TRBA est une habituée du palmarès des Gazelles. Déjà lauréate pour les grandes entreprises en 2015 et 2020, il est finalement assez logique de la retrouver en tête des Supergazelles, soit les sociétés qui ont témoigné de la plus belle progression ces 20 dernières années. "C'est à partir de 2011 que nous avons vraiment commencé à croître fortement, précise Pierre Stadsbader qui dirige l'entreprise en compagnie de sa soeur Michèle. En 2015, l'inauguration du nouveau bâtiment, qui accueille notre siège administratif à Mouscron, a encore dopé davantage le dynamisme des équipes. Aujourd'hui, nous avons 500 collaborateurs au sein du groupe et ce sont eux qui ont contribué à ces résultats et aux prix qui les récompensent."

TRBA est active dans le Hainaut, le Brabant wallon ainsi que dans le nord de la France où elle réalise des chantiers routiers. Le groupe comprend 11 divisions, chacune dirigée par un ingénieur: béton, asphalte, génie civil, terrassement, égouttage, recyclage, travaux publics & privés, business international, déconstruction & environnement, énergie & installations souterraines, industrie & services annexes. "Nous nous efforçons d'offrir à nos clients ce qu'ils souhaitent au coût le moins élevé possible en utilisant le plus efficacement les matériaux nécessaires à la réalisation du projet. En outre, nous pouvons nous appuyer en interne sur un labo et une équipe R&D." A noter que TRBA dispose de ses propres capacités de production tant pour le béton, avec sept centrales, que pour l'asphalte. Dans ce dernier domaine, elle partage une unité de production à Strépy-Bracquegnies avec le groupe Wanty.

Un groupe flexible

Avant la crise du Covid, TRBA réalisait 75% de son chiffre d'affaires (76 millions d'euros en 2019) pour le public et 25% pour le privé. "Dès le début du premier confinement, nous nous sommes tournés vers le secteur privé où nous avons pu rapidement démarré des chantiers, explique Pierre Stadsbader, le secteur public marquant un temps d'arrêt. Le délai pour obtenir les autorisations était alors plus long. Aujourd'hui, tout est rentré dans l'ordre et l'administration fonctionne parfaitement. L'an dernier, la proportion de nos activités a été de 60% public et 40% privé et nous avons achevé l'exercice avec une baisse de l'ordre de 10% de notre chiffre d'affaires." Si TRBA est déjà une société de belle taille, elle paraît modeste face aux grands groupes internationaux qui occupent le secteur. Mais comme le souligne son administrateur délégué, "nous avons conservé une flexibilité et une rapidité d'adaptation qui nous ont été fort précieuses lors de cette crise".

La construction au sens large figure dans les différents plans de relance. Les routes wallonnes réclament toujours des améliorations. Autrement dit, dans les prochaines années, il y aura du travail pour des entreprises telles que TRBA. Pierre Stadsbader s'avoue donc confiant, "pour autant que l'on achève la campagne de vaccination afin que la situation puisse progressivement revenir à la normale".

TRBA est une habituée du palmarès des Gazelles. Déjà lauréate pour les grandes entreprises en 2015 et 2020, il est finalement assez logique de la retrouver en tête des Supergazelles, soit les sociétés qui ont témoigné de la plus belle progression ces 20 dernières années. "C'est à partir de 2011 que nous avons vraiment commencé à croître fortement, précise Pierre Stadsbader qui dirige l'entreprise en compagnie de sa soeur Michèle. En 2015, l'inauguration du nouveau bâtiment, qui accueille notre siège administratif à Mouscron, a encore dopé davantage le dynamisme des équipes. Aujourd'hui, nous avons 500 collaborateurs au sein du groupe et ce sont eux qui ont contribué à ces résultats et aux prix qui les récompensent." TRBA est active dans le Hainaut, le Brabant wallon ainsi que dans le nord de la France où elle réalise des chantiers routiers. Le groupe comprend 11 divisions, chacune dirigée par un ingénieur: béton, asphalte, génie civil, terrassement, égouttage, recyclage, travaux publics & privés, business international, déconstruction & environnement, énergie & installations souterraines, industrie & services annexes. "Nous nous efforçons d'offrir à nos clients ce qu'ils souhaitent au coût le moins élevé possible en utilisant le plus efficacement les matériaux nécessaires à la réalisation du projet. En outre, nous pouvons nous appuyer en interne sur un labo et une équipe R&D." A noter que TRBA dispose de ses propres capacités de production tant pour le béton, avec sept centrales, que pour l'asphalte. Dans ce dernier domaine, elle partage une unité de production à Strépy-Bracquegnies avec le groupe Wanty. Avant la crise du Covid, TRBA réalisait 75% de son chiffre d'affaires (76 millions d'euros en 2019) pour le public et 25% pour le privé. "Dès le début du premier confinement, nous nous sommes tournés vers le secteur privé où nous avons pu rapidement démarré des chantiers, explique Pierre Stadsbader, le secteur public marquant un temps d'arrêt. Le délai pour obtenir les autorisations était alors plus long. Aujourd'hui, tout est rentré dans l'ordre et l'administration fonctionne parfaitement. L'an dernier, la proportion de nos activités a été de 60% public et 40% privé et nous avons achevé l'exercice avec une baisse de l'ordre de 10% de notre chiffre d'affaires." Si TRBA est déjà une société de belle taille, elle paraît modeste face aux grands groupes internationaux qui occupent le secteur. Mais comme le souligne son administrateur délégué, "nous avons conservé une flexibilité et une rapidité d'adaptation qui nous ont été fort précieuses lors de cette crise". La construction au sens large figure dans les différents plans de relance. Les routes wallonnes réclament toujours des améliorations. Autrement dit, dans les prochaines années, il y aura du travail pour des entreprises telles que TRBA. Pierre Stadsbader s'avoue donc confiant, "pour autant que l'on achève la campagne de vaccination afin que la situation puisse progressivement revenir à la normale".