Surtout, n'imaginez pas un instant que vous allez entendre un tonitruant " Gooood moooorning, coronaaaa ! " sur les ondes de Radio Forem, le nouveau média de l'Office wallon de la formation professionnelle et de l'emploi. Sur cette radio d'un genre nouveau, le ton est beaucoup plus posé, même si les notes d'humour sont toutefois tolérées en fin d'émission.
...

Surtout, n'imaginez pas un instant que vous allez entendre un tonitruant " Gooood moooorning, coronaaaa ! " sur les ondes de Radio Forem, le nouveau média de l'Office wallon de la formation professionnelle et de l'emploi. Sur cette radio d'un genre nouveau, le ton est beaucoup plus posé, même si les notes d'humour sont toutefois tolérées en fin d'émission. Contre toute attente, le service public s'est en effet lancé dans une nouvelle aventure pour mieux affronter les tourments de la crise sanitaire. " Lorsque le confinement a été décrété, j'ai eu la conviction que cela durerait un certain temps, raconte Marie-Kristine Vanbockestal, administratrice générale du Forem. Nos 4.800 collaborateurs accueillent chaque jour plus de 20.000 personnes sur nos 250 sites à travers toute la Wallonie. Un certain lien les unit et j'ai eu très vite peur que ce lien se distende, voire ne disparaisse complètement à cause du confinement. Avec notre équipe de communication, nous avons donc réfléchi à un moyen original de garder le contact pendant cette longue période de télétravail et Radio Forem est née le 24 mars. " Depuis plus de trois semaines, l'Office wallon de la formation professionnelle et de l'emploi distille donc de vraies émissions bihebdomadaires sur son Intranet. Au programme de ses rendez-vous radiophoniques fixés le mardi et le jeudi après-midi : une revue de presse de l'actualité socio-économique, des interviews avec des experts extérieurs ou des collaborateurs du Forem, des conseils et des bons plans pour mieux vivre le confinement - tant au niveau personnel que professionnel - et, pour terminer, une petite touche humoristique, histoire de faire sourire les 4.800 employés isolés. " Au départ, nos collègues ont été surpris par cette initiative originale car ils étaient habitués à un mode de communication plus traditionnel au sein de notre organisme public, confie l'administratrice générale Marie-Kristine Vanbockestal, mais ils ont été rapidement séduits et ils sont aujourd'hui ravis. Au final, notre radio se révèle être un bon outil RH qui permet de garder le contact différemment en période de confinement. J'ose même penser qu'elle pourrait empêcher certains collègues de sombrer dans la déprime en cette période difficile. " Soutenir le moral des troupes, garder le contact, créer du lien : voilà ce qui a également motivé le groupe de communication Emakina à lancer son propre projet le 25 mars dernier. Plus ambitieuse que Radio Forem, la station Emakina FM ne se limite pas à diffuser deux émissions par semaine, mais s'inscrit véritablement dans le concept d'une vraie radio music & news qui diffuse chaque jour ses programmes de 7h30 à 18h30. " Au sein de l'entreprise, j'ai la casquette de l'empathie, explique Aline Durand, head of insights chez Emakina. Mon métier consiste habituellement à me mettre à la place du consommateur, mais avec cette crise du coronavirus, je me suis mise cette fois à la place de nos employés. Deux jours avant le confinement, nous avons lancé une réflexion sur la meilleure manière de garder le contact entre nous et l'idée de lancer une radio en interne s'est imposée comme une évidence. L'objectif est évidemment d'informer nos collaborateurs à travers ce média, mais aussi de créer du lien avec un support chaleureux qui nous permet d'être proches en cette période de télétravail et qui met surtout en valeur l'humain. C'est une radio qui est faite par nous, pour nous. " Né en Belgique dans les années 1990, le groupe Emakina a développé un réseau international d'agences au fil des ans et compte aujourd'hui un millier de collaborateurs dans 13 pays. L'anglais s'est donc naturellement imposé comme langue de référence sur la nouvelle radio, même si, chaque jour, une heure de programme est dédiée à l'un de ces territoires et sa culture spécifique. " Le projet a suscité beaucoup d'enthousiasme au sein de l'entreprise, poursuit Aline Durand. Sur Emakina FM, chacun peut déposer sa playlist, mais il y a aussi de l'info, de l'humour, des concours et même des séances de méditation. Le but de la radio est de soutenir nos employés qui sont forcés à l'isolement, mais on ne veut pas non plus être un simple pansement. Emakina est une entreprise très familiale et, avec cette démarche, nous voulons démontrer que, face au même problème, nous pouvons être paradoxalement seuls mais ensemble. Bref, ce n'est pas un gadget, c'est un vrai projet de ressources humaines. " A priori bon enfant, le projet d'une radio d'entreprise nécessite toutefois un minimum de matériel professionnel et du personnel motivé, comme le confirme l'administratrice générale du Forem : " Nous avons une équipe rédactionnelle qui se réunit régulièrement par écran interposé, mais nous avons surtout la chance d'avoir un collègue qui est un vrai animateur de radio et qui dispose d'un vrai studio chez lui, détaille Marie-Kristine Vanbockestal. C'est lui, Philippe Delaive, qui est aux commandes des émissions et qui dirige l'équipe des chroniqueurs. " " Pour que le projet tienne la route, il faut effectivement faire les choses de manière professionnelle, renchérit Aline Durand qui est à l'origine d'Emakina FM. On ne peut pas se permettre de faire quelque chose de tiède et il faut donc passer du temps et y mettre de l'énergie. Il faut aussi du contenu, bien sûr, et disposer d'un vrai studio pour faire un produit de qualité. Nous en avons un à l'agence et, aujourd'hui, nous sommes fiers de ce que nous avons réussi à mettre en place, à un point tel que nous réfléchissons sérieusement à poursuivre l'expérience dès la fin du confinement. " Dans les couloirs virtuels de Radio Forem, la question de garder la radio après de la crise du Covid-19 s'est aussi posée. " On y réfléchit, reconnaît l'administratrice générale Marie-Kristine Vanbockestal, même si ce sera compliqué d'écouter la radio quand tout le monde sera revenu au bureau. Mais les émissions sont toutes disponibles en podcast, donc pourquoi pas après tout ? ". En attendant de jouer les éventuelles prolongations radiophoniques, Emakina FM et Radio Forem continuent à diffuser leurs bonnes ondes en ces temps de coronavirus. Inspirantes, les deux stations pourraient même donner naissance à d'autres initiatives d'entreprises privées comme publiques. Comme le laissait sous-entendre récemment l'animateur Philippe Delaive au micro de Radio Forem, l'Office wallon de la formation professionnelle et de l'emploi aurait en effet été approché par d'autres organismes publics ainsi qu'une grande société pharmaceutique désireux de lancer, eux aussi, leur propre station maison. Avec un peu de chance, on entendra peut-être bientôt un tonitruant " Gooood moooorning, coronaaaa ! " sur l'une de ces antennes, qui sait...