Trois étages

Le port de Rotterdam, ses grues, ses porte-conteneurs, ses industries, sa ferme laitière. Depuis près de trois ans, une exploitation d'agriculture urbaine d'un nouveau genre y est en effet solidement amarrée. A bord de cette structure flottante de trois étages, 40 vaches au pied marin et tout l'équipement nécessaire à la traite ainsi qu'à la transformation du lait en yaourt ou en beurre. A l'initiative de ce projet fou, on retrouve Peter et Minke van Wingerden, dont l'objectif était de produire des aliments sains en ville dans le respect de l'environnement et des animaux. Le duo n'entend d'ailleurs pas s'arrêter là puisqu'un projet similaire d'agriculture verticale est également en gestation. Mais pourquoi sur l'...

Le port de Rotterdam, ses grues, ses porte-conteneurs, ses industries, sa ferme laitière. Depuis près de trois ans, une exploitation d'agriculture urbaine d'un nouveau genre y est en effet solidement amarrée. A bord de cette structure flottante de trois étages, 40 vaches au pied marin et tout l'équipement nécessaire à la traite ainsi qu'à la transformation du lait en yaourt ou en beurre. A l'initiative de ce projet fou, on retrouve Peter et Minke van Wingerden, dont l'objectif était de produire des aliments sains en ville dans le respect de l'environnement et des animaux. Le duo n'entend d'ailleurs pas s'arrêter là puisqu'un projet similaire d'agriculture verticale est également en gestation. Mais pourquoi sur l'eau? Parce que la pression sur les terres agricoles et citadines ne fait qu'augmenter et que le changement climatique engendre de nouveaux défis. Le concept de la Floating Farm est profondément lié à celui de la circularité. Outre le fait d'approvisionner Rotterdam en denrées alimentaires et de tendre vers l'autonomie énergétique grâce à une plateforme adjacente recouverte de panneaux photovoltaïques, la ferme recycle aussi les "rebuts" de la ville. La cité procure en effet à la ferme flottante une bonne partie des matières premières nécessaires à son fonctionnement, à commencer par l'alimentation des bovins. Drêches récupérées dans les brasseries, pains rassis provenant des boulangeries locales, herbe tondue sur les terrains de sport, épluchures de pommes de terre d'une entreprise de transformation, etc. Les sources d'approvisionnement durables sont multiples et parfois convoyées par les mêmes véhicules qui livrent les produits laitiers. Grâce à ce modèle économique, "nous espérons atteindre le seuil de rentabilité d'ici la fin de l'année", nous confie Minke van Wingerden. Un autre point sur lequel les initiateurs du projet Floating Farm assurent ne pas vouloir transiger, c'est le bien-être des vaches laitières. Ils se sont fait aider par la société Easyfix, spécialisée en "solutons confortables" pour les animaux d'élevage. Une petite prairie a aussi été aménagée juste à côté, sur la terre ferme, afin de permettre à ces dames de s'y dégourdir régulièrement les pattes... Un pré adjacent est pourtant optionnel, assure Minke van Wingerden, et ne constitue pas une condition sine qua non au déploiement d'autres fermes similaires. Toutefois, ces engagements n'ont pas suffi à rassurer les défenseurs des animaux du Partij voor de Dieren. Ils estiment en effet que des vaches n'ont rien à faire sur une structure flottante. Et le fait que deux d'entre elles aient déjà dû être secourues après être tombées à l'eau leur donne du grain à moudre. Pour les militants du PvdD, la Floating Farm est une "folie" qu'ils entendent bien faire cesser et un "artifice marketing" en faveur de l'élevage intensif. "Nos vaches se portent très bien mais il y aura toujours des gens pour s'opposer à l'utilisation d'animaux pour l'alimentation. Chacun est libre de se faire sa propre opinion", rétorque Minke van Wingerden. D'autres se montrent également critiques envers le projet. Klaas Van der Molen, du cabinet d'architecture Goldsmith qui a conçu la ferme flottante, estime bien évidemment que l'agriculture sur l'eau a bel et bien un avenir, même s'il se montre parfois critique quant à la manière dont les van Wingerden gèrent leur ferme. Quoi qu'il en soit, le cabinet Goldsmith planche déjà sur d'autres structures flottantes (poulaillers, potagers, etc.).