer avec les pouvoirs publics et autres acteurs de la communauté dont elles font partie, pour s'assurer que la formation et le recrutement soient davantage harmonisés et que toutes les strates de la société soient atteintes.

C'est en nous concentrant ensemble sur les compétences numériques de demain que nous pourrons créer des opportunités de croissance pour nous tous, pour notre écosystème et pour toute notre économie.

Lien Ceulemans, Country leader de Salesforce pour la Belgique et le Luxembourg.

Vous me direz que le monde de l'entreprise fonctionne aussi avec des profils, des profils de fonction, certes. Ceux-ci décrivent les tâches et responsabilités d'un travailleur à un moment donné. Mais toutes les professions finissent par changer. En entreprise, cette évolution appelle des profils d'un tout autre ordre.Aujourd'hui plus que jamais, il est important d'enseigner de nouvelles compétences aux travailleurs. À savoir, des compétences numériques. Une urgence soulignée par ces études qui révèlent que de nombreuses personnes ne s'estiment pas correspondre aux attentes de leur employeur en matière de compétences numériques. Sans compter que le fossé entre les générations et les groupes de professionnels se creuse. Les entreprises n'ont plus de temps à perdre, elles doivent adapter leurs formations aux différents profils d'apprentissage.Les compétences numériques de base sont désormais tout aussi importantes que le fait de savoir lire et écrire. Tout comme l'e-mail fut un jour une nouveauté pour les collaborateurs comme pour le grand public, des concepts comme les blockchains et l'intelligence artificielle (IA) font aujourd'hui irruption dans nos vies professionnelles et privées. Si l'Etat se doit d'offrir à tout citoyen un accès à la scolarité dès l'enfance, la responsabilité d'enseigner les compétences numériques d'aujourd'hui et de demain aux travailleurs incombe aussi en grande partie à nos entreprises. Il est non seulement question d'accroître notre compétitivité, mais aussi de renforcer notre résilience, tout en veillant à ce que chaque citoyen puisse participer à une société et à une économie numériques.C'est ici une occasion unique de réinventer notre façon de travailler. Alors que des activités telles que la vente, le service à la clientèle ou encore des campagnes marketing peuvent aussi passer par Zoom, Hangout, Slack ou d'autres canaux numériques, il est plus que temps que nous développions nos compétences en la matière. Dès qu'une technologie apparaît ou évolue, la demande profils adaptés à cette évolution augmente. La technologie évolue très vite. Et avec elle, l'attractivité des compétences numériques. Une conséquence aussi logique que 1+1=2, une évidence depuis la maternelle. Les entreprises qui font rapidement ce calcul et veulent rester prospères sauront saisir ce moment pour entretenir une culture de l'apprentissage continu.Quelles sont les compétences numériques à privilégier ?Dans un premier temps, les entreprises doivent identifier les compétences numériques indispensables pour leurs collaborateurs. Il peut s'agir par exemple de compétences en matière de collaboration, de chiffrement et de cybersécurité, d'e-commerce ou encore de technologies de gestion de projets. Malheureusement, ces compétences ne sont pas ou peu abordées dans un environnement scolaire classique. Il incombe dès lors aux entreprises de les enseigner et de les affûter dans le cadre de programmes d'apprentissage.Tout comme dans l'enseignement, vous ne pouvez toutefois pas considérer vos "étudiants" comme un groupe homogène. Sur le lieu de travail, d'importantes différences entre les générations sont en effet manifeste. Tandis que les jeunes travailleurs ont besoin de formations pour donner forme aux nouvelles fonctions numériques dans l'entreprise, leurs collègues plus âgés doivent relever un défi encore plus ardu, à savoir développer les compétences nécessaires pour rester à la page. Mais on observe aussi des disparités entre individus, qui nécessitent une autre approche.Trajets d'apprentissage individuels pour les collaborateursNous pouvons répartir les profils d'apprentissage sur le lieu de travail en trois catégories. Vous avez des collaborateurs qui disposent déjà de compétences numériques importantes et souhaitent les étoffer. D'autres disposent des compétences nécessaires aujourd'hui, mais n'ont rien prévu pour l'avenir. Et enfin, il existe un groupe aux compétences numériques sont faibles, réticent à l'idée de se recycler. Ces écarts démontrent l'utilité d'un apprentissage multidimensionnel en entreprise.Ainsi, les travailleurs peu à l'aise avec le numérique se sentent souvent dépassés par leur nouvel environnement de travail et ont davantage besoin d'accompagnement et de reconnaissance pour se motiver à acquérir des compétences. A contrario, ceux qui s'estiment bien préparés peuvent avoir tendance à penser qu'ils n'ont besoin d'aucune formation. Pour progresser dans ce monde numérisé qui est le nôtre, les organisations doivent prendre conscience que tout le monde n'apprend pas de la même manière. Prenez donc le temps de cerner vos collaborateurs et de développer des parcours d'apprentissage individuels.Formez aussi les collaborateurs de demainPour élaborer une stratégie numérique fructueuse, commencez par évaluer les compétences déjà présentes dans votre organisation, puis celles dont vos collaborateurs auront besoin dans un avenir proche. En outre, dans un environnement de travail hybride, il convient aussi de réfléchir à la manière dont les travailleurs peuvent développer ces compétences. Idéalement, un programme de formation ne se base pas sur ce que vous pensez que vos travailleurs devraient savoir, mais sur leurs envies et leurs besoins pour y parvenir. Grâce à cette stratégie, les entreprises sont en mesure de mettre en place une culture de travail qui relie les travailleurs et leur permet d'apprendre et d'évoluer, toutes générations confondues.Enfin, ne vous bornez pas à motiver les personnes internes à votre organisation. Proposez également vos programmes de formation aux futurs travailleurs potentiels qui évoluent dans votre sphère d'influence. Plus que jamais, les organisations doivent collaborer avec les pouvoirs publics et autres acteurs de la communauté dont elles font partie, pour s'assurer que la formation et le recrutement soient davantage harmonisés et que toutes les strates de la société soient atteintes.C'est en nous concentrant ensemble sur les compétences numériques de demain que nous pourrons créer des opportunités de croissance pour nous tous, pour notre écosystème et pour toute notre économie.Lien Ceulemans, Country leader de Salesforce pour la Belgique et le Luxembourg.