L'assouplissement des mesures de lutte contre la Covid-19 a mis les ventes des magasins d'alimentation sous pression et exacerbé la concurrence.

Quant à l'inflation, elle fait gonfler les coûts opérationnels et les investissements, souligne le groupe Colruyt. Si le chiffre d'affaires du groupe est en légère hausse d'1,2%, à un peu plus de 10 milliards d'euros, de même que la part de marché en Belgique des enseignes Colruyt, OKay et Spar (à 30,8% contre 30,6%), le résultat d'exploitation (ebit) recule de plus de 28%, à 375 millions d'euros.

Le bénéfice net, lui, est en retrait de plus de 30% par rapport à l'exercice précédent, à 288 millions d'euros. Dans ce contexte, le conseil d'administration du groupe proposera un dividende d'1,10 euro par action, en baisse par rapport à celui d'1,47 euro par action de l'année précédente. Colruyt s'attend en outre à ce que son bénéfice net consolidé, hors effets uniques éventuels, diminue encore en 2022/23 par rapport à 2021/22. Le distributeur voit en effet le contexte macro-économique actuel, caractérisé par l'inflation, les hausses de coûts et la faible confiance des consommateurs, se maintenir.

L'assouplissement des mesures de lutte contre la Covid-19 a mis les ventes des magasins d'alimentation sous pression et exacerbé la concurrence. Quant à l'inflation, elle fait gonfler les coûts opérationnels et les investissements, souligne le groupe Colruyt. Si le chiffre d'affaires du groupe est en légère hausse d'1,2%, à un peu plus de 10 milliards d'euros, de même que la part de marché en Belgique des enseignes Colruyt, OKay et Spar (à 30,8% contre 30,6%), le résultat d'exploitation (ebit) recule de plus de 28%, à 375 millions d'euros. Le bénéfice net, lui, est en retrait de plus de 30% par rapport à l'exercice précédent, à 288 millions d'euros. Dans ce contexte, le conseil d'administration du groupe proposera un dividende d'1,10 euro par action, en baisse par rapport à celui d'1,47 euro par action de l'année précédente. Colruyt s'attend en outre à ce que son bénéfice net consolidé, hors effets uniques éventuels, diminue encore en 2022/23 par rapport à 2021/22. Le distributeur voit en effet le contexte macro-économique actuel, caractérisé par l'inflation, les hausses de coûts et la faible confiance des consommateurs, se maintenir.