Les informations selon lesquelles Facebook supprimerait progressivement les possibilités de télétravail sont fausses, selon l'entreprise. Facebook dit travailler à la réouverture des bureaux en janvier, mais le retour y sera volontaire, précise-t-elle.

Le journal britannique The Daily Mail a écrit que les membres du personnel qui souhaitent continuer à travailler à domicile devraient en obtenir l'autorisation. Mais le travail à domicile a été confondu avec le travail à distance, selon Facebook. "Nous avons des options pour postuler à un travail à distance à temps plein. Il s'agit de ceux qui travailleront à distance, en dehors d'un bureau, pendant une période prolongée, ce qui n'est pas la même chose que le travail à domicile lié au covid."

La société américaine a également souligné que la panne survenue en début de semaine n'était pas due à un manque de personnel dans ses bureaux.

La panne n'a pas seulement frappé le site de Facebook, mais aussi des plateformes affiliées comme Messenger, Instagram et WhatsApp, de même que les ressources internes de la société avec des cartes d'accès désactivées, si bien que les employés ne pouvaient pas accéder à leurs bureaux ou serveurs.

Les informations selon lesquelles Facebook supprimerait progressivement les possibilités de télétravail sont fausses, selon l'entreprise. Facebook dit travailler à la réouverture des bureaux en janvier, mais le retour y sera volontaire, précise-t-elle. Le journal britannique The Daily Mail a écrit que les membres du personnel qui souhaitent continuer à travailler à domicile devraient en obtenir l'autorisation. Mais le travail à domicile a été confondu avec le travail à distance, selon Facebook. "Nous avons des options pour postuler à un travail à distance à temps plein. Il s'agit de ceux qui travailleront à distance, en dehors d'un bureau, pendant une période prolongée, ce qui n'est pas la même chose que le travail à domicile lié au covid." La société américaine a également souligné que la panne survenue en début de semaine n'était pas due à un manque de personnel dans ses bureaux. La panne n'a pas seulement frappé le site de Facebook, mais aussi des plateformes affiliées comme Messenger, Instagram et WhatsApp, de même que les ressources internes de la société avec des cartes d'accès désactivées, si bien que les employés ne pouvaient pas accéder à leurs bureaux ou serveurs.